La blockchain comme outil de traçabilité du cannabis thérapeutique

 La blockchain comme outil de traçabilité du cannabis thérapeutique

La technologie blockchain offre ses services de sécurité et de traçabilité à de nombreux domaines aussi improbables que divers. Et l’univers du CBD ne fait pas exception à cette règle. Une association qui a du sens, aussi bien en termes de marché d’avant garde que de développement en cours. Car le cannabidiol a le vent en poupe. Mais il nécessite un suivi impeccable pour en faire un produit sûr et accepté.

Certains domaines souffrent d’un manque de connaissance et de compréhension du public et des instances de régulation. C’est le cas du cannabidiol (CBD). Un dérivé non psychoactif du cannabis aux vertus thérapeutiques avérées. Tout à la fois calmant naturel et arme de pointe contre les douleurs chroniques, son marché connaît une forte hausse. Elle devrait selon certaines études dépasser les 40 milliards de dollars d’ici quelques années.

La relation entre la technologie blockchain et le cannabidiol ne date pas d’aujourd’hui. En 2018 déjà, des essais cliniques sur ses bienfaits dans le domaine de l’épilepsie avaient été menés en Corée. Et le caractère controversé de cette molécule avait été en partie résolu par la mise en place d’un suivi impossible à falsifier.

La technologie blockchain est adaptée à la gestion du chanvre médicinal ,car les données ne peuvent pas être modifiées. »

La blockchain au service du CBD

L’utilisation de la technologie blockchain dans le cadre de la gestion du cannabidiol (CBD) est bien plus un outil de transparence qu’une réelle nécessité de suivi. Même si les deux options se révèlent intéressantes à terme. Une manière de rassurer en montrant patte blanche dans un domaine où le produit n’est pas encore reconnu et compris.

Raison pour laquelle l’Association des cannabinoïdes des Pays-Bas (CAN) é récemment lancé un outil gratuit de traçabilité. Cela à destination des producteurs nationaux et européens de CBD. Ce dernier offrant la possibilité de connaître avec exactitude la provenance de leurs produits grâce à la blockchain et son caractère public, mais aussi infalsifiable. Le meilleur moyen d’offrir une transparence de pointe dans le domaine.

Un développement qui correspond à une véritable nécessité de clarté. Cela dans un univers où même la classification du cannabidiol souffre d’une incompréhension importante. Ce dernier ayant été rangé à tort dans la catégorie des « nouveaux aliments » par une Commission européenne qui devrait en tester les bienfaits. En particulier dans le cadre de l’anxiété que ce sujet semble déclencher dans leurs services.

En plus d’une traçabilité de premier plan, l’outil du nom de CanCheck permet de connaître la qualité du produit concerné. Le tout résultant d’un test effectué par des laboratoires accrédités et indépendants. Cela offrant son niveau précis de CBD, mais aussi de THC-A qui doit être inférieur à 0,05%. Autant dire que rien n’est laissé au hasard pour permettre à ce marché de se développer dans les meilleures conditions possible.

Un mouvement récemment enclenché qui trouve un écho positif auprès de l’Association européenne du chanvre industriel (EIHA). Cette dernière ayant annoncé il y a peu son intention d’investir 3,5 millions d’euros dans des tests de CBD et de THC.

Gageons que l’association de ces deux domaines à la pointe des avancées actuelles sauront tirer le meilleur partie des bénéfices de chacun. Cela afin d’en asseoir le développement pour le bénéfice de tous et en dehors de tous préjugés.

Cet article contient des liens sponsorisés

Hugh B.

Hugh B.

Grand voyageur. Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont pas des conseils financiers.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,172