Alibaba (ou abracadabra ?) – Les NFTs chinois « ne sont pas des cryptomonnaies »

 Alibaba (ou abracadabra ?) – Les NFTs chinois « ne sont pas des cryptomonnaies »

Il semble que la répression chinoise à l’égard du Bitcoin et des cryptomonnaies se fasse à deux vitesses. Car pendant que les mineurs de BTC se font expulser à coup de bulldozers, les jetons NFT investissent insidieusement la place. Cela par le biais de la société Alibaba, leader dans le secteur du e-commerce de cette région du monde. Est-ce une nouvelle démonstration de force pour ces objets de collection numériques que certains envisagent encore comme une mode passagère ? Car ils viennent de faire une entrée remarquée dans le célèbre et annuel Taobao Maker Festival. Mais attention, il ne faut pas dire que ce sont des cryptomonnaies !

La réalité actuelle du marché des NFTs n’est pas forcément à l’image de celle des autres cryptomonnaies. Probablement car leur appartenance à ce secteur n’est pas aussi évidente, du fait de leur statut d’objets de collection numériques. Et pendant que l’écosystème crypto crie à la bulle spéculative, de nombreux acteurs importants de l’économie traditionnelle s’y intéressent de (très) près. Avec dans le même temps des projets comme Axie Infinity qui enregistrent une explosion improbable en plein immobilisme estival.

Une réalité qui vient de voir entrer dans cette course le géant asiatique du e-commerce Alibaba. Cela très certainement dans la lignée de son concurrent eBay qui a récemment annoncé s’intéresser à la vente de ces jetons de collection. Car au final les NFTs représentent une véritable aubaine pour ces plateformes qui peuvent ainsi intégrer de nouveaux produits à leurs catalogues. Cela sans frais de livraison et avec un aspect artistique et collectible très attractif. Mais il va falloir pour cela les vendre au gouvernement chinois comme autre chose que des cryptomonnaies.

eBay envisage les paiements en cryptomonnaies et s’intéresse aux NFT

Alibaba et les 40 NFTs (ok c’est facile)

Et c’est par le biais de sa filiale Taobao qu’Alibaba tente une percée dans le domaine des NFTs sur un marché chinois réputé hostile aux cryptomonnaies. Cela dans le cadre d’un festival d’art mis en place depuis 2016. Et qui propose à des artistes et créatifs locaux de présenter leurs œuvres dans le cadre d’une exposition. Un événement qui se tient cette année au National Exhibition and Convention Center de Shanghai du 17 au 25 juillet. Avec des travaux qui seront ensuite proposés à la vente – en yuan chinois – en passant directement par la plateforme de Taobao.

Une mise en place qui se fait en collaboration avec le projet NEAR protocol, associé à la société de jeux blockchain Web3Games et à l’artiste chinois Heshan Huang. Ce dernier à l’origine de créations qui s’inspirent de structures architecturales aux accents futuristes. Et dont l’œuvre présentée lors de ce festival répond au titre générique de Bald Lifu. Un ensemble immobilier nommé « Not Bald Garden » censé symboliser le design sauvage qui se développe en Chine. Le tout selon une dynamique présentée comme cyberpunk et inscrite dans la culture locale répondant au nom de « croissance barbare ».

Un lancement que le projet NEAR présente comme une première dans le cadre de ce Taobao Maker Festival. Mais qui n’en est pas réellement une pour les filiales de la société Alibaba. Car en mai dernier, c’est le géant du paiement chinois Alipay qui entrait dans la danse. Cela avec la mise en vente de deux NFTs à 8000 exemplaires chacun. Et dont la principale particularité est de ne pas être – officiellement – des cryptomonnaies !

Les NFTs chinois ne sont pas des cryptomonnaies

Une opération à succès, liquidée en seulement quelques heures. Mais qui a tout aussi rapidement été suivie d’une déclaration officielle de la part des dirigeants de la société Ant Group, en charge d’Alipay. Cela pour insister sur une prétendue très grande différence entre les jetons NFT et les cryptomonnaies. Celle-ci reposant sur le fait que les jetons non fongibles ne sont « pas interchangeables ni divisibles. Ce qui les rends différents par nature des cryptomonnaies telles que le bitcoin ». Une distinction très clairement plus stratégique que technique. Et dont l’objectif était de toute évidence de ne pas tomber sous le coup le la répression chinoise dans le domaine.

Greenwashing vs Bitcoinbashing – La Chine s’attaque au minage du BTC

L’occasion d’un débat universitaire surréaliste pour délimiter une frontière aussi virtuelle que les NFTs entre ces derniers et les cryptomonnaies. Le tout mené par un professeur Winston Ma qui pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Et qui démontre que l’essor de ce marché sur le territoire chinois n’est pas forcément aussi simple et prometteur qu’il y paraît.

« Les NFTs sont-ils des monnaies virtuelles ? Ou, les NFTs sont-ils des certificats pour les monnaies virtuelles ? Et plus important encore, les NFTs sont-ils des titres ? Ce sont des questions auxquelles aucune grande législature de l’économie numérique n’a jamais répondu. » – Winston Ma

Peu de temps après cette vente, la société Alipay a précisé que les NFTs ne sont « pas des cryptomonnaies. » Cela car elles ne peuvent pas être négociées à un prix beaucoup plus élevé que celui de leur achat. Une affirmation que les détenteurs de CryptoPunks doivent accueillir avec un sourire surpris. Et qui laisse imaginer qu’un jour ou l’autre les instances chinoises vont comprendre que ce n’est pas toujours le cas.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

1,697