ConsenSys rejoint le projet de CBDC Inthanon-LionRock

 ConsenSys rejoint le projet de CBDC Inthanon-LionRock

La société de technologie Blockchain Consensys rejoint le programme à l’étude du réseau de paiement transfrontalier de la Hong Kong Monetary Authority (HKMA) et de la banque centrale thaïlandaise (BOT). Elle dirigera la deuxième phase du projet Inthanon-LionRock.

Qu’est-ce que le projet Inthanon-LionRock ?

Le projet Inthanon-LionRock a été lancé en mai 2019 par les banques centrales de Thaïlande et de Hong Kong. Baptisé du nom associant les CBDCs (Central Bank Digital Currency) des deux territoires, c’est un dispositif destiné à simplifier, accélérer et réduire les coûts de transfert de fonds entre le baht thaïlandais et le dollar hongkongais.

Ce protocole d’accord signé par HKMA et la BOT pour étudier l’application d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) aux paiements transfrontaliers s’est achevé en décembre 2019 par un prototype de preuve de concept (PoC). Ce PoC, tel que nous l’avions décrit, est basé sur une technologie du grand livre distribué (DLT) développé par Corda R3, en lien avec 10 banques participantes des deux régions. La plateforme utilisant notamment des smart contracts (contrats intelligibles) pour permettre la fluidité de paiement en temps réel.

ConsenSys intègre le projet Inthanon-LionRock grâce à son expérience

Désormais, du côté de Hong Kong, c’est Consensys, comme il l’a annoncé sur son site, qui travaillera sur la deuxième phase de mise en œuvre du projet. L’entreprise américaine ne sera pas seule. La société d’audit et de conseil PwC et la fintech Forms HK seront également de la partie. Néanmoins, leurs rôles restent à définir.

Si HKMA a sélectionné l’incubateur Ethereum-ConsenSys c’est vraisemblablement parce qu’il a déjà participé à des élaborations de ce type. En effet, la société de Joseph Lubin peut se prévaloir d’une expérience dans la conception de réseaux de paiement décentralisés en lien avec des banques centrales. Il a notamment collaboré avec l’Autorité monétaire de Singapour dans le cadre de son projet Urbin. Plus précisément, il y a exploré l’utilisation de la blockchain et du DLT (Digital Ledger Technology) dans les paiements et la compensation et le règlement de titres.  Mais il s’est aussi associé avec la Banque de réserve sud-africaine pour son projet Khokha. Dans ce cadre-là, il a contribué à créer un système interbancaire résilient et rentable reposant sur une technologie blockchain. 

Dans le projet Inthanon-Lionrock, le studio de développement utilisera ses produits Ethereum full-stack (« à pile complète » en français jargonnant) pour tester des solutions. Le but est de mettre l’accent sur l’interopérabilité, l’évolutivité et la sécurité des protocoles expérimentés.

ConsenSys peut faire la différence en concevant un modèle évolutif qui permettra son extension à l’ensemble du territoire de la zone concernée. Les corridors de paiement THB-HKD devraient donc, si tout se passe bien, se multiplier au cours des années à venir.

Nathalie E.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,172