Régulation

Binance – Avant la lune, objectif PSAN en cours pour intégrer le marché français

11 Nov 2021 - 13:00

Il semble que la plateforme Binance ait décidé de changer de stratégie de communication vis-à-vis des instances de régulation. Car à la distance volontaire sans options de localisation possible succède une phase de séduction aux arguments très incitatifs. Un changement visible lors de la visite de son fondateur Changpeng Zhao (CZ) dans les bureaux de Bercy il y a une semaine. Avec dans la poche de son short de milliardaire des cryptomonnaies un chèque de 100 millions de dollars à poser sur la table. Cela afin de développer un écosystème français que le gouvernement s’échine plus à bloquer qu’à accompagner dans son développement. Mais rien ne sera possible avant d’obtenir le statut de PSAN.

Après avoir recruté bon nombre d’ex-agents des instances de régulation, la plateforme Binance semble entamer une nouvelle étape dans le cadre de son développement. Et c’est auprès des services du ministère de l’Économie et des Finances français que cet exercice de contorsion est en cours. Cela avec le lancement annoncé en grande pompe de son « Objectif Lune ». Une opération dont le décollage est actuellement retardé pour cause de problèmes réglementaires. Car il ne suffit pas de vouloir pour être autorisé à survoler l’espace aérien de l’économie française. Même avec une valise de 100 millions de dollars dans la soute.

Plateformes d'échanges

Objectif Lune - Binance souhaite investir 100M€ en France pour développer la crypto

Hugh B. - 04 Nov 2021 - 09:00

L’information est tombée en fin de journée hier et elle porte le nom de [...]

Lire la suite >>

En effet, à peine le tapis rouge remballé, le gouvernement français a fait savoir à Binance que rien ne se passerait si elle n’obtenait pas le statut de prestataire de services sur actifs numériques (PSAN). Un sésame national dont l’obtention ne se résume pas à prononcer la formule magique « ouvre-toi ». Et qui doit encore peupler les cauchemars des rares entreprises autochtones de l’univers des cryptomonnaies à avoir réussi ce parcours du combattant. Mais peu importe, car dans une récente déclaration la plateforme Binance annonce que cette formalité devrait être réglée d’ici 6 mois à 1 an tout au plus…

Binance – Après la lune, objectif PSAN

Et pendant que Changpeng Zhao (CZ) échange ses shorts contre des costumes de grands couturiers, la plateforme Binance fait une croix sur ses ambitions de décentralisation. Exit les déclarations du type : « où que je m’assoie, ce sera le bureau de Binance. Partout où j’ai besoin de quelqu’un, ce sera le bureau de Binance ». Voici venu le temps des implantations locales et de la stratégie d’origami réglementaire. Ou comment se plier pour entrer dans les cases des exigences légales nationales.

« Nous avons commencé notre activité comme une organisation décentralisée, mais il faut bien constater que ce n’est pas très bien vu par les régulateurs. Or cette industrie doit être régulée. Nous sommes donc en train de mettre en place des sièges sociaux à plusieurs niveaux : local, régional et mondial. » – Changpeng Zhao (CZ)

Plateformes d'échanges

Binance rembourse les cryptomonnaies perdues de ses utilisateurs

Hugh B. - 28 Oct 2021 - 11:00

Tout utilisateur actif dans le domaine des cryptomonnaies a déjà [...]

Lire la suite >>

Un exercice de style qui débute donc par l’obtention de ce PSAN. Une procédure aux accents de tournant historique pour cette plateforme leader dans le domaine des cryptomonnaies. Cette dernière à la tête d’un « nombre de clients (qui) a bondi de 20 à 85 millions cette année. »

La France comme siège social au niveau mondial ?

Une décision qui semble portée par de hautes ambitions dans le cadre de la stratégie actuelle de Binance. Avec un Changpeng Zhao (CZ) qui ne lésine pas sur les formules choc. Comme avec cette « annonce » lors d’une récente interview donnée au journal Les Échos. Et qui ferait de la France « un choix naturel pour un siège social régional, et même peut-être mondial. » Une déclaration difficile à considérer comme sérieuse, tant la France représente plus un pays à fuir qu’à envisager comme tour de contrôle internationale. Tout particulièrement pour une entreprise en relation directe et centrale au secteur des cryptomonnaies de-la-drogue-et-des-terroristes-et-tout-et-tout.

Régulation

Fiscalité et cryptomonnaies - Des amendements pour une simplification

Hugh B. - 02 Oct 2021 - 10:50

La fiscalité appliquée aux cryptomonnaies est digne d’un véritable [...]

Lire la suite >>

Quoi qu’il en soit, la France est bien le premier pays d’Europe ou Changpeng Zhao pose ses valises de VRP. Tout cela dans une stratégie présentée comme « proactive et transparente » vis-à-vis des instances de régulation. Avec un fondateur et CEO qui « se déplace en personne » pour serrer les mains et signer les chèques éventuels. Et des formules qui prêtent à sourire tellement elles dégoulinent de communication commerciale. Car Changpeng Zhao « ne croît pas qu’être régulé empêchera le lancement de nouveaux produits, même si de toute évidence cela prendra plus de temps. » Certainement plus que pour obtenir un statut PSAN qui ne simplifiera rien dans le domaine, bien au contraire…

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche