PROJET TITANIUM: Le plan de l’UE pour désanonymiser les cryptomonnaies

Surveiller les blockchains, désanonymiser les portes-feuilles, épier les marchés noirs en ligne, arrêter les terroristes et le blanchiment d’argent: voilà le principal but du Projet TITATIUM de l’Union Européenne.

Projet TITANIUM -pour Tools for the Investigation of Transactions in Underground Markets–  (Outils pour l’investigations des transaction dans les marchés parallèles), va unir des universités, des firmes de recherches privées et des agences de police du Royaume-Uni, de l’Espagne, l’Autriche, les Pays-Bas et la Finlande.

Ce projet aura pour rôle de développer des outils et d’améliorer les pratiques utilisées lors d’enquêtes criminelles impliquant les cryptomonnaies en Europe.

L’Union Européenne envisage de créer des outils forensic afin de découvrir des indices mettant en évidence diverses adresses contrôlées par la même entité, identifier des coins mixers utilisés pour le blanchiment d’argent, et automatiser la rétention d’informations concernant des activités illégales.

Le coordinateur de ce projet, Dr. Ross King de l’Institut Technologique d’Autriche a déclaré que l’utilisation des cryptomonnaies et des marchés noirs par les criminels et les terroristes évolue rapidement. Ce dernier à ajouté que le Projet TITANIUM respectera “la vie privée des citoyens”.

L’annonce  de ce projet arrive peu de temps après l’attaque informatique du ransomware WannaCry ayant paralysé des dizaines de milliers d’ordinateurs à travers plus de 150 pays. A l’heure où nous écrivons ces lignes, les adresses des porte-feuilles utilisés par les attaquants ont collecté un peu plus de 51 Bitcoin grâce à ce piratage.

Cette article est en partie une traduction de BitcoinMagazine

Commentaires

fringilla Praesent commodo amet, risus consectetur
Partagez
Tweetez
Partagez