Bitcoin – La Chine coupe le courant aux mineurs de BTC

 Bitcoin – La Chine coupe le courant aux mineurs de BTC

La relation entre le Bitcoin et la Chine est de celles qui semblent difficiles à comprendre. Une sorte de jeu du chat et de la souris, aussi instable que le cours de cette cryptomonnaie. Et dont les multiples annonces à répétition du gouvernement chinois semblent s’amuser à en secouer encore un peu plus la courbe de prix. Un jeu très électrique entre l’amour et la haine réciproque. Mais dont le principal problème repose sur l’importante concentration de fermes de minages implantées sur son territoire. Une situation qui pourrait bien être amenée à changer très prochainement…

L’année 2021 n’aura pas été l’une des plus tranquilles pour l’industrie de minage du Bitcoin. Une activité qui repose sur un besoin important en énergie à bas prix pour être rentable. Et qui de ce fait se retrouve jusque là avec une part très (trop) importante de ses fermes de minage implantées sur le territoire de la Chine. Une réalité qui lui a valu d’être récemment accusé d’arme financière chinoise par l’un de ces individus qui croient pouvoir avoir un avis sur tout sans rien y connaître. Car l’actualité démontre très clairement le contraire.

Cela sans oublier les récentes attaques d’un autre individu de ce genre qu’est Elon Musk. Ce dernier accusant le Bitcoin de ne pas être assez « vert » à son goût. Une révélation en mode retournement de chemise intervenue seulement quelques semaines après avoir annoncé la possibilité d’acheter ses voitures Tesla en BTC. Mais que l’entrée du Salvador dans cette course au Bitcoin propre vient de totalement bouleverser. Cela avec la mise en place d’un minage volcanique totalement écologique qui devrait obliger ses détracteurs à trouver un autre motif d’accusation à se mettre sous la dent.

La Chine coupe le courant aux mineurs

Et c’est au sein de cette tempête interne à l’industrie du mining de BTC que la Chine vient jeter de l’eau sur la prise de courant. Cela suite à une décision intervenue à la fin du mois de mai dernier et émanant d’un comité relevant du Conseil d’État chinois. Au programme : la définition comme prioritaire de la répression à l’égard de toute activité d’extraction et de commerce du Bitcoin. Le tout agrémenté d’une interdiction d’accepter toute nouvelle installation de structures de ce genre sur l’ensemble de son territoire. Et il semble que les choses se précisent actuellement dans le domaine.

En effet, de récentes informations en provenance de Chine font état de coupures de courant à l’encontre de 26 fermes de minages situées dans la zone du Sichuan. Structures pourtant connues des instances chinoises et enregistrées auprès de ses services. Ce qui impliquait le paiement d’une prime au gouvernement local et à la société nationale de gestion énergétique State Grid. Une identification que le journal The Block estime être à l’origine du fait que celles-ci deviennent les premières victimes de cette répression. Mais ce n’est apparemment qu’un début, car ce sont maintenant les fermes alimentées par des structures privées qui sont dans leur viseur. Avec comme date butoir pour rendre des comptes le 25 juin prochain.

Une situation qui serait la conséquence directe d’une récente interdiction de miner du Bitcoin en utilisant de l’énergie issue de centrales alimentées au charbon. Et qui aurait poussé ces mineurs pas très écolos à déplacer leurs fermes. Cela principalement dans ces régions du Sichuan et du Yunnan, fournies par de l’électricité issue de centrales hydroélectriques. Ce qui aurait eu pour conséquence d’augmenter fortement la pression énergétique de cette activité sur ces deux régions.

Quelles conséquences pour le Bitcoin ?

Une actualité qui peut être mise – au moins en partie – en relation à la récente baisse qu’enregistre la courbe du hashrate du Bitcoin. Cette unité de mesure qui permet d’estimer la puissance de calcul allouée à son réseau. Cela principalement du fait que la région du Sichuan représenterait à elle seule pas loin de 10% de cette force. Et que la Chine en « accueille » actuellement plus de 65%, selon les données du Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index. La question étant de savoir jusqu’où va se propager cette campagne de fermetures en pleine phase d’accélération.

Certains médias comme CNBC indiquent que cette actualité serait à l’origine d’une « grande migration » des mineurs vers des terres plus accueillantes. Et principalement des pays voisins de la Chine comme le Kazakhstan, la Russie ou même l’Iran. Mais également vers le Texas, dont le gouverneur actuel Greg Abbott serait un grand promoteur de l’exploitation minière. Ce qui ressemble dans le cas présent presque plus à un carton d’invitation qu’à un constat effectif.

Car il ne faut pas vendre la peau des mineurs avant qu’ils ne soient effectivement expulsés de Chine. Même s’il semble que la situation soit actuellement très électrique dans le domaine. Ce qui pose dorénavant – et plus de force que de gré – la question de trouver de nouvelles terres d’accueil pour cette industrie bien souvent malmenée. Mais quoi qu’il arrive, voir cette puissance de calcul destinée au Bitcoin quitter la Chine n’est pas forcément une si mauvaise chose. Et il ne fait aucun doute que des prétendants attendent de voir débarquer cette économie d’un nouveau genre sur leurs territoires.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

1,727