Cryptomonnaies

Cowen lance une division crypto au milieu de la frilosité des gros acteurs de Wall Street

24 Mar 2022 - 17:02

En dépit de l’incertitude réglementaire qui freine l’engagement des grandes banques dans le domaine des cryptos, des structures plus petites s’aventurent sur ce terrain mouvant. Ainsi, l’américaine Cowen Investments vient de lancer officiellement sa division dédiée aux actifs numériques. Elle permet à ses clients institutionnels de négocier jusqu’à 16 cryptos différentes.

Cowen Digital

La banque d’investissement Cowen vient d’annoncer le lancement de son infrastructure dédiée aux cryptomonnaies, Cowen Digital. Préparée longuement pendant 15 mois, la plateforme propose une solution tout en un, allant de l’exécution des transactions au service de garde des crypto-actifs.

Via Cowen Digital, nos clients ont désormais accès aux marchés de la cryptographie et des actifs numériques grâce à notre qualité institutionnelle et à nos capacités d’exécution et de conservation de bout en bout entièrement intégrées »

Jeffrey M. Solomon, PDG de Cowen, in Communiqué

Le délicat problème de la conservation des actifs numériques qui a souvent été un frein à l’adoption institutionnelle, a été résolu comme souvent désormais, par un partenariat avec une société spécialisée. En l’occurrence ici, le choix de Cowen s’est porté sur Standard Custody & Trust Company. Plateforme de garde qui pratique des normes élevées d’excellence en matière de sécurisation des clés privées, mais également en matière de réglementation et de conformité. Anticipant vraisemblablement ce besoin d’une structure de confiance pour son projet, Cowen avait l’année dernière investi 25 millions de dollars dans PolySign, la société mère de Standard Custody.

Détail de l’offre Cowen

Ses clients, principalement composés de hedge funds, de fonds communs de placement et de family offices, pourront accéder au trading au comptant de 16 cryptomonnaies dont BTC, ETH, SOL et le stablecoin USDC.

La banque d’investissement prévoit d’élargir sa gamme de produits. Ainsi à l’avenir, elle compte offrir la possibilité de négocier des dérivés et des contrats à terme crypto. Elle envisage également un accès institutionnel à la finance décentralisée (DeFi) et au commerce de jetons non fongibles (NTF).

Basée dans le Connecticut, Cowen Digital peut déjà desservir 35 Etats mais cherche à s’étendre bien au-delà. Elle est selon Drew Forman qui va diriger la division, en attente de licences au Canada, au Royaume-Uni mais également en Asie. Pour soutenir cette ambition la division qui compte 40 salariés, pourrait voir ses effectifs plus que doubler d’ici la fin de l’année.

Une structure adaptée au marché comptant des cryptos

Comme à chaque fois qu’une institution se lance dans la crypto, l’argument avancé est la demande croissante de sa clientèle pour cette encore nouvelle classe d’actifs. Cowen n’échappe pas à la règle.

L’équipe de Cowen Digital a eu des appels avec des centaines de clients potentiels, y compris des entreprises crypto-natives, des répartiteurs d’actifs et des fonds spéculatifs multi-stratégies cherchant à participer à l’espace.

Porte-parole de Cowen cité par Blockworks

D’ailleurs, Dan Charney, le co-président de Cowen, a révélé que la banque négociait des cryptos pour le compte de ses clients depuis déjà plusieurs mois. Et de son point de vue, la structure s’y prête plus aisément que d’autres du fait de sa plus petite dimension qui lui permet de s’adapter plus rapidement aux marchés d’actifs émergents.

Grâce à notre culture, nous pouvons travailler avec notre service juridique et de conformité et avec nos régulateurs d’une manière probablement peu accessible pour nos grands concurrents. Et nous pouvons trouver des solutions plus rapidement.

Dan Charney, co-président de Cowen, cité in Bloomberg

Les mastodontes de Wall Street dans l’attente d’une réglementation claire

Gérant environ 16 milliards de dollars d’actifs, Cowen ne fait effectivement pas partie des géants de Wall Street. Plus en butte, du fait de leur taille, à la pression réglementaire et aux exigences de conformité, ils hésitent davantage à s’engager sur le marché au comptant des cryptomonnaies. Ainsi, Goldman Sachs (environ 2000 milliards de dollars d’actifs sous gestion) a emprunté cette semaine la voie de transaction d’options de cryptomonnaies, quand un BlackRock (plus de 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion)  investit dans le bitcoin via des produits dérivés négociés sur le Chicago Mercantile Exchange (CME). 

La donne pourrait changer si l’administration Biden réglemente positivement l’industrie crypto. Les vannes pourraient alors s’ouvrir et l’argent de Wall Street affluer vers le marché crypto. Mais l’heure, espérée ou redoutée, n’est pas encore venue. Le décret récemment signé par le président US est assurément trop évasif pour rassurer les institutionnels.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche