La SEC alerte sur les dangers des ICO

La Securities and Exchange Commission est l’organe américain chargé de veiller sur les marchés financiers. Face au boom des ICO, elle tire la sonnette d’alarme.

Dans un texte publié sur le site public américain destiné aux investisseurs, l’organisme fédéral prévient des forts dangers d’investir dans des Initial Coin Offering. Ces dernières sont à mi-chemin entre une levée de fond et un Initial Public Offering (IPO), utilisé juste avant l’entrée en bourse pour déterminer la valeur initiale des titres.

Des recommandations qui font office d’avertissement

Dans ses recommandations, le gendarme de la bourse conseille aux investisseurs de toujours bien se renseigner sur quel type de bien ils posséderont, une monnaie ou un titre. Elle indique en outre que les promoteurs doivent avoir un plan d’affaire clair et que vous devez pouvoir comprendre. De plus si vous comptez investir dans une ICO vous devriez spécifiquement demander de quelle manière et sous quelles conditions vous pouvez échanger vos titres ou vos monnaies.

Mais au-delà de ces conseils évidents, la SEC insiste particulièrement sur le risque potentiellement élevé d’arnaques. Elle pointe du doigt le fait que des fraudeurs pourraient duper les investisseurs en promettant de très haut retours sur investissement et en ventant les mérites de ces nouvelles technologies. Ce document met aussi en évidence le fait que la création d’une ICO qui paraîtrait à première vue prometteuse pourrait n’être en réalité une simple arnaque.

Mais à part les arnaques venant directement des personnes derrières ses ICO, la SEC indique aussi que des vols peuvent être opérés par des hackeurs et que la récupération de ses fonds peuvent se révéler particulièrement difficile. Attention donc où vous placez votre argent

La SEC se réserve le droit d’intervenir

En dehors de ces recommandations, la SEC a indiqué qu’elle considérait certains ICO comme le défunt the DAO être des titres financiers, faisant donc une différence nette entre une crypto-monnaie et un token. Cette considération est lourde de conséquences car les titres financiers sont soumis aux lois américaines sur la finance et chaque vente de titres doit être fait en accord avec ce régulateur.

Les lois américaines dans le domaine imposent aux promoteurs d’être licenciés ou enregistrés sous peine de violer la législation. Ce n’était pas le cas de the DAO mais l’instance américaine a décidé de ne pas poursuivre les personnes à l’origine du projet mais d’avertir les individus qui seraient tentés de faire pareil.

 

Ces conseils interviennent à un moment où de très nombreux piratage d’ICO ont eux lieu ces derniers jours, allant parfois jusqu’à un détournement de 90 millions de dollars.

 

Commentaires

ut vel, Donec dolor ipsum risus fringilla ut massa Nullam
Partagez
Tweetez
Partagez