Hack de Twitter – Bilan et perspectives pour le Bitcoin (BTC)

 Hack de Twitter – Bilan et perspectives pour le Bitcoin (BTC)

Le mercredi 15 juillet et durant plusieurs heures, Twitter a perdu le contrôle de son réseau. Les comptes de nombreuses célébrités se sont retrouvés à faire la promotion d’un scam promettant de doubler la mise en Bitcoin (BTC) des personnes qui enverraient des fonds. Une nouvelle fois, la cryptomonnaie incontournable de la cryptosphère a fait les gros titres pour de mauvaises raisons. Mais ce n’est pourtant pas là le problème. 

L’attaque spectaculaire dont a été victime Twitter jeudi 15 juillet a donné lieu à bon nombre de réflexions sur le Bitcoin (BTC). Ce hack va très certainement marquer l’histoire de cette cryptomonnaie mais bien plus celle du réseau social. Il est vrai que la notoriété des comptes piratés fait froid dans le dos. Elon Musk, Jeff Bezos, Bill Gates ou encore Barack Obama… pour les individus. Mais aussi des comptes officiels d’entreprises comme Apple, Uber ou de la scène crypto comme Binance, Tron ou Bitfinex

Attaque de Twitter Bitcoin Bill Gates

En tout ce sont 45 comptes qui ont été compromis, pour un total de 130 visés pas les hackers selon un communiqué officiel de Twitter. Tout cela pour tenter de récupérer un maximum de BTC grâce à une demande qui à elle seule aurait dû être un signal d’alerte pour les utilisateurs du réseau social.

Mais le scam marche bien dans l’univers des cryptomonnaies. En grande partie du fait d’une mauvaise habitude des acteurs de ce milieu qui utilisent des offres aguicheuses dignes de scams à longueur d’année. Mais aussi du fait que la cupidité est la meilleure arme pour tromper les foules, même quand cela est si énorme que personne ne devrait y croire.

Un butin de 116 000 dollars

Pourtant, malgré l’ampleur de cette attaque le butin reste réellement anecdotique. Le bilan fait en effet état de 12,86 BTC ainsi détournés, soit un peu plus de 116 000 dollars. Une goutte d’eau si l’on compare cela à la boulimie de Grayscale sur le BTC à l’heure actuelle, par exemple. Ce qui en fait le scam le plus médiatisé, mais peut être le moins rentable de l’histoire. Il n’est en tout cas pas à la hauteur de la prouesse technique qui a permis à ces attaquants de prendre le contrôle de Twitter pendant plusieurs heures et de pouvoir en faire leur terrain de chasse privé en toute impunité.

S’en est suivi un déferlement médiatique autour du Bitcoin. Une opportunité de citer le nom de cette cryptomonnaie que tout le monde connaît, mais que peu de monde comprend. Il est vrai que la « publicité » n’aura pas été bonne si l’on se place en termes d’adoption de masse. Pourtant dans cette affaire, la seule véritable donnée stable et sécurisée a bien été le BTC ! Il pourrait d’ailleurs permettre de confondre les cerveaux de cette attaque du fait de la totale transparence de sa blockchain qui permet de localiser les fonds détournés simplement en utilisant l’adresse publiée dans ces tweets.

Un Bitcoin qui cache la forêt

Car tout le monde semble ne pas voir l’information essentielle qui peut être tirée de cette affaire. À savoir que Twitter n’est absolument pas fiable, mais que le Bitcoin l’est. Pour preuve, son utilisation massive dans les attaques et autres arnaques en tout genre. Et ce qui est présenté comme une faiblesse de cette cryptomonnaie est en fait le signe de se force. En premier lieu, car le BTC n’a jamais été hacké depuis son lancement il y a plus de 10 ans.

Car le véritable problème dans cette affaire est bien la faille béante de Twitter qui a permis à des individus malveillants de pénétrer son système. Selon les dernières informations de l’entreprise, cette action aurait été possible du fait de la manipulation d’un « petit nombre d’employés. » Cela grâce à « l’utilisation d’outils uniquement accessibles aux équipes de soutien interne. » Mais ce que tente de minimiser ainsi Twitter est bien le plus gros problème de cette attaque. En particulier depuis que l’on sait que huit des comptes VIP piratés ont été vidés de leurs contenus privés par les hackers.

Twitter hack 8 comptes aux données volées Bitcoin

Bilan et perspectives

Plusieurs points sont mis en avant du fait de cette attaque. En premier lieu ceux qui concernent le Bitcoin et le fossé qui existe entre l’image donnée par les médias et ce qu’il est réellement. Le point central étant son caractère de responsabilisation de ses utilisateurs. En effet, le BTC n’est pas une monnaie que l’on peut utiliser à la légère. Son caractère décentralisé nécessite une conscience de ses détenteurs et une vigilance dont la responsabilité ne peut pas être déléguée. C’est ici le prix de la liberté et de l’indépendance qu’il offre (encore). Mais c’est également ce qui lui vaut d’être dénigré sans cesse par des acteurs officiels qui ne souhaitent pas voir cet espace de liberté prendre trop d’ampleur.

Cette attaque pourrait se résumer à prendre d’assaut un système à la sécurité centralisée et insuffisante (Twitter) pour tenter de gagner de l’argent avec une technologie décentralisée et fiable (Bitcoin). Car le hack de Twitter est le véritable problème de cette actualité et le moyen de paiement n’est qu’un détail qui ne mérite pas le battage médiatique dont il a fait l’objet. Une manière de tenter de cacher la profonde crise de sécurité et de fiabilité des réseaux sociaux que cela soulève. 

Car le pouvoir et la puissance de diffusion de l’information que détient Twitter sont énormes. Et ce détournement à quelques mois de la présidentielle Américaine pose de sérieuses questions. Surtout lorsque l’on sait à quel point ces outils de communication sont utilisés et parfois détournés pour ce genre d’échéances. Et si l’on considère le peu de rentabilité effective de cette attaque d’envergure, il est possible de se demander si le but n’était pas ailleurs ?

Hugh B.

Hugh B.

Grand voyageur. Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont pas des conseils financiers.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,155