Quelles sont les raisons du lancement probable d’une cryptomonnaie par la Banque centrale Chinoise (PBoC) ?

Le lancement d’une monnaie numérique nationale est au centre des préoccupations de la Banque centrale chinoise après l’annonce du Libra, la cryptomonnaie native de Facebook. Ce produit financier issu du puissant réseau social américain risquerait "d’entraîner des conséquences économiques, financières et politiques" sur le géant asiatique.

Une hostilité envers le Libra

Le Libra, la future cryptodevise de Facebook est considérée comme une arme économique aux yeux de la Chine. Face à cette menace financière, la Banque centrale de Chine a accéléré le processus de développement de sa propre monnaie digitale. Le directeur du bureau de recherche de l'institution, Xang Xin, a notamment indiqué dans un communiqué les dangers que représenterait le Libra de Facebook sur le territoire chinois. Il a ainsi déclaré qu’une monnaie numérique inhérente au système financier chinois constituerait un contrepoids important pour le Libra, qui est pour sa part "intégralement protégé par une réserve d’actifs réels" comme le dollar. En réalité, la Banque nationale chinoise étudie le sujet des cryptomonnaies depuis 2014.

La Chine crée sa propre cryptomonnaie pour concurrencer le Libra

La Chine souhaite créer sa propre cryptomonnaie pour concurrencer le Libra.

Dans sa déclaration, le chef de bureau de la recherche de la PBoC a indiqué les effets néfastes possibles de ce stablecoin made in USA. Selon lui, il est difficile d’imaginer qu’une monnaie numérique adossée au dollar (le Libra) soit totalement équivalente et aussi puissante qu’une monnaie souveraine (le dollar lui-même), car "il n'y a qu'un seul patron, à savoir le dollar américain et les Etats-Unis".

Est-ce la continuité de la guerre commerciale ?

La tension croissante entre les Etats-Unis et la Chine pourrait également renforcer la position de la PBoC. En effet, la situation entre les deux pays s’est envenimée ces dernières années, à défaut d’avoir trouvé un accord gagnant-gagnant. Surtaxes, embargos, inflations, listes noires… la Chine et les Etats-Unis s’infligent tous les coups pour gagner en prestige et en puissance sur la scène du commerce international.

Le terrain de combat entre les deux puissances pourrait donc ainsi s’étendre sur le domaine des cryptomonnaies. Selon Wang Xin, le projet Libra aurait mené Facebook "en pôle position devant les banques centrales", la Chine gagnerait à également suivre ce chemin. Ceci étant, il souligne que l’adoption d’une cryptomonnaie pour potentiellement remplacer la devise locale est déjà en acheminement depuis quelques années.

"Nous avons commencé tôt sur le sujet… Mais il nous reste beaucoup de travail afin de consolider notre avance," résume-t-il.

D’autre part, les autorités chinoises ont été préalablement mises en garde contre l'omnipotence du Libra, au même titre que les régulateurs européens ou russes. Li Zhenhua, le directeur exécutif du Anti Financial Research Institute, affilié à Alibaba, avait notamment déclaré qu’une cryptomonnaie de type monnaie de crédit comme le Libra "mettrait en cause la souveraineté monétaire des banques centrales".

La Chine et les Etats-Unis, deux pays qui s'opposent dans une guerre commerciale

La Chine et les Etats-Unis, deux pays qui s'opposent dans une guerre commerciale

Enfin, le choix de la PBoC de précipiter le travail sur le sujet d’une monnaie digitale nationale est nourri par les impacts géostratégiques du Libra. Cependant, la Chine a déjà préparé son terrain bien avant l’annonce de la cryptomonnaie de Facebook, elle travaille sur ce projet depuis de nombreuses années déjà. Qui plus est, le lancement du Digital Currency Electronic Payment, un stablecoin indexé sur la devise chinoise avait été annoncé à la 13ème Assemblée nationale populaire l’année dernière.

Rejoignez-nous sur Telegram pour avoir les informations encore plus fraîches et plus d'analyses: https://t.me/CryptoActuCom

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

14 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez