Léonard de Vinci, Van Gogh ou Monet au programme des NFTs de Binance

 Léonard de Vinci, Van Gogh ou Monet au programme des NFTs de Binance

La collaboration entre Binance et le Musée de l’Ermitage sera effective fin août avec une édition limitée de NFTs tokenisant cinq chefs-d’oeuvre de la peinture mondiale. Réunissant des joyaux d’un des plus fameux temples de l’art et l’expertise et la force de feu de la plus grosse plateforme d’échange crypto, ce partenariat est une première. S’il s’avère gagnant, il marquera probablement un tournant dans les stratégies de financement des musées en quête incessante de sources de revenus conséquentes pour préserver collections, bâtiments qui les abritent et nouvelles acquisitions.

De la belle oeuvre sur Binance

L’initiative pensée très en amont a a priori levé les obstacles réglementaires que faisait peser en matière d’actifs numériques une législation russe un peu brouillonne. Sans rentrer dans le détail, il semblerait que le nom de l’Ermitage a suffi pour clarifier certains aspects relatifs aux ventes de tokens et élaborer un modèle de négociation conforme aux lois juridiques en vigueur.

Le fait est, dès fin août, la place de marché NFT de Binance proposera aux enchères des jetons non fongibles de cinq peintures emblématiques de l’art occidental. Une Vierge à l’enfant de petit format, la « Madonna Litta« , conçue par Léonard de Vinci mais vraisemblablement peinte par ses élèves. Une huile de Giorgione, longtemps attribuée à Raphaël, figurant « Judith » dont le pied repose sur la tête d’Holophern qu’elle vient de décapiter. Mais aussi, la grande toile « Coin de jardin à Montgeron » de l’impressionniste Monet. Enfin, le « Buisson de lilas » peint par Van Gogh lors d’un épisode asilaire et la très musicale et chromatique « Composition VI » de Kandinsky.

« Votre jeton est conservé à l’Ermitage »

Dans le cadre de ce projet, deux NFTs seront émis pour chaque tableau. Chacun d’entre eux sera signé par Mikhail B. Piotrovski, le directeur général de l’Ermitage qui a beaucoup oeuvré pour que ce projet aboutisse.

Les nouvelles technologies, en particulier la blockchain, ont ouvert un nouveau chapitre dans le développement du marché de l’art, porté par la propriété et la garantie de cette propriété. C’est une étape importante dans le développement de la relation entre la personne et l’argent, la personne et la chose. (…) Les NFTs (…) créent la démocratie, rendent le luxe plus accessible, mais en même temps (préservent) le caractère exceptionnel et exclusif. Nous élargirons à d’autres opportunités, notamment numériques, qui feront découvrir les collections et le palais. Nous allons construire de nouvelles expériences basées sur de nouvelles technologies. »

Mikhail B. Piotrovky, directeur général de l’Ermitage in communiqué de Binance

Signature qui, ajoutée aux métadonnées de l’heure précise, date et lieu, permet de certifier l’unicité du NFT. Un exemplaire sera conservé au musée de Saint-Petersbourg tandis que le second sera mis aux enchères sur la place de marché de Binance. Une façon de procéder qui garantit que l’acheteur sera seul propriétaire d’une œuvre numérique singulière créée une seule fois dont une reproduction spécifique et l’original seront abrités par l’un des plus prestigieux temples de l’art, d’où le nom du projet : « Votre jeton est conservé à l’Ermitage ».

Un tournant pour le financement des musées ?

Tous les bénéfices de la vente seront reversés au Musée. Quant à savoir si elle rapportera vraiment, c’est une autre histoire puisque, comme le précise Piotrovsky à The art newspaper, le projet est expérimental.

Comme les NFT existent, nous devons les essayer. Nous ne considérons pas cela comme un moyen de gagner de l’argent. Il n’est pas clair comment on peut gagner de cela. Ce n’est peut-être pas possible. Mais c’est intéressant pour nous parce que c’est une nouvelle forme de relation des gens avec l’art. »

Mikhail B. Piotrovky, directeur général de l’Ermitage

Mais on peut aussi supposer que l’engouement sera au rendez-vous et qu’amateurs ou collectionneurs vont affluer pour acquérir des NFTs estampillés Ermitage. Dès lors, on peut envisager que d’autres institutions culturelles suivent ses pas et adoptent cette révolution technologique pour financer en partie leurs besoins.

L’expérience que l’Ermitage montre à l’ensemble du marché de l’art est inestimable, elle ouvre de nombreuses opportunités de développement. Je suis sûr que nous verrons bientôt encore plus de projets qui affecteront positivement le développement d’une union unique de la blockchain et de l’art. « 

Helen Hai, responsable de Binance NFT in communiqué de Binance

Binance, toujours prêt à saisir le sens du vent, se positionne habilement sur ce marché prometteur avec un tel partenariat. Tout utilisateur de la plateforme peut participer aux enchères.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

1,727