Les frères Winklevoss lèvent des fonds pour automatiser la crypto-fiscalité

Ambitionnant une facilitation des procédures de déclarations fiscales concernant les actifs numériques aux Etats-Unis, Winklevoss Capital, une société de capital-risque dirigée par les frères Winklevoss, a participé à un tour de table de 5 millions de dollars pour soutenir le projet Taxbit. Cette plateforme cherche à développer une solution logicielle capable de traiter automatiquement les calculs et les formulaires fiscaux des acteurs du marché crypto et prendrait en charge plus de 2500 jetons numériques.

Un programme qui allège la procédure fiscale

Alors que l’administration fiscale américaine, l’IRS (US Internal Revenue Service), continue de publier de nouvelles directives concernant la taxation des activités de cryptomonnaies, les acteurs du marché commencent à ressentir le poids des procédures encombrantes en s’emmêlant les pinceaux lors des déclarations. En l’occurrence, ces directives impliquent de nombreux paramètres qui laissent planner un sentiment d’incompréhension dans la communauté, que ce soit en matière d’imposition des gains, des échanges ou encore des participations au minage. Dans cette perspective, les frères Winklevoss ont rejoint le tour de financement de Taxbit, une entreprise fiscale de l’Utah, qui a décidé de monter un projet ayant pour objet la facilitation des opérations via un logiciel baptisé “TurboTax of Crypto”.

Il s’agit notamment d’un programme qui automatise les procédures de déclaration et de calcul pour chaque opération crypto, de sorte que l’utilisateur n’ait pas à appliquer manuellement les dispositions des nouvelles directives pour s’acquitter de ses taxes. En pratique, ce logiciel prendrait en charge plus de 2500 cryptomonnaies et devrait appliquer automatiquement les réglementations prévues par le régime fiscal sur les actifs numériques.

Les frères Winklevoss lèvent 5 millions de dollars pour soutenir le projet Taxbit.

Les frères Winklevoss lèvent 5 millions de dollars pour soutenir le projet Taxbit

La fiscalisation des cryptomonnaies demeure complexe

La détermination de Winklevoss Capital, et d’autres plateformes de capital-risque telles que Dragonfly Capital Partners, Global Founders Capital ou encore Valar Ventures, dans la participation massive lors de la collecte de fonds organisée par Taxbit est en grande partie motivée par l’aide à la gestion d’une cacophonie réglementaire instaurée par l’administration fiscale US notamment. Effectivement, ces entreprises cherchent à rendre l’utilisation des cryptomonnaies pratique devant cette nuée de dispositifs incompréhensibles par la société de consommation. Parmi les dernières directives publiées par l’IRS, de nouveaux éléments concernant la valeur marchande de la monnaie numérique ainsi que la taxation des mises à jour des blockchains ou Hardfork laisse les contribuables perplexes dans leurs activités.

Taxbit, le logiciel par excellence de la crypto-fiscalité

Taxbit, le logiciel par excellence de la crypto-fiscalité

D’ailleurs, certains observateurs comme Coin Center, de Washington DC ont estimé que ces dispositifs étaient trop “désordonnés”.

“Les terminologies de hard fork et airdrop sont mal utilisées…Et maintenant ? Coin Center devra prendre un certain temps pour comprendre les prochaines étapes, mais il est peu probable que nous puissions corriger ces mauvais résultats simplement en recherchant une clarté supplémentaire auprès de l’IRS”, un bon exemple pour décrier l’opacité de la réglementation.

En somme, une multitude de notions fiscales indéchiffrables contraint les acteurs cryptos à se méfier lors de leurs opérations, ce qui risque de réduire sensiblement les activités du secteur. Pour sa part, Taxbit s’active à développer son logiciel pour écarter cette difficulté. En outre, la solution logicielle sera proposée dans de nombreuses contrées et notamment au Royaume-Uni, au Canada ou encore en Australie.

 

➡️Suivre CryptoActu sur Telegram et sur Youtube

Commentaires

sed non ut ut justo et, quis, Sed id, Lorem dolor
50 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez