Paypal s’emballe pour les cryptos et … les CBDCs

 Paypal s’emballe pour les cryptos et … les CBDCs

Les ambitions de Paypal sont sans limites

Depuis le lancement de son service d’achat et de garde de cryptomonnaies, le géant des paiements dit faire face à une demande exponentielle. Paypal a donc décidé de passer à la vitesse supérieure en accélérant son déploiement et en relevant le plafond d’achat. Ses ambitions lorgneraient aussi du côté des CBDCs (Central Bank Digital Currency).

Les utilisateurs de Paypal, amateurs de cryptos

En octobre dernier, Paypal a fait le buzz en annonçant son service d’achat/vente et de garde de cryptomonnaies. Dans son escarcelle : Bitcoin (BTC), Ether (ETH), Bitcoin Cash (BCH) et Litecoin (LTC). Voilà un moment que le leader du paiement numérique tournait autour de Bitcoin et consorts. Si l’annonce du lancement effectif d’un service crypto a fait sensation, ce n’était néanmoins pas une surprise, la rumeur courait depuis des mois sinon des années. De fait, cette offre en circuit fermé connaît déjà un vrai succès. Succès qui a même surpris les initiateurs du projet qui s’en sont ouverts lors d’une réunion sur le bilan trimestriel de l’entreprise.

Ce projet figurait vraiment en tête de nos priorités et nous voyons qu’il se concrétise très rapidement. Nous l’avons fait il y a quelques jours, mais notre liste d’attente était 2 à 3 fois plus longue que nos attentes. »

Dan Schulman, PDG de Paypal

De fait, face à cet engouement, la société a augmenté les limites hebdomadaires d’achat de cryptomonnaies de 10000 à 15000 dollars. Mais elle a aussi décidé d’accélérer le déploiement de l’offre qui n’est accessible pour le moment qu’à 10% des résidents du territoire américain. Dans le courant du mois de novembre, elle devrait s’étendre à tous les Etats-Unis avant son offensive mondiale en 2021.

Paypal s’enflamme et part à la conquête du monde

En d’autres termes, 340 millions d’utilisateurs potentiels pourraient bientôt accéder au marché des cryptomonnaies. Mais sous conditions. Non seulement, ils n’auront pas accès à leurs propres clés privées mais en plus, ils ne pourront pas transférer leurs avoirs cryptographiques hors de leur compte PayPal, ni envoyer du Bitcoin à d’autres utilisateurs PayPal. Visiblement, ce n’est pas un frein et la société parie sur une expansion gagnante.

Ainsi, d’emblée, Paypal a envisagé la possibilité d’acquérir des sociétés de cryptomonnaies pour asseoir sa position. Dans son viseur, BitGo, dépositaire qualifié pour les actifs numériques avec lequel les pourparlers n’ont pas été rendus publics. Et d’autres pourraient suivre pour diversifier ses activités en ce domaine. L’appétit des ogres, on le sait, est inextinguible.

Le Bitcoin, une rampe d’accès pour les CBDCs ?

Aussi, il n’aura pas échappé à sa sagacité l’élan irrésistible qui s’empare des Etats pour émettre des CBDCs. Il pourrait, à l’image d’autres géants du paiement, vouloir proposer aux banques centrales, une infrastructure clé en main pour un développement pratique et sécurisé de monnaies numériques centralisées. Mastercard propose déjà une plateforme personnalisable permettant de simuler l’émission, la distribution et l’échange de CBDC entre les banques, les différents prestataires de services financiers et les clients. Quant à Visa, le système a  laissé entendre qu’il travaillait également avec des organisations mondiales et des décideurs politiques pour aider à façonner l’évolution des CBDC. Il a même conçu un projet de stablecoin.

Les CBDCs, de mon point de vue et de toutes mes conversations, sont une question de « quand » et de « comment » elles sont faites, pas de « si ». Et je pense que notre plateforme [PayPal], avec ses portefeuilles numériques et avec la portée dont nous disposons actuellement, peut contribuer à façonner l’utilité de ces monnaies. »

Dan Schulman, PDG de Paypal

Bon, pour une société qui, il n’y a pas si longtemps, gelait les comptes de clients liés à une activité de cryptomonnaie, la conversion peut paraître spectaculaire. Mais elle est loin aujourd’hui d’être la seule à réviser ses positions. Au même titre que beaucoup d’autres, elle a enfin compris le potentiel du marché. Et aussi, bien sûr, que l’avenir du système financier sera numérique. Le comble, c’est que dans son processus de conquête, un Bitcoin ou un Ether « domestiqués » apparaissent comme des marchepieds idéals vers des cryptos étatiques. Retournons à nos plateformes.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

1,404