Ethereum

Vitalik Buterin – Mal utilisées, les cryptomonnaies ont un « fort potentiel dystopique »

19 Mar 2022 - 13:00

Tout va très vite dans le secteur des cryptomonnaies. Un véritable laboratoire d’innovations et de révolutions technologiques et monétaires en temps réel. Mais un écosystème encore fragile au sein duquel s’affrontent deux visions résolument différentes. Avec d’un côté, une volonté de construire sur le long terme une alternative sociale décentralisée et accessible à tous. Et de l’autre, une simple pompe à fric alimentée par des investisseurs et développeurs désireux de faire fortune rapidement. Une situation au « potentiel dystopique important » qui inquiète Vitalik Buterin, créateur historique d’Ethereum.

Le marché des cryptomonnaies a l’énergie, mais aussi l’instabilité chronique de sa jeunesse. Une économie décentralisée en constante évolution qui enrichie autant qu’elle ruine ceux qui tentent de surfer sur sa vague. Et un secteur bien trop souvent résumé à un simple moyen de faire fortune rapidement, quelle que soit la technique utilisée. Cela en oubliant un peu trop vite que l’objectif initial est de construire quelque chose d’utile. Et pas uniquement de s’acheter « des yachts et des Lambos » pour pouvoir les afficher sur Twitter.

Une réalité soulignée par Vitalik Buterin, dans une récente et longue interview donnée au Time Magazine. Ce dernier ayant déjà classé l’emblématique fondateur d’Ethereum dans le top 100 des personnalités les plus influentes de l’année 2021. Et avec cette fois comme objectif de donner la parole à un « leader » qui ne souhaite pas l’être. Mais dont « l’une des décisions prises en 2022 est d’essayer d’être plus audacieux et moins neutre. » En particulier face à un secteur des cryptomonnaies « au fort potentiel dystopique. »

Ethereum – Construire « le meilleur pour le monde »

Certains voient dans Vitalik Buterin un génie utopiste déconnecté de la réalité. Pourtant, avoir de grandes ambitions idéologiques et humanistes éloignées des profits immédiats n’a rien de décalé. Au contraire, le secteur des cryptomonnaies a un besoin urgent de ce genre d’esprits clairvoyants. Avec la capacité de penser et d’imaginer les choses au-delà de la prochaine hausse du dernier shitcoin à la mode. Mais également de s’extraire de la frénésie d’un marché qui oscille entre hausses records et effondrement dramatiques. Et une ambition qui ne se résume pas à « jouer à des jeux avec des images de singes à un million de dollars. » Mais bien de « réaliser des choses qui ont des effets significatifs dans le monde réel. »

Ethereum

Vitalik Buterin - Trop de DeFi nuit au développement d'Ethereum

Hugh B. - 22 Jul 2021 - 15:00

Malgré les nombreuses alternatives en cours de développement, Ethereum reste [...]

Lire la suite >>

Car Vitalik Buterin s’inquiète de l’avenir du secteur des cryptomonnaies. Et en particulier de celui du réseau Ethereum, qu’il voudrait voir utilisé pour autre chose que la DeFi et des projets dont le seul objectif est d’être « immédiatement rentables. » Avec en ligne de mire toutes sortes d’expérimentations sociopolitiques comme des systèmes de vote plus équitables, de la planification urbaine, la mise en place d’un revenu de base universel ou encore des projets de travaux publics. Mais principalement et avant tout, un contrepoids aux gouvernements autoritaires et une alternative à l’emprise que la Silicon Valley exerce sur nos vies numériques. Car sans cela, la technologie blockchain et les cryptomonnaies n’ont aucun véritable intérêt d’exister.

Vitalik Buterin – Cryptomonnaies vs cupidité

Pourtant, Vitalik Buterin reconnaît à contrecœur que sa vision du pouvoir transformateur d’Ethereum risque d’être rapidement dépassée par la cupidité qui anime le secteur des cryptomonnaiesAvec comme conséquence possible de voir sa dynamique idéologique initiale se dissoudre dans des ambitions purement spéculatives. Car personne ne contrôle ce vaisseau décentralisé, seul maître de sa trajectoire communautaire. Et même si Vitalik Buterin en est le fondateur emblématique, il rejette catégoriquement l’idée d’en être le leader officiel. Tout en admettant dans le même temps pouvoir parfois « donner l’impression de hurler dans le vent. »

« Je préfère qu’Ethereum offense certaines personnes plutôt qu’il se transforme en quelque chose qui ne représente rien. »

Vitalik Buterin

Car les divergences au sein du projet Ethereum ne datent pas d’aujourd’hui. Déjà à ses débuts, Vitalik Buterin a du se heurter aux ambitions de certains cofondateurs désireux de construire une nouvelle version cryptographique de Google, sous la forme d’une entreprise. Avec à la clé une utilisation des données de ses clients pour vendre des publicités ciblées. Et un Charles Hoskinson, actuel fondateur de Cardano (ADA) qui s’était autoproclamé PDG de cette structure encore naissante. Alors que dans l’esprit de Vitalik Buterin, il était déjà question d’une plateforme Money Lego ouverte et décentralisée sur laquelle n’importe qui pouvait construire n’importe quoi. Et cela n’a pas changé…

Mais la DeFi est passée par là, imposant un système communautaire biaisé de « vote par pièces » que Vitalik Buterin déteste depuis toujours. Car cela permet aux gros détenteurs et aux structures de capital-risque de prendre le contrôle de projets censés être démocratiques. Tout en imposant dans le même temps « une nouvelle forme de ploutocratie » sans aucune résistante. Et une quête sans fin de profits toujours plus importants, incompatibles avec la construction pérenne d’un écosystème crypto. Car il n’est plus question que d’un enrichissement réservé à de jeunes hommes blancs issus de pays riches.

Vitalik Buterin – Vers Ethereum 2.0

Une interview au cours de laquelle il semblait impossible de ne pas aborder la mutation en cours vers Ethereum 2.0. Et les frais importants imposés par un réseau en surcharge permanente. Avec une date d’échéance que Vitalik Buterin estime pouvoir intervenir dans les 6 prochains mois. Et comme principale urgence, le risque de voir ses utilisateurs migrer vers des solutions plus centralisées. Car le véritable nœud du problème auquel doit faire face le secteur des cryptomonnaies est là : conserver son caractère décentralisé et résistant à la censure. Car dans le cas contraire, il sera question d’affronter « l’existence d’un gros problème. »

Ethereum

Ethereum 2.0 - Pas avant fin 2022 et avec un réseau en partie centralisé

Hugh B. - 11 Dec 2021 - 09:00

L’évolution difficile du réseau Ethereum vers sa version 2.0 est une [...]

Lire la suite >>

Un bilan dressé par Vitalik Buterin, entre ambitions idéologiques initiales et réalité spéculative du secteur des cryptomonnaies. Avec l’amère prise de conscience du fait que « les promesses utopiques de la cryptographie semblent pour la plupart déjà périmées. » Et une philosophie personnelle passée en l’espace de quelques années d’une « sympathie anarcho-capitaliste à un raisonnement de type géorgiste, » selon l’économiste Glen Weyl. C’est-à-dire une théorie selon laquelle la valeur des biens communs devrait appartenir à parts égales à tous les membres de la société. Bien loin de la dominante revendication libertarienne qui essaie de s’imposer sur le marché des cryptomonnaies.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche