Mastercard acceptera les crypto-monnaies soutenues par les gouvernements

Mastercard a annoncé qu’ils seraient favorables pour revoir leur position sur les crypto-monnaies appuyées par le gouvernement. Ils restent toutefois opposés à toute crypto-monnaie non soutenue par celui-ci.

Si la banque centrale d’un pays venait à mettre en place une monnaie numérique au niveau national, Mastercard serait ravi de pouvoir l’aider à la démocratiser.

Alors qu’il existe une longue liste de gouvernements explorant une crypto-monnaie soutenue par la banque centrale qui inclut l’Angleterre, le Canada, la Chine, la Russie, l’Inde, Dubaï et l’Estonie, seul le Venezuela en a lancé une, et cela face aux critiques internationales.

La société n’a d’ailleurs pas précisé si elle  allait ou non proposer au Venezuela de mettre en place la possibilité d’utiliser le Petro avec leur carte. Cela semble cependant peu probable à la vue des critiques dont est victime le Venezuela. Cet article sur Donald Trump relate bien la pensée des autres pays.

Un refus catégorique

Mastercard rejette pour le moment toute possibilité de travail avec des monnaies virtuelles n’émanant pas d’un gouvernement. Le PDG de Mastercard, Ajay Banga, a qualifié la crypto-monnaie de “rebut” dans une conversation avec le Financial Times. En revanche il se dit grandement intéressé d’aider des monnaies virtuelles mises en place par un gouvernement.

Il semble cependant intéressant de noter que Mastercard a mis en place à l’essai un programme pilote au Japon et à Singapour qui permettrait aux commerçants acceptant le bitcoin d’encaisser directement sur leur MasterCard la conversion en monnaie fiduciaire. Mais cela reste un essai isolé, Mastercard ayant peur d’une perte de réputation.

Une pratique déloyale

Visa et Mastercard ont suscité un tollé de critiques en identifiant les transactions de crypto-monnaie des achats à des avances de fonds. Cela signifiait que les commerçants utilisant leurs cartes ont été facturés 5% supplémentaires de tous les frais facturés.

A cela ont également été facturés des intérêts à chaque achat. Dans certains cas, l’intérêt dépassait 20%. Ainsi, le commerçant se retrouvait soumis à ce qui ressemble à une TVA supplémentaire.

Et pourtant, Mastercard n’est pas contre ces nouvelles technologies liées à la blockchain puisque leur filiale Mastercard Labs, branche de recherche de Mastercard, a déposé plus de 30 brevets liés à la technologie blockchain et à la crypto-monnaie.

Commentaires

ipsum mattis risus. Praesent venenatis leo. Lorem
Partagez
Tweetez
Partagez