Le trésor en BTC et ETH des entreprises

 Le trésor en BTC et ETH des entreprises

Le site de données cryptoTreasuries vient de faire paraître un tableau récapitulatif des avoirs en Bitcoin et Ether des entreprises qui ont capitalisé sur les cryptomonnaies majeures. 32 sociétés accumulent à elles-seules 325 032 BTC tandis que 11 détiennent 169 279 ETH. Au prix actuel du marché, cela représente environ 12 milliards de dollars en BTC et approximativement 470 millions de dollars en ETH. Un montant déjà impressionnant alors que le recensement ne prend pas en compte les actifs sous gestion et ETF souscrits par les institutionnels.

Les géants de l’investissement Bitcoin

Si 32 sociétés possèdent du Bitcoin, 6 se détachent particulièrement du lot par le nombre de BTC accumulés. Et, contrairement à l’effet produit par l’acquisition tapageuse de son PDG Michael Saylor, ce n’est pas MicroStrategy qui arrive en tête avec 90,859 BTC pour un prix moyen de 24,103 $ mais BlockOne. Et largement. En effet, le fournisseur de solutions blockchain est assis sur un pactole de 140 000 BTC dont le prix moyen d’acquisition est resté secret. A la 3ème place figure Tesla avec 38,300 BTC achetés à 34,700$ en moyenne. A ce prix-là, le visionnaire semble avoir manqué de vision sur Bitcoin qui a affiché ces dernières semaines, notamment grâce à ses oeuvres, un prix souvent inférieur.

Dans la liste de Crypto Treasuries, la quatrième place revient à la société de gestion des investissements en actifs numériques de Mike Novogratz, un fervent partisan de Bitcoin, qui peut se prévaloir de 14,932 BTC dans la trésorerie de Galaxy Digital Holdings tout en restant discret sur son prix d’acquisition. A la cinquième place, on trouve StoneRidge Holdings Group avec 10 000 BTC. Enfin Square, la société de paiement mobile de Jack Dorsey qui vient de proclamer une fois de plus sa passion pour Bitcoin au sommet de Miami (« Bitcoin change absolument tout. Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de plus important dans ma vie sur lequel travailler »), affiche 8,027 BTC au compteur pour un prix moyen de 27,407 $.

4 sociétés cotées sur 6, le bilan est honorable et marque vraiment un tournant dans la courte histoire du Bitcoin, d’autant que toutes les autres, sans exception aucune, sont des entreprises publiques. Leurs avoirs BTC en revanche s’échelonnent entre 4000 et 7 unités pour Neptune Digital Assets et Mode Global Holdings. Ces dernières ayant davantage misé sur Ether.

L’Ether, un investissement institutionnel qui prend du galon

En effet, elles affichent respectivement 574 et 146 ETH à leurs bilans. Des acquisitions somme toute modestes au regard du champion de la catégorie, Galaxy Digital. Celui-ci écrase tous les autres avec un bag de 98,892 ETH. Il est d’ailleurs l’un des seuls à avoir misé gros sur les deux cryptos majeures. A l’exception de Coinbase Global, cotée récemment, qui accumule à la fois 4,502 BTC et 31,787 ETH. La société de technologie chinoise Meitu qui occupe la 3ème place du classement ne détient que 379 BTC mais 15 000 ETH. Un achat stratégique car elle compte visiblement intégrer des applications basées sur Ethereum et dans cette optique et anticipe sur ses besoins en matière de fonctionnement. En accumulant de l’Ether, elle veut pouvoir faire face à la nécessité d’approvisionner les protocoles avec un capital de jetons déjà pourvu.

Cette initiative, qui a été la première du genre, est un signal positif pour l’écosystème Ethereum. Elle témoigne d’un intérêt pour les applications décentralisées qui sortent du cercle fermé des entreprises spécialisées (les autres sociétés qui détiennent de l’Ether gravitent déjà dans l’écosystème). Aussi, si Bitcoin est toujours considéré comme une réserve de valeur susceptible de préserver le capital d’une entreprise, l’Ether lui, est davantage envisagé pour sa valeur fonctionnelle, combustible incontournable à un pari technologique. Pari qui va bouleverser l’économie numérique mondiale en réinventant la manière dont les applications automatisées de tout type vont s’exécuter.

La liste délivrée par le site de données n’est pas exhaustive. D’autres entreprises, pas seulement américaines et publiques, détiennent probablement des cryptomonnaies, y compris des Etats via des fonds souverains, mais elle permet de jauger de l’institutionnalisation croissante de l’industrie et du changement de nature de l’écosystème.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,688