5% du minage de Monero proviendrait de pirates informatiques

Cela fait longtemps que l’on estime que le Monero est la monnaie cryptographique de choix pour les cybercriminels qui veulent gagner rapidement de l’argent en exploitant les ordinateurs d’autres personnes afin d’utiliser leurs processeurs pour miner cette devise. Un chercheur de Palo Alto Networks s’est penché sur Monero et a découvert qu’une quantité alarmante de monero était exploitée par des logiciels malveillants.

Pour réaliser son enquête, le chercheur a analysé plus de 400 000 échantillons de logiciels malveillants afin de déterminer les adresses destinataires des fonds.

La dernière étape nécessaire pour déterminer une estimation du montant récolté est ingénieuse: l’homme a regardé dans les pools pour déterminer leur solde total.

Un nombre probablement bien supérieur

Cette méthode est cependant approximative: les portefeuilles pourraient avoir des soldes encore plus élevés car il ne s’agit pas de la chaîne Monero elle-même qui a été analysée. En effet, il n’y a aucun moyen pour un tiers de déterminer le solde d’une adresse en regardant simplement à travers un explorateur de chaînes de blocs.

Plus alarmant encore, le chiffre de cinq pour cent n’est probablement qu’une infime partie de la quantité réelle de Monero extraite par des pirates.

“Bien sûr, cela ne tient pas compte des mineurs Monero basés sur le web[comme Coinhive], ou des mineurs Monero dans lesquels nous n’avons pas de visibilité. En tant que tel, nous pouvons supposer que le pourcentage réel de Monero en circulation qui a été extrait par des activités malveillantes est en fait plus élevé”, a ajouté M. Grunzweig.

En rapport avec votre lecture

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Advertisment ad adsense adlogger