Libra – L’audition du comité sénatorial foudroie Facebook, le G7 s’inquiète

L’audition de Facebook concernant le Libra, son projet de cryptomonnaie, s’est déroulée dans une ambiance glaciale il y a quelques jours (17 juillet). Les législateurs démocrates et républicains ont lourdement critiqué l’idée du lancement de la cryptomonnaie tout en qualifiant cette initiative comme "indigne de confiance". Le G7, quant à lui a souligné des risques systémiques.

Une audition plutôt tendue aux USA

Lors de cette audition audition, les déclarations à propos du Libra de Facebook n’ont pas manqué de provoquer un tollé de la part des législateurs américains. Le comité sénatorial des banques a notamment exposé ses craintes concernant les impacts financiers et économiques d’un tel projet, avant de discréditer Facebook et sa politique. Le sénateur démocrate Sherrod Brown a notamment indiqué que Facebook ne méritait pas leur confiance (et celle des gens) suite à son passé parfois décrié, avant de poursuivre :

"Nous serions fous de leur donner une chance de les laisser faire des expériences avec les comptes bancaires des gens".

En effet, les affaires de détournement de données personnelles suivies d'une mauvaise gestion ont profondément terni la notoriété du réseau social. Dans la même perspective, les autorités continuent de suspecter Facebook d’avoir été de mèche avec la Russie pour son ingérence dans la présidentielle américaine de 2016.

Facebook n’avance rien de nouveau pour se défendre

Si les élus espéraient entendre plus de détails concernant l’administration du projet Libra, les représentants de la société se sont limités à des explications vagues, suivies de promesses douteuses. Insistant dans leur requête, le comité aurait demandé des garanties en ce qui concerne la politique de Facebook sur la prévention du blanchiment d’argent, et dans une plus large mesure, à propos du suivi des réglementations. Pour sa part, David Marcus, le responsable de Calibra (la société derrière Libra) et ex-président de Paypal, s’est contenté de répondre qu’aucune donnée client ne serait partagée sans accord préalable.

Libra espère gagner la confiance des gens

Libra espère gagner la confiance des internautes.

Par ailleurs, il a reconnu que Facebook devrait attendre "pendant une très longue période pour gagner la confiance des gens" avant de défendre la position du Libra qui ne chercherait pas à faire de la concurrence au système bancaire. Jusqu’à aujourd’hui, de nombreuses confusions planent sur les véritables ambitions de Facebook, sachant que le développement de sa blockchain n’en est qu’à ses débuts. Si, par le plus grand des hasards, le comité sénatorial des banques change d’avis sur le Libra, Facebook ne pourra pas encore se prononcer victorieux, car les autorités financières internationales auront encore leur mot à dire à l’issue de leurs enquêtes.

Rappelons que la réunion préparatoire des ministres des Finances du G7 à Chantilly s’est penchée également sur la réglementation applicable au Libra très récemment. Et il semblerait qu'au niveau des puissances mondiales, on s'inquiète assez largement de l'arrivée de cette cryptomonnaie. Il se pourrait que le Libra soit une menace pour l'équilibre des systèmes financiers mondiaux. Des inquiétudes systémiques ont donc été évoquées, les enjeux mondiaux semblent colossaux. L’aboutissement de cette conférence tracera l’avenir de ce crypto-projet, par lequel le réseau social espère obtenir un soutien, après le choc qu’elle a reçu via la désapprobation de Donald Trump.

Rejoignez-nous sur Telegram pour avoir des informations encore plus fraîches et plus d’analyses : https://t.me/CryptoActuCom 

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

dolor risus. elementum sit risus venenatis mi, ut mattis lectus ante. efficitur.
23 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez