Coup d’État chez Curve – Son fondateur prend le pouvoir avec 71% des droits de vote

 Coup d’État chez Curve – Son fondateur prend le pouvoir avec 71% des droits de vote

Le tout récent lancement du jeton CRV par la plateforme décentralisée (DEX) Curve a été une bien étrange opération. Une procédure externe qui commence à ressembler à un beau coup de théâtre orchestré par l’équipe à l’origine du projet. Et les choses continuent de se dérouler selon des règles qui ne permettent pas de penser que la transparence et la décentralisation soit à l’ordre du jour.

La plateforme décentralisée Curve est l’un des succès actuels de la DeFi. Elle offre une solution de swap dédiée aux stablecoins qui connaissent un engouement sans précédent. Le tout porté par la Finance Décentralisée et son univers en pleine construction qui commence à ressembler à une partie de World of Warcraft dont personne n’a encore pensé à poser les règles

Le lancement du jeton CRV

C’est dans cet environnement étrange que le jeton CRV de Curve a vu le jour il y a une dizaine de jours. Un lancement très attendu par la communauté qui s’est soldé par une sorte de couac très DeFi style. Le tout annoncé par un compte Twitter anonyme et accepté assez rapidement et dans la foulée par Curve. Une procédure plus que douteuse qui a laissé la communauté autour de ce projet dans le doute. Le but étant de savoir s’il s’agissait d’un scam ou du véritable jeton de gouvernance tant attendu. 

Cela n’a pas empêché la plateforme Curve de passer très largement en tête des DEX référencés sur le site DefiPulse. Cela avec un total de valeur bloqué dans son protocole approchant actuellement les 1,7 milliard de dollars. Une hausse de 380% depuis le lancement du jeton CRV.

DefiPulse Curve CRV

Un bond qui a laissé l’ancienne plateforme numéro 1 Balancer loin derrière avec 328 millions de dollars. Une première place que cette dernière avait acquise de la même manière, suite au lancement de son jeton BAL

Ce succès de Curve repose en grande partie sur l’attractivité de ses pools de liquidité qui figurent parmi les plus rémunérateurs du secteur. Un point essentiel pour attirer les Yield Farmers avides de ce genre d’opportunités. 

Curve et la gouvernance

Mais la mise en place de ce jeton était aussi – et surtout – l’occasion de développer un système de gouvernance permettant à la communauté autour de ce projet de s’y investir pleinement. Le tout reposant sur des jetons veCRV générés grâce au verrouillage très rémunérateur de jetons CRV. Cela pouvant atteindre un bénéfice de l’ordre de 2,5x selon le site de la plateforme Curve. 

Une incitation qui n’a cependant pas rencontré le succès espéré. En effet, la quantité de jetons bloqués de cette manière représente actuellement moins de 7% de la quantité en circulation (supply) qui est de 10 millions d’unités. Il faut dire que la simple répartition de ces jetons pose déjà un réel problème si l’on se penche quelques instants sur la question. 

Répartition des jetons CRV

Sur les quelque 5800 possesseurs de CRV, seules 20 adresses détiennent à elles seules plus de 99% de la quantité de jetons disponibles. Dont une seule en possède plus de 60%. Ce qui pose un réel problème de centralisation et un risque élevé de manipulation de son cours. Ce dernier ne faisant que chuter pour passer de 54$ lors de son lancement à 3,25$ actuellement, au grand désespoir de ses investisseurs.

Coup d’Etat chez Curve

Cette situation a permis au protocole yearn.finance (YFI) de s’emparer de 58% de droits de vote, du fait de sa position de pool de liquidité pour la plateforme Curve. Cela représentant rapidement un problème du fait que la quantité détenue définit le pouvoir que l’on obtient. Une formule qui n’est pas du tout propice à une décentralisation sereine. 

Et la réaction de Curve ne s’est pas faîte attendre. Elle s’est manifestée par une intervention de son fondateur et dirigeant Mickael Egorov dont le style pourrait être défini comme récurrent au sein de la DeFi : la précipitation. En effet, ce dernier a décidé de façon soudaine et unilatérale de bloquer 621 860 jetons CRV (2 millions de dollars actuellement) durant 4 années pour s’opposer à la majorité du protocole yearn.finance. Ce qui lui a permis de prendre le contrôle de 71% du pouvoir de gouvernance

Une réaction hâtive et très vivement critiquée par la communauté qui ne va pas permettre de détendre la situation autour de ce jeton visiblement au centre de beaucoup (trop) de complications. Cela même si Mickael Egorov s’est rapidement rétracté, affirmant un peu trop tard et sous forme d’excuse qu’il n’utiliserait pas ce droit de vote

Un problème pour l’évolution de Curve

Une situation qui a déclenché la colère de l’équipe de yearn.finance expliquant que cette main mise n’est pas réversible et ne peut pas être contrée du fait de la trop faible quantité de jetons en circulation à l’heure actuelle. Situation qui ne semble pas inquiéter l’équipe de Curve qui explique que l’augmentation des verrouillages de CRV à des fins de droits de vote finira bien par régler la question. 

Le véritable problème est le risque d’impossibilité de prise de décision que cette situation implique au sein de ce projet. En effet, il faut un minimum de 33% des voix pour pouvoir proposer une modification et plus de 50% pour effectuer une mise à jour. Et si Mickael Egorov s’abstient effectivement de voter, plus rien ne pourra être mis en place avant un bon bout de temps…

Hugh B.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,243