Ethereum

Le paradoxe Ethereum – Quand hausse de l’ETH rime avec fuite des utilisateurs

05 Nov 2021 - 15:00

La position centrale du réseau Ethereum au sein de l’écosystème des cryptomonnaies a quelque chose de paradoxal. Car il s’agit sans aucun doute du principal support de la DeFi et de toutes les innovations actuelles dans le secteur. Mais dans le même temps, sa blockchain en pleine mutation impose des frais de transaction qui finissent par prendre des airs de frais bancaires. Un véritable problème pour le développement de cet univers et sa crédibilité comme alternative fonctionnelle à l’économie traditionnelle. Et la principale raison d’un véritable exode de ses utilisateurs vers des options moins coûteuses. Ce qui n’est pas toujours plus simple et réellement rentable…

Comment aborder la situation actuelle de la blockchain Ethereum sans finir par tomber dans ce constat qui le présente comme un réseau pour les riches. Car ses frais explosent une nouvelle fois alors que sa cryptomonnaie se dirige enfin vers de nouveaux sommets. Et pendant que les détenteurs d’ETH et ses mineurs se frottent les mains, il en coûte parfois plusieurs centaines de dollars pour effectuer une transaction classique. C’est en tout cas le prix constaté hier pour (finir par ne pas) minter un NFT d’une valeur de 50$ environ sur la plateforme Opensea ! Il est donc possible de parler de scandale.

Une pilule difficile à avaler lorsque l’on sait que la mise en place de ce réseau avait pour vocation de permettre des transactions à faible coût. Mais le succès est passé par là. Et même son fondateur Vitalik Buterin a récemment fini par admettre que trop de DeFi était nuisible à son développement. Une opportunité en or pour la multitude d’alternatives qui se présentent sur ce cadavre encore chaud pour tenter d’en extraire les parts de marché. Avec en tête de ces canots de sauvetage les solutions de bridge et autres layer 2 qui explosent. Et des Ethereum killers qui tentent de surfer sur cette vague de son naufrage en cours.

Des frais Ethereum qui impactent les layers 2

Mais cela ne veut pas forcément dire que le réseau Ethereum est déjà mort et enterré. Il sera juste de toute évidence en indisponibilité quasi permanente pour le prochain épisode de ce bull market qui semble se décider à démarrer. Un constat qui n’est pas difficile à faire. Et qui a fini par décourager même les plus fidèles de ses utilisateurs. Ces derniers en route vers des options plus accessibles comme les solutions de layer 2 qui enregistrent des volumes de transaction toujours plus importants. Mais qui n’arrivent pas forcément à s’extraire totalement du montant des frais de la blockchain Ethereum sur laquelle ils reposent. Logique mathématique imparable, car même moins élevés ces derniers augmentent inévitablement en conséquence.

« Arbitrum n’était pas censé être bon marché ? Quelle blague. » – Satsdart

Une réalité qui pousse les utilisateurs du réseau Ethereum à s’enfuir en masse. Avec comme principales issues de secours les nombreux bridge permettant de s’échapper vers des cieux plus cléments. Une véritable migration en cours qui voit débarquer sur les autres réseaux des investisseurs en quête de frais moins élevés.

Les bridges de secours du réseau Ethereum

Les bridges sont ces passerelles – parfois coûteuses – qui permettent de transférer une cryptomonnaie d’une blockchain à une autre. Et dont la multiplication est à l’image de la hausse des frais du réseau Ethereum. Mais également en relation directe à cette nécessité d’interopérabilité entre les différents réseaux actuels. Un marché en pleine explosion, dont les principaux acteurs voient leurs TVL exploser sur les dernières semaines. Avec comme hausse la plus remarquable, le Ronin Bridge mit en place il y a quelques mois par le projet de gaming play to earn Axie Infinity afin de déserter Ethereum.

Un Ronin Bridge actuellement en tête de cette course avec une valeur totale bloquée (TVL) tout juste sous la barre des 6 milliards de dollars. Et devant des projets phares comme Polygon Bridge ou Avalanche Bridge aux coudes à coudes pour la seconde place du podium avec 5,3 milliards de dollars environ. Un bon indice des destinations privilégiées par les populations d’exilés numériques en provenance du réseau Ethereum. Et une hémorragie de liquidités qui semble difficile à empêcher compte tenu des délais annoncés pour une mise en place d’Ethereum 2.0 qui ne devrait pas intervenir avant 2022. À voir si le caractère fraîchement déflationniste de son ETH suffira à lui permettre de résister…


Cet article traite de l’actualité des cryptomonnaies. Il ne s’agit pas d’un conseil en placement financier. Toute prise de position doit s’accompagner de recherches personnelles et nécessite de croiser plusieurs sources avant de se lancer. DYOR !

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche