Cryptomonnaies

Le gouverneur de la BdF exhorte à une régulation urgente des cryptomonnaies

30 Juin 2021 - 09:22

Il y a deux facettes qui ne trompent pas face à une augmentation significative de l’adoption d’une technologie innovante. La première est tout simplement son utilisation grandissante. Et la seconde est l’arrivée en fanfare des instances de régulation et autres structures de contrôle. Cela afin de toujours commencer par en empêcher le développement avant même de se poser la question de ce qu’elle pourrait apporter. Et c’est très exactement ce qui est en train de se passer un peu partout dans le monde. Avec en tête de file de la politique « baton dans les roues », la France et le gouverneur de sa banque nationale.

Il est toujours difficile de comprendre pourquoi le chemin de l’innovation doit inévitablement se heurter à l’étroitesse législative ou administrative. Une réalité qui augmente bien évidemment en fonction du niveau d’enrichissement et de « pouvoir » que cela apporte à ses nouveaux utilisateurs. Et qui place actuellement les cryptomonnaies au centre de stratégies souvent très aléatoires pour en contrer le développement important. Un domaine ou la France aime à se démarquer. Cela afin de bien démontrer son incapacité à entrevoir une innovation autrement que comme un risque pour sa souveraineté et son contrôle sur tout ce qui rapporte.

Ce qui donne bien souvent lieu à des amalgames à peine croyables, mais pourtant bien réels. Comme Bruno Le Maire qui aime à rapprocher tout ce qui le dérange du terrorisme. Cela afin de pouvoir ensuite taper dessus en se faisant applaudir. On encore l’actuelle présidente de la BCE qui ne manque pas d’étaler son mépris à l’égard des investisseurs du Bitcoin. En les taxant de simples amateurs d’un « funny business » qui le deviendra bien moins quand viendra l’heure de faire les comptes.

Christine Lagarde veut réglementer le « funny business » du Bitcoin à un niveau mondial

« Il ne nous reste plus beaucoup de temps »

Et au sein de cette mascarade digne d’un sketch de mauvais humoristes, de nouvelles voix s’élèvent pour poursuivre cette manœuvre politique déjà bien avancée. Car il semble difficile d’imaginer que le Bitcoin et les cryptomonnaies puissent indéfiniment échapper à la case légaliste qui les attend de pied ferme. Mais il n’est pas nécessaire pour autant d’en construire cette caricature sans fondement d’outils destinés à des utilisations criminelles. Ou de considérer que ses investisseurs de la première heure ne sont que des amateurs en train de faire mumuse.

Un constat que semble avoir fait François Villeroy de Galhau, actuel gouverneur de la Banque de France (BdF). Et qui l’a visiblement fait basculer dans une volonté de régulation proche de la panique. Car c’est bien avec un caractère d’urgence que tout cela est envisagé. Une précipitation exposée lors du récent Forum International de la Finance qui s’est tenu hier à Paris.

« Je dois souligner ici l’urgence : il ne nous reste plus beaucoup de temps, un ou deux ans. (…) Sur le sujet des monnaies numériques et les paiements, nous, en Europe, devons agir le plus rapidement possible ou risquer une érosion de notre souveraineté monétaire. » – François Villeroy de Galhau

Un événement durant lequel il a abordé la question dorénavant cruciale de ces monnaies numériques et « crypto-actifs ». Une distinction obscure qui refuse clairement le statut juridique de monnaie aux cryptomonnaies. Et qui présente les crypto-actifs comme « des actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale ». Mais sans être des cryptomonnaies pour autant… Comprenne qui pourra !

Un cadre réglementaire dans les mois à venir

Une précipitation soudaine qu’il est difficile de ne pas mettre en relation avec les tests actuels de la Banque de France concernant la mise en place d’une monnaie numérique de type MNBC. Mais que François Villeroy de Galhau explique du fait de ce qu’il présente comme une diminution notable de l’utilisation des espèces durant les premiers mois de la pandémie du Covid. Ce qui selon lui pourrait rapidement conduire à « une marginalisation de l’utilisation de la monnaie de banque centrale ». Et à un affaiblissement possible de l’euro.

Les cryptomonnaies n’ont pas besoin de régulation mais de clarification

Ce qui pousse le gouverneur de la Banque de France à demander à l’Union Européenne de prendre des mesures rapides pour « adopter un cadre réglementaire dans les mois à venir« . Cela afin d’anticiper cette « érosion de la souveraineté monétaire ». Principe fondamental qui fait de l’ensemble des monnaies FIAT actuelles les outils d’un véritable déterminisme monétaire. Et auquel les cryptomonnaies offrent une alternative de liberté tout simplement insupportable pour les régulateurs. Ces derniers n’envisageant la monnaie que comme un moyen de contrôle et certainement pas d’émancipation.

Une prise de position qui soulève une nouvelle fois l’épineuse question de la possibilité de contrôler ou non les cryptomonnaies. Cela du fait de leur caractère décentralisé et autonome qui les rend par définition insaisissables. Mais également de leur statut de monnaies déjà effectif, mais pourtant toujours nié par la grande majorité des structures de contrôle monétaire de ce monde. Ce qui les place une nouvelle fois dans le wagon de queue de ce train de retard réglementaire face à l’innovation. Aucun doute que cette série comptera de (nombreux) nouveaux épisodes…

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche