Bitcoin – Une banque scandinave interdit l’achat et la détention de BTC à ses employés

L’histoire pourrait prêter à sourire venant d’un groupe bancaire, Nordea Bank, impliqué dans une enquête en cours sur un blanchiment d’argent présumé et déjà condamné pour des délits financiers avérés. Sans employer de mots qui fâchent, cette banque à la morale douteuse s’était donc enquise d’une note de service, en janvier 2018,  à l’intention de ses 31500 employés. Note dans laquelle, elle les invitait expressément  à ne pas faire l’acquisition de cryptomonnaies, non seulement dans le cadre de leurs activités professionnelles mais aussi privées.

De quoi j’me mêle ?

Cette mesure a été rapidement contestée par le syndicat de la dite banque qui a porté plainte en raison d’une atteinte intolérable à la vie privée. Mais la justice danoise a avalisé la décision le 2 décembre. L’interdiction étant justifiée par les risques associés aux cryptomonnaies que la banque, qui assurément s’y connaît en la matière, avait avancés.

On entend la fredaine sans même l’avoir écoutée : les cryptomonnaies sont non réglementées donc susceptibles d’être liées à des activités criminelles dont, sacrilège suprême, le blanchiment d’argent. A la lumière de ces sombres éclairages, Nordea veut donc imposer une règle stricte à ses employés afin qu’ils ne nuisent pas à sa réputation – étant donné qu’elle s’en charge très bien elle-même – en étant associés à Bitcoin ou consorts. Mais, rien dans le monde des affaires n’étant ni tout noir ni tout blanc, l’établissement bancaire ne connaît pas les mêmes scrupules pour ce qui concerne son offre produit.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

En effet, la Nordea Bank propose à ses chanceux clients tout un éventail d’instruments financiers (ETF,CFD, contrat à terme) dérivés de ces actifs sulfureux.  Mais il faut croire que l’odeur du soufre ne se répand pas de manière homogène puisqu’elle a précisé que l’ interdiction faite à ses employés ne s’appliquait pas à ses propres produits. On sait veiller sur ses intérêts ou pas…  ce qui semble étonnamment désarçonner le syndicat de l’entreprise.

“La Nordea laisse son personnel investir dans les propres produits et instruments financiers basés sur les crypto-monnaies de la banque. Donc ça va? Mais le Bitcoin reste interdit, allez comprendre… »

Pareillement, elle n’a pas pu étendre son injonction aux salariés audacieux qui avaient déjà commencé à remplir leurs wallets. Mais dans un communiqué de presse publié par le tribunal à la suite de sa décision, Nordea Bank a indiqué que si «les employés sont autorisés à conserver tous les [crypto] actifs existants», ils sont néanmoins encouragés à les vendre. Les récalcitrants qui voudraient malgré tout en négocier, sont conviés à aller travailler ailleurs… Chez Kraken par exemple, qui a réagi avec humour en proposant aux salariés de Nordea de consulter ses offres d’emploi.

Une Europe déboussolée

L’Europe perd le nord pour Bitcoin

Si certains légitiment cette décision de justice par le fait qu’il n’est pas rare qu’une entreprise soumette ses employés à des restrictions liées à son secteur d’activité, pour empêcher notamment des délits d’initiés, il est plus inhabituel en revanche – ce serait même une première –  que tout le personnel soit concerné, y compris les agents de la cafète ou les préposés au ménage. L’un des arguments de Nordea étant, sans rire, son souci de protéger ses employés, trop écervelés ou têtes brûlées sans doute, pour savoir ce qu’ils font. Paternalisme et penchant intrusif ont toujours fait bon ménage.

Mais au-delà de cette histoire incongrue, ce qui est remarquable, c’est de voir à quel point l’Europe patauge dans sa mare aux cryptos. On assiste à une danse de saint Guy où aux contorsions des uns répondent les gestes d’ouverture des autres (les banques allemandes qui vont vraisemblablement pouvoir vendre des bitcoins dès janvier à leurs clients). Face à des attitudes aussi antagonistes, on rêve d’une homogénéité  des pratiques… dans le sens crypto bien évidemment !

 

➡️Suivre CryptoActu sur Telegram et sur Youtube

Commentaires

sem, consectetur Praesent eleifend Lorem vel, porta. Aliquam lectus massa Sed
16 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez