Vitalik Buterin – Ethereum 2.0 est beaucoup plus difficile que prévu

 Vitalik Buterin – Ethereum 2.0 est beaucoup plus difficile que prévu

Le lancement de la version 2.0 de la blockchain Ethereum (ETH) est très attendu. Un passage historique qui devrait marquer son entrée dans ce qui sera une nouvelle ère pour l’univers des cryptomonnaies. Mais il semble que cette échéance rencontre quelques difficultés inattendues. C’est en tout cas ce que pointe son fondateur Vitalik Buterin.

Son franc parlé est à la hauteur de son manque de tact. Une réalité qui en fait un acteur sans demi-mesure de la cryptosphère. Un trait de caractère qui permet de bénéficier de son avis sans détour et des informations réelles en toute transparence. Mais cela peut parfois devenir anxiogène lorsque cette franchise ne s’embarrasse pas de l’aspect « communication » que sa position pourrait nécessiter. 

C’est le cas avec les dernières déclarations de Vitalik Buterin sur les avancées d’Ethereum 2.0. En particulier lorsqu’elles interviennent au moment où le testnet final mis en ligne récemment rencontre des problèmes majeurs. Un dysfonctionnement qui met principalement en évidence le caractère trop centralisé de sa version PoS

ETH 2.0 beaucoup plus difficile que prévu

L’intervention de Vitalik Buterin date du week-end dernier. Elle a eu lieu lors d’un podcast publié sur le compte Twitter du maximaliste du Bitcoin (BTC) Peter McCormak. Et bien évidemment la question de la mise en place d’Ethereum 2.0 a fait partie du menu. 

Il faut reconnaître un certain courage à Vitalik Buterin pour aller se jeter ainsi dans la gueule des détracteurs d’Ethereum les plus motivés. Ceux-là mêmes qui le critiquaient sans ménagement une semaine auparavant sur la question de l’offre disponible (supply) d’ETH. Et comme à son habitude, le fondateur d’Ethereum n’a pas cherché à éviter les sujets qui ont été abordés.

« J’admets sans aucun doute qu’Ethereum 2.0 est beaucoup plus difficile que nous ne nous attendions à mettre en œuvre d’un point de vue technique. » – Vitalik Buterin

Une évolution en mode sélection naturelle

Cette affirmation quelque peu inquiétante s’est accompagnée d’une explication sur le caractère potentiellement risqué de l’évolution de cette technologie. Réalité exposée sous la forme d’une sorte de sélection naturelle qui fera que certaines applications seront amenées à échouer, pendant que d’autres réussiront. Ce qui selon Vitalik Buterin n’est en rien corrélé au succès ou l’échec d’Ethereum 2.0.

Il est vrai que ce passage d’envergure est parfois critiqué pour son ambition de refonte structurelle démesurée et extrêmement complexe. Un domaine où certains auraient simplement envisagé un nouveau projet qui aurait peut-être été plus simple à développer

Mais cela n’aurait fait qu’allonger la liste des Ethereum killers en embuscade pour prendre des parts de marché à ce leader incontesté des applications décentralisées (dApps).

Ethereum n’est pas une monnaie

À la suite de cela, la question de la relation entre le Bitcoin et Ethereum a bien évidemment été abordée. En particulier dans le domaine de sa position vis-à-vis d’une utilité de type purement monétaire. Ce qui est clairement la chasse gardée des maximalistes du Bitcoin.

Ces derniers croyant encore qu’il est possible de payer ses courses avec une cryptomonnaies dont le prix unitaire dépasse les 10 000$ et enregistre de fortes fluctuations de son cours. Alors même que les solutions de stablecoins se généralisent et que des monnaies innovantes à l’approvisionnement élastique de type rebase font leur apparition dans le domaine.

Une situation que Vitalik Buterin explique comme extérieure à la communauté qui entoure Ethereum, en rappelant que les applications non financières sont une réalité depuis sa création. Ce dernier expliquant que l’ETH ne peut en aucun cas être réduit à un simple outil monétaire

Quoi qu’il en soit, Vitalik Buterin explique que la mise en place d’Ethereum 2.0 sera de toute manière effective et fonctionnelle. Cela ne dépendant plus que d’une question de calendrier et certainement plus de problèmes techniques. 

« Je ne pense certainement pas que nous ayons découvert des défauts fondamentaux qui rendent cela impossible, et je pense que ce sera fini. Ce n’est qu’une question de temps, et cela a en fait progressé assez rapidement ces derniers temps. » – Vitalik Buterin

Hugh B.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,180