La DeFi au-delà du battage médiatique

 La DeFi au-delà du battage médiatique

Alors que les jetons de la DeFi mènent bille en tête la reprise actuelle du marché, la prestigieuse Wharton School of Business publie une étude sur la finance décentralisée et son potentiel à transformer le paysage financier mondial.

La DeFi à l’examen

L’école de commerce de l’Université de Pennsylvanie, la Wharton School of Business, connue notamment pour avoir compté en ses rangs des élèves comme Donald Trump, Elon Musk ou encore Warren Buffet, vient de publier son évaluation du secteur de la finance décentralisée (DeFi). Intitulé «DeFi Beyond the Hype», ce rapport a été produit conjointement par le Wharton Blockchain and Digital Asset Project en collaboration avec le Forum économique mondial.

A partir de six segments du secteur préalablement définis – pièces stables, échanges décentralisés, crédit, dérivés, assurance et gestion d’actifs -, l’équipe à l’oeuvre fournit une analyse fondamentale de tous les éléments clés de la machine DeFi, y compris ses services auxiliaires tels que les portefeuilles et les oracles. Elle retient également quatre caractéristiques déterminantes. A savoir, l’engagement avec les services financiers, l’exploitation et le règlement minimisés par la confiance (c’est-à-dire l’intégration de la blockchain publique sans autorisation), la conception non dépositaire et l’architecture ouverte, programmable et composable.

Selon le rapport, les principaux avantages du secteur sont la réduction des frictions et des coûts de transaction pour le commerce et la distribution des actifs financiers. L’étude souligne également que la DeFi permet une transparence accrue, un contrôle performant des parties prenantes, un meilleur accès au marché et un règlement plus rapide. Des atouts à faire valoir par rapport aux marchés financiers traditionnels. 

Les difficultés d’une croissance massive

Mais ce nouveau secteur qui connaît une croissance explosive selon le site de données DeFiPulse, qui mesure la capitalisation verrouillée dans la DeFi, n’est pas à l’abri de difficultés qui pourraient s’avérer rédhibitoires.

Total Value Locked in DeFi, DefiPulse

Difficultés au nombre desquelles figurent, selon le rapport, les problèmes de scalabilité (un débit de transactions souvent congestionné), l’opérabilité entre les blockchains ainsi qu’avec les services financiers classiques et les questions réglementaires.

Comme la technologie blockchain plus généralement, DeFi a une base enthousiaste d’évangélistes, qui promeuvent son potentiel d’efficacité, de transparence, d’innovation et d’inclusion financière. Mais il a également ses critiques, ses risques et ses inconnus. » 

DeFi Beyond the Hype

Le plus gros écueil étant une technologie jugée encore trop immature qui facilite les fraudes et les manipulations en tout genre dont on rend régulièrement compte en ces pages. Autre problème moins régulièrement soulevé et souligné par le rapport, le risque d’un contrôle centralisé caché, où certains acteurs peuvent prendre un contrôle disproportionné sur d’autres agents du marché.

Les jetons DeFi prennent le lead de l’élan haussier

Quoi qu’il en soit, la DeFi continue d’attirer spéculateurs et investisseurs. Le rebond des prix observé sur le marché des cryptos après la capitulation historique de la semaine écoulée qui a vu près de 1300 milliards de dollars s’évaporer dans la nature, est en grande partie liée aux jetons de la DeFi. Ainsi la solution de deuxième couche d’Ethereum, Polygon (MATIC), a tenu la dragée haute à tous les autres tokens pendant cette traversée sanglante. Il est l’un des rares à ne pas avoir vraiment subi de descente aux Enfers.

D’autres plus abîmés ont connu des redressements spectaculaires. Maker (MKR) a bondi de 91% du jour au lendemain pour se négocier au-dessus de 4000 dollars. Yearn.finance (YFI) a progressé de 72% et se négocie désormais près du niveau de 50 000 dollars. Quant à Uniswap (UNI) et Aave (AAVE), ils ont vu la valeur de leur jeton augmenter de plus de 50%.

La hype autour de la DeFi ne semble pas près de s’arrêter même si son potentiel à transformer le paysage de la finance mondiale n’est encore qu’une promesse. Rappelons que l’industrie n’en est encore qu’à ses premiers pas. Il y a à peine trois ans les market makers automatisés (AMM), les fermes de rendement ou les stablecoins algorithmiques étaient encore dans les limbes. Quand on observe les progrès accomplis depuis, on peut être confiant quant à l’avenir de la DeFi.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,688