Finance Décentralisée (DeFi)

Aave annonce le prochain développement d’un Twitter version Ethereum

19 Juil 2021 - 09:44

Cela ressemble à première vue à l’annonce d’une énième plateforme décentralisée concurrente au géant Twitter. Une sorte de fantasme récurrent dans l’univers des cryptomonnaies face à la mise en place de réseaux sociaux présentés comme natifs à ce secteur. Et dont l’innovation consiste le plus souvent à reprendre le contrôle de ses données. Mais également à les monétiser, parfois selon des principes plus malsains que novateurs. Cependant, à y regarder de plus près, cette annonce du protocole Aave cache peut-être une motivation plus… revancharde.

Il est difficile de dénombrer la quantité de projets de l’univers des cryptomonnaies qui n’ont pas tenté leur chance dans la création de réseaux sociaux. Le tout selon un modèle théorique associé au web3 et à la décentralisation sur une blockchain. Mais également avec une volonté de reprendre le contrôle de ce contenu que les géants actuels du secteur monétisent à leur avantage. Un modèle économique qui a du mal à s’imposer et dont les résultats sont aussi décevants que l’absence d’adoption qu’ils provoquent au sein de la communauté.

Cela en premier lieu car il est toujours difficile de concurrencer les primitives d’un secteur. Et tout comme le Bitcoin ne sera jamais remplacé par le Dogecoin, Twitter trouvera difficilement un concurrent à sa taille. Mais dans une logique d’évolution de l’Internet actuel vers sa version web3 décentralisée et communautaire, cette perspective reste néanmoins d’actualité. Et les projets qui tentent de surfer sur cette tendance se succèdent avec un modèle cependant (presque) toujours identique : monétiser ses données personnelles pour son propre compte.

Aave veut développer un Twitter sur Ethereum

Et dans cette longue liste de projets concurrents à Twitter, c’est aujourd’hui le fondateur du protocole Aave qui entre dans la course. Cela suite à une récente déclaration qui expose sa volonté de développer une plateforme de ce type avant la fin de cette année. Une bien étrange décision pour un protocole dont l’activité est principalement centrée sur l’offre de prêts dans l’univers de la DeFi. Et qui fait de ce dernier le plus important de ce secteur avec une valorisation actuelle toute proche des 11 milliards de dollars sur le site DefiPulse. Ce qui le place en tête de cet écosystème avec une dominance de 17% de parts de ce marché.

DeFi – Entre milliards de dollars et positionnement idéologique

« Nous pensons que les créateurs de contenu devraient posséder leur public sans autorisation. Un espace où tout le monde peut créer de nouvelles expériences utilisateur en utilisant le même graphique social et les mêmes données en chaîne. » – Stani Kulechov

Mais ce n’est pas la première fois que le projet Aave s’écarte quelque peu de son domaine d’activité principal. Ce qui avait donné naissance aux étranges NFTs du nom d’Aavegotchi à la fin de l’année dernière. Le tout reposant sur un jeton GHST au succès plutôt mitigé. Et des fantômes dont la vocation semble être de se déployer prochainement dans un univers de type metaverse. Cela sous la forme d’un projet du nom de Gotchiverse, mélangeant terres numériques et culture de NFTs en mode farming. Ce qui démontre soit une propension à la créativité sans limites de son fondateur, soit un éparpillement parfois animé par des ambitions plus territoriales et revanchardes.

Un réseau social qui appartient aux utilisateurs

L’ambition de ce projet est officiellement de proposer une plateforme qui soit plus respectueuse de ses utilisateurs. Cela avec comme point central cette idée de rendre chaque utilisateur « propriétaire » de ses contacts. Car à l’heure actuelle, tout ce qui se passe sur Twitter appartient à l’entreprise. Cela avec le problème toujours présent de la censure que cette dernière peut exercer sans restriction. Et un système de rémunération qui lui est totalement favorable au détriment de ceux qui en font vivre le réseau.

BitClout - Le réseau (a)social qui veut monétiser la popularité

« Aujourd’hui, si vous tweetez ou retweetez, il n’y a pas de monétisation et vous ne possédez pas non plus votre propre public (c’est-à-dire que si vous passez d’une plateforme à une autre, vous devez recommencer à zéro). Twitter génère tous ses revenus de vos tweets et du contenu que vous partagez. Et il décide lequel de vos tweets obtient du succès grâce à son algorithme. » – Stani Kulechov

Et pour ce faire, Stani Kulechov explique que ce réseau social sera développé sur le principe d’une DAO. Ces structures à la mode qui reposent sur une décentralisation au service de ses utilisateurs. Et qui offrirait la possibilité à chaque créateur de contenu de « permettre à ses abonnés de voter » pour en valoriser les publications. Le tout reposant sur le réseau Ethereum et ses solutions de smart contracts.

Concurrencer Twitter ou embêter Jack ?

De beaux principes théoriques au centre du développement de ce projet, qui n’a pour le moment ni nom ni existence effective. Mais dont la véritable et soudaine motivation pourrait bien se trouver ailleurs. Car il semble que le fondateur du protocole Aave n’ait pas apprécié les récentes annonces de son homologue version Twitter. Un Jack Dorsey qui souhaite développer une plateforme de services financiers non dépositaires, sans autorisation et décentralisés… mais en relation à son amour unique et exclusif qu’est le Bitcoin. Une hérésie pour les amateurs du réseau Ethereum, Money Lego officielle et primitive de l’univers des cryptomonnaies.

« Puisque Jack souhaite construire Aave sur le Bitcoin, Aave devrait construire Twitter sur Ethereum. » – Stani Kulechov

Voilà donc probablement la véritable raison de tout ce remue-ménage. Et dans ce cas de figure une source de motivation qui semble quelque peu problématique du côté de Aave. Car vouloir développer un concurrent au géant Twitter du simple fait de chercher à embêter son fondateur historique semble assez discutable. Et probablement pas une raison suffisante pour en porter le succès au milieu de tous les précédents échecs dans le domaine. À moins que cela ne représente justement le moteur nécessaire pour y arriver. Une affaire à suivre…

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche