Monnaie numérique d’Etat : la Corée du Sud sur les pas du voisin chinois

 Monnaie numérique d’Etat : la Corée du Sud sur les pas du voisin chinois

won numérique

En écho aux avancées de la Chine, la Banque centrale de Corée du Sud (BoK) vient d’annoncer qu’elle prévoyait de commencer à tester la distribution de son won numérique dès l’année prochaine.

Un won numérique rondement expérimenté

La Banque centrale de Corée du Sud tient scrupuleusement l’agenda qu’elle avait défini quant à l’expérimentation d’une version numérique du won, que nous avions détaillée ici. Elle entame la troisième phase de son programme – analyse des processus et recherche de conseils externes – en même temps qu’elle annonce l’étape suivante de réalisation pratique. Un signal qui est loin d’être anodin.

En effet, face à la visibilité du yuan numérique, dont les prouesses expérimentales viennent d’être officiellement chiffrées, elle affiche une rapidité d’exécution et une expertise technologique très aiguisées. Plus encore, quand on sait que la Chine travaille à son e-yuan depuis 2014, elle veut vraisemblablement montrer qu’elle n’a de leçon technologique à recevoir de personne. Aucune leçon, notamment en matière de blockchain qui serait le support choisi pour opérer les transactions de sa e-monnaie. Aussitôt dit, (presque) aussitôt fait, tel pourrait être son credo.

Bien dans les temps pour tester la distribution d’un won version numérique dès l’année prochaine, la BoK continue néanmoins de rester prudente. Certes, elle surveillera la circulation de son prototype mais l’essai, selon The Korea Herald, peut ne pas être transformé. Expérimentation ne vaut pas résolution. Le quotidien de langue anglaise rappelant que la Corée du Sud s’est toujours montrée très tempérée face à cette solution d’infrastructure monétaire. La preuve, elle avait dissous une équipe de recherche dédiée avant de la reconstituer pour mener le projet pilote.

Une concurrence émulatrice

Un revirement qui en dit long sur ses hésitations. Mais aussi un changement de cap bien dans l’air du temps.

En effet, aujourd’hui, même les pays les plus réfractaires à une version numérique de leur devise s’y sont mis. Y compris les Etats-Unis, l’un des plus rétifs du fait de l’hégémonie de son billet vert. Adoptée par la plupart des Banques centrales, l’idée puis l’expérimentation d’une CBDC (Central Bank Digital Currency) se répand à l’échelle planétaire. Indéniablement, le contexte sanitaire, qui a généralisé les paiements sans numéraires, a accéléré le mouvement. Mais l’enjeu relève davantage de stratégies géopolitiques pour se placer sur l’échiquier mondial. La course aux monnaies numériques est irrésistible. Elle est même devenue, selon les mots de sa grande voisine, « le nouveau champ de bataille » des nations entre elles. Aussi, on imagine mal qu’un e-won expérimenté, testé, éprouvé soit ensuite rangé dans un placard. Il figurera à n’en pas douter aux côtés des autres monnaies souveraines arborant fièrement leur nouvel habillage numérique.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,172