Le nouvel outil de Bitfury à la traque des criminels utilisant Bitcoin

Le groupe Bitfury, un géant du minage de bitcoins, a mis en place une nouvelle méthode d’analyse des adresses bitcoin. Cette nouvelle solution permet d’établir un lien entre les différentes adresses pour les enquêtes criminelles.

Le groupe développait depuis quelque temps déjà une solution qui permet de remédier à un des principaux fléaux de la technologie cryptographique. Les activités criminelles ont tourmenté la Bitcoin depuis sa genèse, compte tenu de sa propension à être dépourvue de lien entre les différentes adresses qui peuvent en réalité être liées à une seule et même entité.

Valery Vavilov, PDG de The Bitfury Group, a commenté:

« Actuellement, les utilisateurs de Bitcoin peuvent avoir plusieurs adresses, ce qui facilite la dissimulation des identités et la commission de crimes sur la Blockchain. La capacité d’établir des liens entre les adresses connexes, appelée “regroupement”, est un nouvel outil important qui aide les organismes d’application de la loi à mener des enquêtes criminelles. »

[adblockingdetector id=”59b7fe7ae1769″]

La solution de Bitfury permettrait en effet de réaliser divers objectifs tout en minimisant les erreurs dans les données et en offrant une plus grande précision dans la liaison des adresses Bitcoin. La solution pourrait très bien s’avérer un outil précieux pour les forces de l’ordre.

Le secteur de la crypto-monnaie est encore très jeune et n’a pas cessé de subir des piratages informatiques et ainsi que d’autres formes d’abus. La tendance continuera donc très probablement de croître avec la popularité et l’influence croissantes du Bitcoin et des autres devises, rendant cette activité encore plus lucrative.

« Les ingénieurs de Bitfury ont mis au point une approche incroyablement innovante et novatrice pour l’analyse des transactions sur la blockchain Bitcoin. La blockchain Bitcoin a le potentiel d’être une puissante source de bonnes choses, et cette nouvelle méthode aidera à faire en sorte qu’elle soit à la hauteur de ce potentiel en facilitant les enquêtes et en réduisant l’activité criminelle », a expliqué M. Vavilov.

Le groupement d’adresses Bitcoin permet de déterminer quelles adresses appartiennent à un seul utilisateur grâce à une analyse des données de la blockchain. Il permet aux autorités judiciaires de les relier en une seule entité. Les conséquences de cette situation pourraient faire du bitcoin une cible d’abus moins attrayante.

Alors que les algorithmes précédents avaient construit des modèles de regroupement utilisant des informations sur la blockchain et l’utilisaient avec des données «off-chain», la nouvelle méthode de Bitfury utilise les deux types de données pendant l’étape de construction du modèle. Cela permet aux enquêteurs de réduire les erreurs, ce qui permet d’atteindre un niveau de précision beaucoup plus élevé que dans les tentatives précédentes.

Cet outil n’est pas le premier à être développé, et montre l’intérêt croissant des autorités dans la compréhension des transactions qui surviennent au sien des cryptomonnaies, parfois utilisées dans le blanchiment d’argent et le terrorisme. Le service des impôts des États-Unis fait appel depuis 2015 à un outil semblable pour démasquer les fraudeurs, et l’Union européenne a mis en place le Projet TITANIUM visant à analyser en profondeurs les échanges effectués. C’est aussi pour cette raison que l’influence du bitcoin semble s’estomper dans le deep web, au profit de monnaies anonymes comme Monero.

D’après financemagnates

Commentaires

Praesent nunc Donec luctus Praesent tempus Nullam dolor vulputate,
Partagez
Tweetez
Partagez