La logique économique des jetons (Tokenomics) de la DeFi est comparée à celle de la FED

 La logique économique des jetons (Tokenomics) de la DeFi est comparée à celle de la FED

La DeFi se développe aussi rapidement que les camps se divisent à son sujet. Entre laboratoire d’expérimentation à ciel ouvert et usine à Ponzi, les avis divergent. Et dans le domaine Vitalik Buterin penche plutôt du côté de ses détracteurs. Ses analyses sur le sujet sont en tout cas toujours teintées d’une méfiance prononcée.

L’incontournable Vitalik Buterin ne cesse de livrer des analyses pessimistes au sujet de la DeFi. Il est vrai qu’en temps que fondateur d’Ethereum (ETH) cela le concerne d’assez près. Peut-être se sent-il même une certaine responsabilité dans cette explosion en cours. La simplicité de mise en place des jetons ERC20 étant le terreau de l’apparition d’une quantité illimitée de cryptomonnaies au sein de cet univers. Cela pour le meilleur comme pour le pire

Dans son viseur se trouve plus exactement le procédé de spéculation intensive du nom de Yield Farming. Une logique économique en relation aux tokens (tokenomics) qui fait apparaître de nombreuses offres de liquidity mining à destination des pourvoyeurs de liquidité (LP). Tout cela sans limite et sans autre fondement que la productivité à outrance. 

Une tokenomics digne de la FED

Vitalik Buterin n’est pas connu dans la cryptosphère pour ses qualités de diplomate. Mais son avis fait toujours du bien, car il a le mérite d’être sincère et de ne pas s’embarrasser de faux semblant. Et tout aussi implanté sur Ethereum que puisse être la DeFi, il n’a pas de tendresse particulière à son égard. Cela en particulier dans l’état actuel des choses et le développement incontrôlé de ses offres de jetons.

Une réalité qu’il n’hésite pas à comparer à la politique de la FED imprimant des dollars comme des billets de Monopoly. Mettant en avant le « volume de pièces qui doivent être imprimées sans interruption pour payer les fournisseurs de liquidité dans ces logiques de yield farming. »

Une réalité qui met en place ce que Vitalik Buterin présente comme une inflation agressive de l’offre de ces (trop) nombreux jetons de gouvernance. Cela exerçant à terme une pression inévitable à la baisse sur leurs prix. Un avis partagé par de nombreux membres de la communauté crypto, certains allant jusqu’à parler de système pyramidal de type Ponzi

Une réaction en rapport à SushiSwap

La réaction de Vitalik Buterin est à mettre en relation directe avec le récent lancement spectaculaire de la plateforme décentralisée du nom de SushiSwap qui a secoué l’univers des DEXs ce week-end. Une sorte de fork du leader du domaine Uniswap qui tente de lui voler ses liquidity providers à coup de récompenses exceptionnelles. 

Tout cela en tentant de se remettre du départ style exit scam d’un membre de son équipe de développement. Ce dernier ayant liquidé 333 300 jetons SUSHI pour un montant de 1600 ETH avant de disparaître dans la nature. Ce qui représente 1,6% de l’offre totale en circulation (supply). Et qui est très certainement à l’origine de la chute de son cours de plus de 99%

Ethereum 2.0 face au Yield Farming

L’hystérie actuelle autour du Yiel Farming inquiète les acteurs du réseau Ethereum. En particulier du fait de son passage annoncé à sa version 2.0 version Proof of Stake prévue pour la fin de l’année. Une échéance présentée comme plus difficile que prévu par Vitalik Buterin et que cette réalité ne va certainement pas arranger

Tout cela entraînant une poursuite de la hausse des frais sur le réseau Ethereum qui ne semble pas connaître de limite à l’heure actuelle avec un nouveau record dans le domaine. Ce dernier enregistré par le site Glassnode sur la dernière heure précédant la rédaction de cet article. Soit 500 000$ encaissés par les mineurs sur cette simple période. Un nouvel ATH dans le domaine. 

Certains acteurs de la cryptosphère voient dans cette prolifération de jetons une stratégie de génération de capitaux propres par des startups nécessitant des fonds pour le développement de leurs projets. Ce qui ferait de ces outils financiers des offres différentes de ce que l’on peut attendre d’une cryptomonnaie traditionnelle.

L’investisseur crypto très pro-Defi David Lach précisant cette vision des choses en expliquant que « si vous voyez ces pièces imprimées comme de nouvelles cryptomonnaies (comme le BTC, l’ETH, etc.) alors oui, c’est insensé. » Une nuance dont la subtilité n’est pas très rassurante.

Et une position à laquelle Vitalik Buterin ne voit «aucune issue plausible.» Ce dernier expliquant que :

« Jusqu’à présent la seule stratégie de génération de frais à long terme que je vois est une sorte d’attaque financière étrange pour récupérer des liquidités et voler l’effet de réseau d’Uniswap. Et je suis pessimiste sur cette stratégie. » – Vitalik Buterin

Hugh B.

Hugh B.

Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont en aucun cas des conseils financiers. DYOR !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,180