Europol dément l’utilisation du Bitcoin pour des attaques terroristes en Europe

Selon un rapport publié par Europol, le bitcoin et les autres actifs cryptographiques n’ont été utilisés dans aucune des récentes attaques terroristes en Europe. Le rapport intitulé Intenet Organized Threat Assessment 2018 se penche sur des domaines allant de la cybercriminalité à la pédopornographie. L’étude a indiqué que si les abus criminels basés sur les cryptomonnaies étaient à la hausse, le bitcoin n’a pas été impliqué dans les récentes attaques terroristes en Europe.

Les groupes terroristes ont tenté l’utilisation des cryptomonnaies

Rétrospectivement, Al-Qaïda, l’État islamique et d’autres groupes terroristes ont tous tenté d’obtenir des fonds par via des cryptomonnaies, mais sans grand succès. Yaya Fanusie, directeur d’analyse de la Fondation pour la défense des démocraties (FDD) a souligné que la plupart des terroristes, en particulier ceux qui servent sur les “champs de bataille djihadistes”, vivent actuellement dans des environnements où les crypto-devises sont inutilisables et qu’il faut donc privilégier l’argent fiduciaire pour acheter les marchandises.

Abhinav Pandya dans son article intitulé “Cryptomonnaies : Un nouveau fléau du financement du terrorisme” estime qu'”avec l’évolution de la technologie et la sophistication des caractéristiques très recherchées de rapidité, d’anonymat et de non traçabilité, ainsi que les difficultés grandissantes d’utilisation des systèmes bancaires officiels et du hawala (ndlr: système de paiement), le recours au financement du terrorisme par la crypto-monnaie peut augmenter et modifier complètement le contexte du financement du terrorisme.”

“Pourtant, malgré un potentiel évident, aucune des attaques menées sur le sol européen ne semble avoir été financée par des cryptomonnaies. L’utilisation des devises cryptographiques par les groupes terroristes n’a impliqué que des transactions de bas niveau – leur financement principal provient toujours des services bancaires conventionnels et des services de transfert de fonds”, peut-on lire dans le rapport.

Le rapport explique ensuite que les utilisateurs et les facilitateurs de la cryptocriminalité sont eux-mêmes devenus victimes de cybercrimes. Les blanchisseurs d’argent profitent de l’absence d’exigences en matière de KYC pour la création d’un compte sur une bourse. Cela signifie que la décentralisation peut aussi profiter aux criminels, car elle n’exige aucune confiance de la part de toutes les parties impliquées dans une transaction.

d’après bcfocus

En rapport avec votre lecture

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Advertisment ad adsense adlogger