Nouriel Roubini – « Les cryptomonnaies sont la plus grande escroquerie de l’Histoire »

Les périodes de marchés baissiers dans le secteur des cryptomonnaies sont bien souvent l’occasion de donner raison à leurs opposants historiques. D’autant plus lorsqu’un scandale comme FTX vient jeter une ombre de fraude massive sur une économie souvent associée à tout ce qui est mauvais. Car la liberté monétaire et la décentralisation ont un prix, celui de ne pas imposer un contrôle que certains considèrent encore comme nécessaire. Raison pour laquelle Nouriel Roubini affirme que « les cryptomonnaies sont la plus grande escroquerie de l’Histoire. » Explications…

09 janvier 2023 - 14:00

Temps de lecture : 4 minutes

Par Hugh B.

La tendance baissière sur le marché des cryptomonnaies met ses investisseurs à rude épreuve. En tout cas pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas profiter de ce que les plus optimistes d’entre eux considèrent simplement comme des soldes saisonnières. Une situation complexe qui ne remet pourtant pas en cause la véritable révolution en train de se jouer dans cette économie numérique en pleine construction.

Cela n’empêche pas certains détracteurs historiques du secteur des cryptomonnaies de venir répéter une nouvelle fois leur haine de cet écosystème numérique. Cela toujours pour les mêmes raisons, comme un refrain dont les paroles finissent par lasser. C’est-à-dire, dans les grandes lignes, le refus de les considérer de près ou de loin comme des monnaies. Et leur association systématique à une simple « escroquerie » alimentée par « une accumulation de fraudes, de criminels et de bonimenteurs. » Cela alors même que tous les chiffres disent le contraire.

Régulation

Christine Lagarde : les cryptos ne valent rien mais hâtons-nous de les réglementer

Nathalie E. - 21 May 2022 - 17:38

Bien dans son rôle de gardienne du temple, Christine Lagarde, la présidente [...]

Lire la suite >>

Nouriel Roubini – « le scandale FTX n’est pas l’exception, mais la règle »

Soyons aussi clair que possible. Résumer le secteur des cryptomonnaies à l’affaire FTX revient à réduire l’économie traditionnelle à l’affaire Lehman Brothers, ou tout autre scandale passé ou à venir de cette finance mondiale. Pourtant l’économiste Nouriel Roubini l’affirme sans aucun détour : « le scandale FTX n’est pas l’exception, mais la règle. » Un raccourcit dangereux qui balaye sans aucun discernement (liste non exhaustive) la résistance à la censure, la décentralisation et l’inclusivité sans précédent de cette économie numérique.

Car même si tout ne fonctionne pas toujours comme prévu, les fondamentaux sont là. Cela tout en respectant une certaine place à l’échec. Une donnée que même certains régulateurs admettent comme nécessaire afin de préserver l’innovation qui s’y déploie. Mais de toute évidence l’économiste et actuel professeur à la Stern School of Business de l’université de New York, surnommé « Dr Doom » (Dr Catastrophe) depuis sa prédiction de la crise des subprimes dès 2006, n’en démord pas. Et il le crie haut et fort depuis 2017 : « ce terme de « cryptomonnaie » est une appellation trompeuse ».

« En vérité, les cryptomonnaies sont la plus grande escroquerie de l’Histoire, avec une accumulation de fraudes, criminels et bonimenteurs… Des millions de dollars ont été investis ? Qu’en ont-ils fait ? 80% des cryptomonnaies étaient des arnaques dès le départ. Leurs promoteurs ont acheté des Lamborghini, des bateaux, des villas dans les Caraïbes et ont dépensé des sommes folles dans les clubs de strip-tease à Miami. »

Nouriel Roubini

Est-il vraiment nécessaire de pointer les énormes clichés véhiculés par cette simple affirmation. Alors que de nombreux projets continuent de construire et de développer ce qui sera sans aucun doute une part importante de l’économie de demain. Et cela même (ou surtout) si elle échappe au contrôle des gouvernements et des Banques centrales. Mais il y a au moins un point sur lequel tout le monde est d’accord. Sam Bankman-Fried et ses acolytes ne sont « qu’une bande d’escrocs. »

Bitcoin

FMI - "Nous avons imprimé trop d'argent sans penser aux conséquences imprévues"

Hugh B. - 23 Apr 2022 - 13:00

Alors que le Bitcoin enflamme les débats sur de nombreux sujets, la crise [...]

Lire la suite >>

Nouriel Roubini – « 99% d’escrocs qui devraient finir en prison »

Mais Nouriel Roubini ne s’arrête pas en si bon chemin. Cela en affirmant avec une simplicité assez déconcertante que « le terme de « cryptomonnaie » est une appellation trompeuse ». La raison invoquée : aucune d’entre elles ne permettrait de représenter une « unité de compte ». Alors que le Bitcoin est depuis 2021 la monnaie officielle du Salvador, c’est un fait pas une hypothèse. Et que les stablecoins s’imposent comme… des unités de compte adossées et équivalentes, au moins en terme de valeur, au dollar.

Le but est peut-être de défendre l’idée que les cryptomonnaies ne sont pas des monnaies fiat. Et c’est en effet leur vocation principale. Mais dans le même temps, leur volatilité si problématique n’a rien à envier à la mise en place, depuis une cinquantaine d’années, du principe des devises appliqué aux monnaies de Banques centrales, dont le cours est tout sauf stable. Il suffit de voir l’effondrement de la livre turque (TRY) dont le prix, contre le dollar (USD), a tout simplement été divisé par trois (-66%) depuis janvier 2020 (Bitcoin : -59% sur l’année passée et +110% sur 3 ans)… Et il ne s’agit pas de la faillite d’une plateforme centralisée du secteur des cryptomonnaies, mais bien d’un pays tout entier !

Bitcoin

Bitcoin - L'argent ne sera plus jamais le même après la guerre en Ukraine

Hugh B. - 09 Mar 2022 - 10:00

Le conflit enclenché par la Russie en Ukraine est à l'origine de nombreux [...]

Lire la suite >>

Mais peu importe, car les cryptomonnaies « ne peuvent pas représenter une épargne stable. » C’est un fait, qui en explique tout à la fois le succès et le risque. Mais sans pour autant en faire un système de fraude systématique. Et elles seraient supportées par des individus dont la malhonnêteté est de ne pas admettre que « la cupidité c’est bien », comme le font les gens de Wall Street. Ce qui démontre à quel point le dossier de Sam Bankman-Fried n’a pas été étudié avec l’attention nécessaire. Car cela faisait bien longtemps qu’il était présenté – et se comportait – comme un « capitaliste vautour intelligent » par ses pairs de l’économie traditionnelle. Et peut-être encore plus suite à l’affaire FTX !

« 99% d’entre eux sont des escrocs qui devraient finir en prison. Ils ont fait croire aux jeunes ou aux personnes en difficulté financière qu’elles pouvaient devenir riches du jour au lendemain« 

Nouriel Roubini

Une affirmation bien sévère qui condamne l’ensemble d’un écosystème basé sur la liberté et l’inclusion pour les agissements d’une minorité. Avec un Sam Bankman-Fried dont on se demande encore s’il finira effectivement en prison. Cela principalement du fait de ses multiples contacts au sein du gouvernement de Joe Biden et des instances de régulation. Et une fâcheuse tendance – pour le coup très économie traditionnelle – à voir ce genre de fraudeurs échapper à leurs responsabilités. Une affaire à suivre…

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche