Piratage

LinkedIn – Le FBI alerte sur la « menace importante » des arnaques crypto

18 Juin 2022 - 15:00

Ce n’est pas un simple marché baissier qui va arrêter les arnaqueurs de tous poils dans le secteur des cryptomonnaies. Et les réseaux sociaux constituent un terrain de chasse particulièrement privilégié dans le cadre de ce genre d’opérations. Cela malgré la « gestion » bien souvent très relative affichée par certains d’entre eux, vis-à-vis de cette pollution numérique à l’origine de pertes parfois colossales. Avec, comme dernière plateforme incriminée, la version professionnelle LinkedIn. Et un avertissement émis par le FBI à son encontre.

La sécurité sur les réseaux sociaux est une question compliquée. Et une réalité qui vient de mettre des bâtons dans les roues du rachat de Twitter, pourtant envisagé par le fantasque Elon Musk. Cela au sujet de l’estimation – considérée comme très largement sous-évaluée – du nombre de faux comptes qui polluent ce réseau social très populaire. Et par corrélation, des arnaques potentielles qui frappent ses utilisateurs, tout particulièrement en relation aux cryptomonnaies.

Un fléau qui frappe tout particulièrement les détenteurs de jetons NFT. Mais dont les formes sont aussi variables que l’imagination de leurs instigateurs malveillants. Car sur le réseau LinkedIn, ce sont des conseils financiers avisés qui se transforment ensuite en vidage de portefeuilles. Au point d’avoir incité le FBI à en faire mention sous la forme d’une « menace importante » pour ses utilisateurs. C’est en tout cas ce qu’indique Sean Ragan, agent spécial en charge des bureaux extérieurs de San Francisco et de Sacramento, en Californie.

LinkedIn – La « menace importante » des arnaques crypto

Le fait est à prendre en compte une bonne fois pour toutes : être identifié comme un investisseur crypto revient bien souvent à se coller une cible numérique sur le front. Et même si cela ne doit pas déclencher de panique excessive, cette réalité implique néanmoins de prendre les mesures nécessaires au moins du point de vue de l’hygiène numérique. Cela tout particulièrement suite aux fuites de données à répétition dont l’une des plus marquantes reste celle de la société Ledger en 2020. Et principalement sur les réseaux sociaux, terrain de jeu privilégié des arnaqueurs en tout genre.

Piratage

Trezor - Attaque de phishing en cours suite à une fuite de données

Hugh B. - 04 Apr 2022 - 13:00

La sécurité des données est au centre du développement du secteur des [...]

Lire la suite >>

Une malédiction qui n’épargne malheureusement pas le réseau LinkedIn, pourtant dédié aux relations plus professionnelles. C’est en tout cas ce que vient de déclarer le FBI, par la voix de son agent spécial Sean Ragan. Cela au sujet d’une prolifération inquiétante du nombre de faux profils créés sur cette plateforme. Et alors même que l’entreprise déclare en avoir supprimé plus de 32 millions l’an passé. Et avoir intercepté dans le même temps 99,1 % des 70,8 millions de spams et escroqueries présentes sur son réseau social. Tout cela détaillé dans un article de blog publié hier, au sujet de ce problème visiblement en augmentation.

« Méfiez-vous et pensez à signaler les personnes qui vous demandent de l’argent et que vous ne connaissez pas personnellement. Cela peut inclure des personnes vous demandant de leur envoyer de l’argent, des cryptomonnaies ou des cartes-cadeaux pour recevoir un prêt, un prix ou d’autres gains.« 

LinkedIn

LinkedIn – Arnaques par abus de confiance

Et la procédure est tout aussi bien rodée qu’elle est tout spécialement adaptée à LinkedIn. Car, comme l’affirment les victimes de ces arnaques, cela passe par la mise en place d’un abus de confiance inscrit sur la durée. Le tout rendu possible par le caractère professionnel et dédié au réseautage de cette plateforme sociale. C’est-à-dire en profitant de la confiance implicite – mais de toute évidence surestimée – liée à ces caractéristiques considérées comme une preuve de légitimité. Et des fraudeurs se faisant passer pour des professionnels en donnant des conseils avisés avant de passer à l’étape du vol des fonds numériques (ou autres) de leurs victimes.

« C’est de cette manière que les criminels gagnent de l’argent. C’est ce sur quoi ils concentrent leur temps et leur attention. Et ils réfléchissent toujours à de nouvelles façons de faire de nouvelles victimes, qu’il s’agisse de particulier ou d’entreprises.« 

Sean Ragan

Une attaque par abus de confiance qui peut prendre du temps, au point de se mettre en place sur plusieurs mois. Et passer par des étapes de gains effectifs, histoire d’instaurer un degré de confiance nécessaire. Mais, en règle générale, une conclusion qui trouve toujours à peu près le même dénouement. C’est-à-dire le transfert des cryptomonnaies vers une plateforme tout d’abord légitime. Et à un moment donné, la « nécessité » de les transférer vers un autre site, cette fois contrôlé par le fraudeur. Moment où les fonds seront détournés et perdus à jamais, au profit de ce conseiller devenu dans le même temps introuvable. Cela au profit de fraudeurs que la Global Anti-Scam Organization a retracé dans la plupart des cas en Asie du Sud-Est. Quelle surprise !

Faites attention à vous !

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche