Un outil de gestion de cryptomonnaie dédié aux institutionnels

 Un outil de gestion de cryptomonnaie dédié aux institutionnels

Le cabinet d’audit financier KPMG vient de lancer une plateforme d’outils d’analyse pour faciliter l’adoption institutionnelle des cryptomonnaies.

KPMG Chain Fusion

L’un des Big Four, qui compte près de 220 000 professionnels dans 147 pays et territoires, a annoncé lundi le lancement de KPMG Chain Fusion. Cette suite d’outils d’analyse spécifiquement conçue à l’intention des institutions financières et des fintechs est destinée à les aider à naviguer au mieux dans un univers complexe qu’ils maîtrisent mal au risque de passer à côté s’ils ne parviennent pas à s’adapter.

L’outil, en attente de brevet, permettra des analyses avancées sur les principaux cas d’utilisation des cryptomonnaies mais aussi sur leurs portefeuilles et leur mode de conservation. Tout autant, il se veut un allié précieux pour relever les défis réglementaires et se conformer aux exigences des régulateurs.

Le fonctionnement d’une entreprise de cryptomonnaies réussie à l’échelle institutionnelle dépend de la capacité à intégrer efficacement les données de la blockchain aux côtés de l’infrastructure de données traditionnelle. »

Sam Wyner, directeur KPMG Cryptoaaset Services

Le but de KPMG Chain Fusion est donc de les faire fonctionner ensemble avec tous les processus et contrôles appropriés.

KPMG Chain Fusion est conçu pour accélérer l’adoption fiable des capacités centrales de cryptoasset grâce à une architecture de données cohérente. »

Fat Four

Si c’est sans surprise de voir l’un des géants des services aux entreprises proposer une offre de cette nature, c’est que le marché semble promis à une belle croissance. Il devrait atteindre 21 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années si on en croit l’étude de Fortune Business Insights parue en mai.

De quoi effectivement attiser la convoitise de sociétés qui jusque là s’étaient conformées à l’idéologie ambiante, encensant la technologie blockchain au détriment de la révolution Bitcoin. A ce titre, comme les autres sociétés du Big Four (PwC, Ernst&Young et Deloitte), KPMG a travaillé sur des projets DLT (Distributed Ledger Technology). Il a notamment collaboré avec Microsoft, Tomia et R3 pour créer un modèle d’exploitation et de gouvernance pour l’industrie des télécommunications en préparation des réseaux 5G.

La nouveauté donc, c’est que longtemps muet sur les cryptos, le Big Four se voit dorénavant jouer un rôle capital dans l’adoption de Bitcoin et de ses épigones.

Je pense que les quatre grandes sociétés serviront de pont entre l’écosystème cryptographique et le monde institutionnel. C’est bon à la fois pour l’industrie crypto et pour les entreprises de services professionnels comme les nôtres en tant que nouvelle source de clients que nous pouvons aider. (…) Bien que Bitcoin ait été conçu avec une idéologie sans confiance, la réalité est que l’industrie a toujours besoin d’entités de confiance pour catalyser le développement de l’écosystème. »

Henri Arslanian, PwC

Le virage institutionnel du Bitcoin devient de plus en plus prégnant. Certains applaudissent, d’autres le déplorent. Ca va batailler ferme au sein de la communauté ces prochaines années !

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,183