Le lancement d’Ethereum 2.0 se heurte au bull-run du Bitcoin (BTC)

 Le lancement d’Ethereum 2.0 se heurte au bull-run du Bitcoin (BTC)

Le lancement annoncé de ce qui sera les bases d’Ethrereum 2.0 se rapproche. Une date fixée au 1er décembre qui doit arriver à échéance dans dix jours maintenant. L’occasion de faire un bilan sur l’investissement nécessaire que cela implique de la part de ses validateurs. Le tout sous la forme du staking d’ETH pour en garantir le fonctionnement et la sécurité. Un chemin qui semble plus complexe qu’il n’y paraît.

Le passage à Ethereum 2.0 est l’une des étapes d’importance de cette année 2020 pour l’univers des cryptomonnaies. En grande partie du fait de son caractère inédit pour un acteur de cette envergure. Car Ethereum n’est pas seulement une cryptomonnaie, mais bien le socle d’une grande partie des infrastructures de cet univers. Ce qui implique que cette mutation de son réseau prenne du temps et nécessite un investissement de taille.

Ce qui dans les faits prend la forme d’un placement de type staking pour une durée de deux années. Un blocage de fonds qui représente un minimum de 32 ETH pour pouvoir être accepté comme un nouveau nœud de sa blockchain de type Proof of Stake (PoS). Et qui doit atteindre le montant de 524 288 ETH pour un total de 16 384 validateurs au final. Soit un peu plus de 252 millions de dollars au cours actuel. Ce qui n’est visiblement pas aussi simple et rapide que prévu

Ethereum 2.0 en manque de validateurs

Car le bilan provisoire de cette collecte de fonds en cours n’est pas des plus optimistes. Surtout lorsque l’on  constate que son échéance arrive à terme dans dix jours très exactement. Et ce lancement qui avait débuté sur les chapeaux de roue lors de son annonce semble s’essouffler bien avant de voir la ligne d’arrivée se dessiner à l’horizon.

Une donnée que confirme la courbe de progression du nombre d’ETH bloqués à l’heure actuelle dans ce réseau. Et qui n’atteint pour l’instant qu’un petit 20% de ce qui sera nécessaire pour son bon fonctionnement. Soit seulement 108 256 ETH sur les 524 288 nécessaires au moment de la rédaction de cet article. 

Ce qui ne fait pas mentir Vitalik Buterin qui annonçait cette mise en place comme beaucoup plus difficile que prévu. Et qui pose déjà certaines questions sur l’avenir alors qu’il n’en est pourtant même pas à son véritable début.

Une problématique qui psoulève également d’autres questions de taille. Comme le fait que ce montant encore faible d’ETH mis en gage est détenu à 25% par 3 investisseurs uniques

Les baleines d’Ethereum 2.0

Et cette nouvelle ne permet pas d’être plus rassurant dans le domaine. En particulier si l’on considère que le passage au-dessus des 100 000 ETH a été porté par quelques gros poissons et non par la motivation d’une véritable communauté. 

Ce qui remet immédiatement sur le devant de la scène la question primordiale de l’indépendance d’Ethereum 2.0. Un point central inhérent à toute blockchain et à leur principe de décentralisation qui ne peut être effectif que s’il est partagé par le plus grand nombre. Et que ce genre de baleines vient remettre en question du fait de leur (trop grande) importance numérique. 

Un fait qui a été très clairement et récemment démontré avec cette panne d’un fournisseur de données qui a entraîné la paralysie d’une bonne partie du réseau Ethereum. Cela car il détenait trop d’importance dans son processus de fonctionnement. 

baleines-ethreum-2

Un fait mis en avant dans un récent rapport de la structure Bison Trail. Cette dernière dresse un portrait de l’investissement actuel dans le réseau Ethereum 2.0. Et trois investisseurs se dégagent très nettement du tableau. Cela avec des sommes qui vont de 17 088 ETH (environ 8,3 millions de dollars) pour le plus important à un peu plus de 5000 ETH (environ 2,4 millions de dollars). Un constat qui ne l’empêche visiblement pas de rester optimiste sur le sujet. 

« Ils mettent beaucoup de capital en jeu après avoir si longtemps été assis dessus parce qu’ils veulent participer à la concrétisation de cette vision. » – Bison Trails

Il semble que d’autres gros investisseurs aient annoncé leur intention de rejoindre cette aventure. Cela comme la société d’investissement IBC Group basée à Dubaï. Cette dernière a effectivement indiqué hier qu’elle prévoyait d’investir un peu plus de 20 000 ETH (environ 10 millions de dollars) dans ce lancement d’Ethereum 2.0. 

Ethereum 2.0 se heurte au bull-run du Bitcoin

Certains analystes pensent que le lancement d’Ethereum 2.0 se heurte actuellement au bull-run du Bitcoin (BTC). Ce qui pousserait les investisseurs à se tourner vers son rival historique en vue de profits qui semblent au rendez-vous. Et qui font passer les 7% de rendement annuel promis par cet investissement comme potentiellement moins rentable, en tout cas sur le court et moyen terme.

Quoi qu’il en soit, il va falloir que le processus s’accélère et trouve des investisseurs motivés pour s’inscrire dans ce lancement. En particulier s’ils veulent que la date officielle soit respectée. Et que cela ne devienne par le terrain de jeu de quelques baleines

Car ne pas remplir la condition imposée reviendrait à reporter le lancement de cette phase initiale à une date ultérieure inconnue. Cela du fait que ce dernier est totalement dépendant de la réalisation de cet objectif

« Pour déclencher la genèse à ce moment, il doit y avoir au moins 32 dépôts de validateurs ETH avant le 1er décembre. Sinon, la genèse sera déclenchée une fois que ce seuil aura été atteint (le cas échéant). » – ETH 2.0

Hugh B.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,182