Jetons NFT

Bored Jobs – Louer des NFTs populaires pour des campagnes publicitaires

01 Juil 2022 - 11:00

Les innovations en relation au marché des NFTs se poursuivent à la vitesse du développement de ce secteur. Mais également en relation au caractère de propriété intellectuelle que la possession de ces images numériques permet d’obtenir. Car il ne s’agit pas simplement de « jpeg » achetés des fortunes, alors qu’ils peuvent être copiés d’un simple clic de souris d’ordinateur. Pour preuve, la dernière initiative mise en place par la structure Mouse Belt Labs qui propose de louer ces personnages fictifs pour des campagnes publicitaires. Et la communauté des Bored Ape Yacht Club (BAYC) semble être au rendez-vous.

Bien plus qu’une simple image, l’achat d’un NFT permet d’en posséder les droits d’exploitation et de propriété. Une réalité qui échappe visiblement aux détracteurs de cette économie de la collection numérique, projetée sur le devant de la scène au cours de l’année passée. Mais un élément déjà pris en compte par certains réseaux sociaux comme Twitter, en permettant de lier un compte à l’une de ces images dont il est possible de prouver la propriété. Car c’est bien là que ces jetons non fongibles prennent tout leur sens.

Une réalité à l’origine de mésaventures parfois très désagréables et complexes à gérer, compte tenu du caractère innovant de ces jetons non fongibles. Comme dans le cas de l’acteur Seth Green, récemment délesté de l’intégralité de sa collection, suite à une opération de phishing visiblement fructueuse. Avec dans le lot, un Bored Ape Yacht Club (BAYC) censé être utilisé dans le cadre d’un show télévisé. Et, après de nombreuses tractations infructueuses, la nécessité de le racheter à son voleur pour en conserver les droits d’exploitation. Mais cela peut prendre une tournure plus positive.

Piratage

Arnaque vs NFT - Le code peut-il toujours être la loi ?

Hugh B. - 25 May 2022 - 09:00

En théorie, le secteur des cryptomonnaies repose sur le principe immuable du [...]

Lire la suite >>

Bored Jobs – Louer ses NFTs à des marques

La collection des Bored Ape Yacht Club (BAYC) est sans aucun doute la plus populaire du secteur des NFTs à l’heure actuelle. Bien loin devant les historiques CryptoPunks, de toute manière récemment rachetés par le studio Yuga Labs à l’origine de leur lancement. Une success story qui compte dorénavant dans ses rangs des stars de toutes sortes, fières d’arborer la possession de l’un des exemplaires de ces singes numériques. Avec un floor price toujours situé au-dessus de 90 ETH sur la plateforme Opensea, au moment de la rédaction de cet article. C’est-à-dire un peu plus de 96 000$ au cours actuel d’Ethereum (1070$).

Raison pour laquelle de nombreuses offres diverses et variées se développent en relation à ces NFTs. Comme la possibilité d’emprunter des cryptomonnaies en déposant un BAYC en garantie. Et plus récemment, la mise en place d’une place de marché du nom de Bored Jobs censé permettre de les louer à des marques afin de réaliser des campagnes publicitaires. Une procédure innovante qui ne peut empêcher d’imaginer l’apparition d’un BAYC sur un paquet de céréales, ou affiché sur un panneau publicitaire afin de vendre du gel douche. Mais dans les faits, un véritable plébiscite de leurs détenteurs, déjà amassé par centaines afin de profiter de cette nouvelle opportunité.

« Le Bored Ape Yacht Club a donné à ses propriétaires une opportunité fantastique d’utiliser les droits de propriété intellectuelle des NFTs qu’ils ont achetés. Malheureusement, ils ne leur ont pas fourni de notice d’utilisation sur la façon de les mettre au travail. Bored Jobs est en train de rédiger ce document.« 

Bored Jobs

Le but de cette place de marché, lancée il y a moins de 48h : référencer les 10 000 exemplaires de la collection des BAYC. Mais il ne s’agit là que d’une « base de référence. » Car son fondateur – et dirigeant de la structure Mouse Belt à l’origine de ce projet – explique qu’il souhaite également élargir son champ d’action à d’autres collections emblématiques. À commencer par les Mutant Apes « dans environ deux semaines, » puis les Gutter Cats, les CryptoPunks, etc… Avec une simple interrogation au final : à quoi va bien pouvoir ressembler un monde peuplé de NFTs pour des campagnes publicitaires ? Une affaire à suite… ou pas !

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche