Plusieurs sources ont indiqué qu’Ethereum ne serait plus résistant aux puces ASIC, une proposition de fork a été faite.

« To fork or not to fork », le débat fait rage au sein de la communauté Ethereum, face à l’arrivée d’une technologie qui bouleverserait l’équilibre du minage sur cette chaîne de blocs. À l’origine de cet affolement, divers rapports indiquant que plusieurs sociétés, dont BitMain – le leader du secteur – seraient sur le point de mettre au point des puces ASIC. Ces matériels dédiés permettent de dégager une puissance de minage incomparablement plus efficace (et donc plus rentable) que des cartes graphiques, et rendraient donc ces dernières inutiles. Le risque d’une centralisation est alors posé, car miner nécessiterait désormais l’achat de matériels uniquement spécialisés dans cette tâche.


Ethereum avait été spécialement conçu pour ne pas être victime des puces ASIC

Pour comprendre le problème que peuvent poser les puces ASIC, il convient d’étudier leur genèse, qui a débuté avec Bitcoin. Cette chaîne de blocs a été pensée pour être entièrement décentralisée, en fonctionnant de particulier à particulier: les utilisateurs de la monnaie cryptographique sont aussi ceux qui sécurisent le réseau (et en tirent in fine des bénéfices en générant de nouvelles pièces).

Le processus de sécurisation et d’injection de nouvelles liquidités se fait grâce au matériel informatique des adeptes de la cryptomonnaie, et l’algorithme mis en place créer un équilibre pour que l’émission de nouvelles pièces se fasse de manière régulière et contrôlée.  Ainsi, si la puissance de calcul total du réseau double (par exemple si deux fois plus d’usagers minent), les bitcoins créés ne doubleront pas, mais seront répartis équitablement entre tous les validateurs: un mineur recevra donc deux fois moins d’argent.

Ce fonctionnement entre particuliers ne peut se faire que si le matériel utilisable est utilisé habituellement par ces derniers, comme un processeur ou une carte graphique. Mais l’équilibre du réseau Bitcoin a été mis à mal par l’apparition d’appareils dédiés au minage, qui sont incomparablement plus puissants que les composants présents dans le commerce général. Ces puces dites ASIC ( Application-Specific Integrated Circuit ) ont considérablement augmenté la puissance globale du réseau Bitcoin, et ont eu pour effet de rendre désuet le minage par cartes graphiques, incapables de suivre la cadence.

Un appareil ASIC


Pour contrer ces puces responsables de la centralisation de Bitcoin, Ethereum a été conçu en intégrant un stratagème qui se sert de deux points faibles des ASIC, et les rend inopérantes.

La blockchain Ethereum ne permet pas uniquement d’envoyer et de recevoir de l’argent virtuel. Son système de smart-contracts peut contenir n’importe quel type d’opérations et calculs. Extrêmement spécialisées, les cartes ASIC ne peuvent (en théorie) pas toutes les gérer.

Le whitepaper d’Ethereum va encore plus loin pour parer ces appareils, et explique:

« Le minage nécessite l’accès à l’ensemble de la chaîne de blocs, ce qui oblige les mineurs à stocker l’ensemble de la chaîne de blocs et à être au moins capables de vérifier chaque transaction. (….) Une caractéristique particulièrement intéressante de cet algorithme est qu’il permet à quiconque d’ « empoisonner le puits », en introduisant un grand nombre de contrats dans la chaîne de blocs spécialement conçus pour bloquer certains ASIC. »

Si les fortes rumeurs s’avèrent exactes, il est très probable que les constructeurs de ces composants aient réussi à détourner le système.

Une proposition de fork actuellement en discussion

Un développeur d’Ethereum a ouvert une proposition d’amélioration d’Ethereum (EIP) pour discuter de la pertinence de modifier l’algorithme de minage d’Ethereum pour maintenir sa résistance aux ASIC.

L’EIP 958 publiée sur GitHub par Piper Merriam, développeur du noyau d’Ethereum, propose qu’une résistance renforcée à ces ASIC soit implémentée dans l’instance d’Ethash, l’algorithme consensuel de preuve du travail (PoW) de cette blokchain.

« Je crois que le raisonnement selon lequel l’exploitation minière basée sur des ASIC conduit à une centralisation accrue par rapport à au par GPU est reconnu », a écrit l’informaticien.

Cette EIP est une réponse directe aux rapports selon lesquels Bitmain – de loin le plus grand fabricant de machines minières qui utilisent des puces ASIC – a développé un mineur ASIC Ethash et commencera à les expédier dans les prochains mois.


CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

Dans le même thème

Advertisment ad adsense adlogger