Les logiciels de minage font encore parler d’eux

Le mois précédent, 30% des entreprises britanniques ont vu leur matériel informatique détourné pour le minage de cryptomonnaie à leur insu, rapporte une enquête.

Les logiciels de cryptojacking ont la cote, dépassant sans problème le phénomène de rançongiciel qui était pourtant la méthode la plus utilisée par les pirates informatiques en 2017.

Et pour venir confirmer ces dires, une enquête publiée par Citrix est venue mettre au grand jour ce nouveau phénomène en vogue. 60%, c’est le pourcentage d’entreprises britanniques ayant découvert un logiciel malveillant de minage de cryptomonnaie dans leurs systèmes par le passé. Au-delà de ça, 80% de ces entreprises ayant souffert d’un logiciel de ce type ont été infectées dans les 6 derniers mois. Un pourcentage qui vient corroborer avec l’explosion de l’exploitation de ces logiciels malveillants cette année.

Enfin, au cours du dernier mois, ce n’est pas moins de 30% de ces compagnies ayant été exploitées à leur insu qui ont été infectées par ces logiciels de minage de cryptomonnaie. Ainsi, les pirates auront été très performants sur ce dernier mois.

La petite spécificité de l’exploitation de cryptomonnaie par cryptojacking est qu’ils n’ont pas pour habitude de se montrer, à l’instar d’un rançongiciel qui viendra bloquer l’ordinateur le temps que l’importuné paie la rançon. Si ceux-ci sont donc plus discrets, ils restent tout de même coûteux pour l’utilisateur puisque ceux-ci risquent d’endommager les composants des ordinateurs d’une part, mais aussi de faire monter la facture en électricité de l’entreprise.

Enfin, ces logiciels peuvent aussi être mis en place sur des sites pour que les utilisateurs soient exploités au moment où ils parcourent le site en question ou bien être intégré à des extensions pour navigateurs et à partir de ce moment s’activer au lancement du navigateur pour accéder à internet.

En parallèle de ces données, l’étude révèle aussi l’importance de l’exposition à ce logiciel malveillant à l’intérieur même de ces entreprises puisque parmi celles ayant été infectées, 60% a déclaré l’infection de moins de 50 ordinateurs alors que 10% a vu plus de 100 pc être détournés de leur utilisation initiale.

En rapport avec votre lecture

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Advertisment ad adsense adlogger