Cryptomonnaies

Bruno Le Maire – La France comme « hub mondial pour les crypto-actifs »

17 Oct 2022 - 17:00

Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire vient de délivrer un point de vue exhaustif sur le secteur des « crypto-actifs », mais également de la DeFi. Cela dans une longue interview dont on se demande si elle n’est pas quelque peu déconnectée de la réalité du terrain. Car ce dernier envisage de faire de la France le « hub mondial » de cette économie numérique. Alors même que les politiques mises en place à l’encontre de ce secteur sont tout sauf accueillantes. Mais rien de surprenant selon lui, car cela passera par « rigueur, réalisme et pragmatisme ». Tout un programme.

À lire cette interview de Bruno Le Maire, l’on pourrait presque avoir l’impression que la France est un territoire ouvert à l’innovation. Pourtant c’est bien plus souvent dans la fuite des cerveaux et la réglementation punitive que le gouvernement actuel s’est distingué vis-à-vis du secteur des cryptomonnaies. Avec une manière de protéger les investisseurs qui ressemble plus à une punition collective, histoire d’être sûr de tuer le terrorisme et le blanchiment d’argent censés en gangrener la moindre parcelle numérique.

Toutefois, le discours a définitivement changé de ton… ou de chargé de communication. Car il semble que malgré les tensions du passé le secteur des cryptomonnaies soit devenu plus fréquentable pour le gouvernement français. Avec une déclaration d’intention qui nécessite maintenant d’être accompagnée de faits : transformer la France en « un hub mondial des crypto-actifs ». Mais sans jamais déraper du cadre d’un projet de loi MiCa qui voulait, entre autres joyeusetés, bannir le minage du Bitcoin il y a tout juste quelques mois. Voilà pour le contexte « crypto-friendly » !

Régulation

Feu vert pour MiCA et TFR au Parlement européen

Nathalie E. - 11 Oct 2022 - 12:00

La réglementation MiCA (Markets in Crypto-Assets) a été massivement [...]

Lire la suite >>

Bruno Le Maire – Le Bitcoin n’est pas une monnaie

Bien évidemment, Bruno Le Maire ne parle jamais de « cryptomonnaies », mais toujours de « crypto-actifs ». Car seule la journaliste de BFM Crypto à l’origine de cette interview utilise ce premier terme, banni du vocabulaire gouvernemental pour une raison évidente. Ces dernières ne sont pas des monnaies, mêmes crypto… et ne le seront jamais.

« Je le dis sans ambiguïté, notre monnaie doit rester l’euro et le bitcoin n’a pas vocation à devenir un moyen de paiement à grande échelle dans l’Union européenne. Il s’agit d’abord d’un sujet de cohésion sociale. (…) Il s’agit également d’un sujet de souveraineté. Nous ne pouvons être maîtres de notre destin sans maîtriser en Europe notre politique monétaire. »

Bruno Le Maire

Un statut que Christine Lagarde refuse également aux stablecoins, pas même capables d’être des devises à ses yeux. Et cela alors qu’un euro numérique a déjà été lancé en juin dernier aux États-Unis par la société Circle, émettrice officielle de l’USDC. Une éventualité à laquelle Bruno Le Maire ne s’oppose pourtant pas. Car il indique que cela pourrait être envisageable dans le cadre du projet de loi MiCA, si toutefois une « stricte parité » peut être assurée avec l’euro.

Stablecoins et MNBC

Euro Coin (EUROC) - Un stablecoin adossé à l'euro made in USA

Hugh B. - 17 Jun 2022 - 09:00

Dans la liste des innovations monétaires cruciales portées par le secteur des [...]

Lire la suite >>

Bruno Le Maire – Un hub crypto estampillé PSAN

Une sorte de guerre de la terminologie dont on se demande finalement si la journaliste et Bruno Le Maire parlent bien de la même chose. Mais de toute évidence oui, puisque la question centrale de la réglementation s’est imposée comme une évidence. Avec la nécessité de développer un hub crypto qui devra « se conformer à la règlementation européenne et, avant l’entrée en vigueur de MICA, nationale ». C’est-à-dire avec l’obtention du fameux PSAN dont Binance et Crypto.com viennent de se doter tour à tour.

Une interview qui est également l’occasion d’aborder le sujet de la DeFi. Une « nouvelle tendance qui pourrait demain révéler un pouvoir transformant pour l’industrie financière » à côté de laquelle Bruno Le Maire ne souhaite pas passer. Tout en se réjouissant de l’entrée de « grands groupes bancaires centenaires » dans cette nouvelle aventure numérique. Avec un passage à propos de la fiscalité qui semble bien décidé à séparer cryptomonnaies (pour cette unique fois nommées comme telle) et actions, car « l’évolution des technologies et des usages peuvent interroger certaines normes actuelles ». Sachant que le gouvernement souhaite « utiliser l’année 2023 pour approfondir (ces) réflexions ».

Régulation

Résolution largement adoptée pour harmoniser la taxation crypto au sein de l'UE

Nathalie E. - 04 Oct 2022 - 18:01

Le Parlement européen vient de voter à une écrasante majorité pour une [...]

Lire la suite >>

Alors partons du principe que la politique française peut effectivement accompagner l’innovation, sans la tuer dans l’œuf en parallèle. Et tout en espérant que comme en trading, les expériences du passé ne serviront pas nécessairement à prédire l’avenir. Car dans ce cas, la France n’aura de hub crypto que le nom donné par Bruno LeMaire dans cette interview…

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche