Régulation

Banque de France – Pas d’euro numérique sans un encadrement strict de la DeFi ?

29 Nov 2021 - 09:43

Il ne se passe pas une intervention d’un régulateur économique mondial sans aborder le sujet délicat du statut des cryptomonnaies. Une question récurrente sous la forme de nouvelles frontières à mettre en place pour intégrer ces actifs numériques dans un cadre légal auquel elles échappent toujours. Cela en grande partie du fait de leur décentralisation. Mais également de l’impossibilité d’identifier une entité unique sur laquelle faire peser ce poids réglementaire. Avec au centre de ces préoccupations, une DeFi en train de s’imposer comme le monstre monétaire et numérique qui peuple les pires cauchemars de ces administrateurs monétaires. Une situation que la Banque de France présente comme l’un des obstacles majeurs à la mise en place d’un euro numérique.

Il ne fait aucun doute que le développement de la DeFi s’impose de plus en plus. Cela face à une économie traditionnelle démunie. Et sous la forme d’une véritable utilité monétaire appliquée à des cryptomonnaies jusque là jugées tout juste bonnes à servir des objectifs criminels. Car tous les services financiers s’y retrouvent, mais sous des formes bien plus rentables et innovantes. Comme cette possibilité de tirer des rendements à hauteur de 10% au minimum, simplement en bloquant des stablecoins dans une offre de prêt (lending). Ou de multiplier ses fonds en surfant sur la vague du liquidity mining offert par ses différents réseaux actuels.

Un constat confirmé par la mention de cette finance décentralisée à chaque nouveau sommet organisé sur le sujet de la gestion et du développement monétaire. Cela en parallèle à des stablecoins adossés au dollar qui finissent par s’imposer contre leur propre support. Au point de poser sérieusement la question de l’utilité d’une version numérique de banque centrale (MNBC) officielle devenue obsolète avant même d’exister. Une situation face à laquelle l’Europe tente d’imposer sa technique de l’ignorance agressive. Avec une Banque de France dont l’un des hauts fonctionnaires à récemment tenté de dresser un état des lieux assez surprenant.

La création d’un euro numérique n’est pas la priorité

Tout cela a débuté lors d’une intervention de Denis Beau, premier sous-gouverneur de la Banque de France, effectuée le 19 novembre dernier. Un discours rédigé dans le cadre d’un colloque sur le sujet des « nouveaux enjeux de la régulation financière » dans lequel il est question des « défis de l’euro numérique. » Une nécessité face à la mise en place de « plus d’une vingtaine de projets pilotes » un peu partout dans le monde. Avec comme principale préoccupation de « maintenir le rôle stabilisateur de la monnaie de banque centrale dans un paysage des paiements en forte transformation. » Tout un programme !

« Nous nous apprêtons à finaliser notre programme d’expérimentations sur la MNBC « interbancaire » ou « de gros », pour éprouver si et comment elle pourrait contribuer à améliorer la performance, la rapidité, la transparence et la sécurité des transactions entre grands acteurs financiers et notamment pour les paiements transfrontaliers. En parallèle, la Banque de France est également fortement impliquée dans la phase d’investigation de l’euro numérique de paiement de détail, à destination du grand public pour les paiements du quotidien. » – Denis Beau

Régulation

Christine Lagarde - Les stablecoins ne sont pas des devises

Hugh B. - 03 Sep 2021 - 10:25

S’il y a bien une forme de ces cryptomonnaies de l’enfer qui [...]

Lire la suite >>

Et il ne fait aucun doute que cette déclaration fait en partie référence à des offres comme PayPal qui font actuellement des cryptomonnaies de nouveaux moyens de paiement effectifs. Cela sans se soucier de savoir si ces dernières sont officiellement reconnues comme des monnaies légales par les régulateurs. Une situation qui pousse les émetteurs de monnaies mondiaux à se poser la question de la meilleure stratégie à adopter. Cela afin de faire face à ce changement de paradigme monétaire en cours. Et selon Denis Beau : « la stabilité de notre système de paiement ne repose pas uniquement sur notre capacité à mettre à disposition une MNBC. »

Encadrer le développement de la DeFi

Il s’agit ici de la France et de sa capacité historique à préférer se concentrer sur le contrôle avant même de considérer l’innovation impliquée. Ce que démontre la liste des « leviers d’actions » proposés par Denis Beau. Avec comme objectif d’accompagner le développement « ambitieux » de cet euro numérique de banque centrale encore très théorique. Car selon ce dernier, « la mise à disposition d’une MNBC n’est pas le seul ni nécessairement le plus urgent des instruments à utiliser. » En effet, la priorité est de toute évidence à la réglementation. Cela afin de « maintenir la stabilité » d’un système de paiement exposé – entre autres – au développement « hors cadre réglementaire » de la DeFi.

« D’autres évolutions réglementaires vont devoir être menées, qui sont également très importantes. Je pense en particulier à l’encadrement du développement de la finance décentralisée, de la DeFI, pour laquelle les cadres de régulation habituels se heurtent à l’absence d’émetteurs ou de prestataires aisément identifiables. Cela dans un environnement régi par des protocoles exécutés de manière automatique sans intermédiaires. Et l’absence de juridiction de rattachement pour les services proposés. » – Denis Beau

Régulation

SEC vs DeFi - Comment imposer une régulation sur un système décentralisé ?

Hugh B. - 24 Feb 2021 - 09:23

Le passage par la case SEC est pour l’univers des cryptomonnaies ce [...]

Lire la suite >>

Car la DeFi représente un véritable obstacle réglementaire aussi innovant que ses offres financières décentralisées et numériques. Tout en offrant aux cryptomonnaies un développement et des cas d’usage « susceptibles de modifier en profondeur l’écosystème des paiements en euros. » Raison pour laquelle elle figure en si bonne place dans ce document pourtant censé aborder « les défis de l’euro numérique » et son calendrier de mise en place. Avec un Denis Beau dont les espoirs se portent sur les projets de règlements européens actuellement en cours, afin d’endiguer cette déferlante. Et face à une DeFi qui n’aura jamais aussi bien porté son nom…

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche