Blockchain

Arbitrum – Une « panne » met son réseau à l’arrêt pendant des heures

10 Jan 2022 - 13:00

Le véritable enjeu des projets de blockchain n’est pas de prétendre faire mieux qu’Ethereum, mais de le prouver dans les faits. Une règle qui s’applique également à ses layers 2, censés permettre d’échapper à ses frais de transaction. Mais avec l’avantage non négligeable de rester liés à la sécurité de son réseau. Une dynamique enclenchée l’année dernière, avec l’apparition de nombreuses alternatives toutes plus innovantes. Mais actuellement malmenées par une migration effective des utilisateurs de la DeFi, version crash test en temps réel. Et au final des résultats mitigés, avec comme dernière « panne » effective un réseau Arbitrum bloqué pendant plusieurs heures.

Les semaines se suivent et se ressemblent dans l’univers des cryptomonnaies. Avec à chaque fois un nouveau réseau victime d’une « panne » censée être impossible lorsqu’il est question de blockchain. Au point de permettre d’en mesurer la décentralisation effective du simple fait de ces dysfonctionnements. Avec comme principal sujet de préoccupation, la blockchain Solana (SOL) victime de son succès et des armées de bots en quête de rendements automatisés. Et cette simple question : est-ce une étape nécessaire dans son développement ou une faille récurrente digne d’Ethereum ?

Ethereum

Le paradoxe Ethereum - Quand hausse de l'ETH rime avec fuite des utilisateurs

Hugh B. - 05 Nov 2021 - 15:00

La position centrale du réseau Ethereum au sein de l’écosystème des [...]

Lire la suite >>

Des problèmes qui n’épargnent pas non plus les célèbres layers 2, construits sur ce dernier. Avec il y a tout juste quelques jours, un réseau Polygon (MATIC) victime du succès explosif du jeu de play to earn Sunflower Farmers. Au point de voir ses frais multipliés par 10, pour des transactions impossibles à effectuer. Une liste inquiétante, mais finalement logique dans le cadre d’un développement toujours en cours. Principale excuse mise en avant par le projet Arbitrum victime hier d’un blocage de son réseau pendant une dizaine d’heures. Car dans le cas présent, il ne s’agit encore que d’une version de test.

Arbitrum en panne pendant plusieurs heures

L’affaire a débuté hier matin, par une mise à l’arrêt complète du réseau Arbitrum. Un problème dont l’origine a rapidement été identifiée comme une panne de son séquenceur. Diagnostic visiblement différent de la congestion dont il avait déjà été victime il y a quelques mois. Avec cette fois comme conséquence directe, un « réseau Arbitrum One temporairement indisponible » pour une durée que certains estiment à 12 heures au final. Et ce que des développeurs tentent d’expliquer par un mauvais timing. Car une mise à niveau logicielle en cours au moment des faits aurait visiblement empêché la procédure de sauvegarde de prendre le relais.

« Nous connaissons actuellement des temps d’arrêt du séquenceur. Merci de votre patience pendant que nous travaillons à sa restauration. Tous les fonds du système sont en sécurité et nous publierons des mises à jour ici.« 

Arbitrum

Le réseau Arbitrum est sans conteste le layer2 le plus populaire du moment. En grande partie du fait de son architecture très proche de la blockchain Ethereum (layer 1) sur laquelle il repose. Avec cette assurance, dans le cas présent très théorique, de pouvoir basculer vers cette dernière en cas de problème. Car dans les faits, « le réseau est conçu pour supporter des défaillances même permanentes du séquenceur en utilisant Ethereum pour traiter les transactions. » Sauf que tout ne s’est pas passé comme prévu.

Arbitrum vs décentralisation

Une « défaillance matérielle » dans le « nœud principal du séquenceur » à la formulation très obscure. Mais dont l’une des conséquences a été la capture de 284 transactions bloquées, sans pouvoir être publiées sur le réseau Ethereum. Car c’est de cette manière que fonctionne Arbitrum. En effectuant ces opérations par lots (optimistic rollups) hors de son layer 1, afin de n’y inscrire que les données strictement nécessaires. Et cela dans le but d’en alléger le poids numérique final, mais également les frais appliqués à ses utilisateurs. Avec un constat simple, suite à cette mésaventure :

« Le réseau Arbitrum est toujours en version bêta, et nous conserverons ce surnom tant qu’il existera des points de centralisation dans le système.« 

Arbitrum

Un coup dur pour le projet Arbitrum, actuellement en première place du classement des layers 2. Cela avec une dominance supérieure à 47% appliquée sur ce secteur. Et une valeur totale verrouillée (TVL) proche des 2 milliards de dollars qui le place dans le top 10 actuel du site DefiLlama. Mais une équipe de développement visiblement aussi optimiste que sa technologie, fière d’affirmer que « la stabilité et la disponibilité du réseau sont une priorité absolue. » Une volonté dont la durée de cette panne serait une conséquence directe. Puisque le but était « d’agir prudemment et délibérément pour nous assurer que toutes les transactions qui avaient été confirmées par le séquenceur avant la mise hors ligne étaient préservées et qu’il n’y aurait pas de réorganisation. »

Et au final un bilan assez simple, dont « les garanties les plus solides viendront une fois qu’Arbitrum sera entièrement décentralisé. » Car pour le moment, le fameux séquenceur est géré par une structure tierce et centralisée du nom de Offchain Labs. Une faille qui devrait être réglée dans les prochaines semaines, si l’on en croit les membres du projet Arbitrum. Cela avec la mise en place d’une « double voie » dont le but est de minimiser ces temps d’arrêt potentiels. Et « tout en atteignant l’objectif ultime d’une décentralisation complète. »

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche