Le Hard Fork Constantinople d’Ethereum : Explications, date et complications

On a beaucoup entendu parler d'Ethereum et de son hard fork Constantinople ces dernières semaines. Pourtant, tout ne semble pas se passer comme prévu. En effet, après que des failles potentielles aient été détectées dans les smarts contracts, la date de l'embranchement (fork) a été largement repoussée.

Mais avant tout, un hard fork c'est quoi ?

- Il nous semble important de revenir sur la définition et l'éclaircissement de ce qu'est un hard fork. Voici donc une brève explication qui sera compréhensible par le plus grand nombre. -

Dans certains cas, les développeurs d'une blockchain souhaitent apporter des modifications à celle-ci. En effet, dans le but d'améliorer les performances de ladite blockchain ou de réaliser des corrections, des mises à jour sont à effectuer. Pour cela, les concepteurs doivent s'occuper de réviser son code. On appelle cette opération un fork, qui peut être soit soft, soit hard.

Un soft fork sera utilisé pour une mise à jour mineure. Les anciens blocs minés resteront acceptables avec les nouvelles règles créées. On dit que la modification est rétro-compatible. De nombreux embranchements de ce type ont déjà été effectués sur le Bitcoin.

Un hard Fork va au contraire concerner un changement majeur. Il va donc permettre de réaliser d'importants remaniements de la blockchain. Celui-ci nécessite donc un très large consensus chez les développeurs et la communauté. Les nouvelles règles ne seront plus compatibles avec celles préalablement utilisées. Il peut être planifié ou controversé. Il est planifié si la majorité de la communauté suit le protocole choisi et met à niveau son logiciel. S'il est controversé, il y a division et donc création de deux chaînes de blocs qui correspondront à deux cryptomonnaies différentes. C'est ce qu'il s'est par exemple passé entre Ethereum et Ethereum Classic en Juillet 2016.

Pourquoi faire un hard fork sur Ethereum ?

Ethereum a prévu de maétrialiser des changements majeurs pour évoluer. En effet, le projet compte passer d'un fonctionnement Proof of Work (preuve de travail) à une organisation Proof of Stake (preuve d'enjeu). Cette transformation s'effectue car la preuve de travail est considérée comme trop gourmande en énergie. Ethereum emprunte donc un plan nommé Casper qui permettra de réaliser cette transition en plusieurs étapes.

Constantinople est l'appellation donnée à l'une de ces étapes. En bref, l'idée est de descendre les récompenses des blocs de 3 à 2. Cela fait suite au Hard Fork Byzantine qui avait lui-même baissé cette récompense de 5 à 3.

Constantinople, c'est pour quand ?

Ethereum Constantinople

Initialement prévu à de nombreuses dates ces derniers mois (Otcobre 2017, Novembre 2018) puis toujours reporté, Constantinople semblait avoir trouvé la période idéale aux alentours de mi-janvier. Plus particulièrement, au bloc 7 080 000, aux environs du 16 Janvier.

- Nous sommes le 19 Janvier et le Hard Fork Constantinople ne s'est pas produit -

Mais alors que s'est-il passé ?

Le 15 Janvier, quelques heures avant la date prévue, une annonce a eu lieu. C'est l'entreprise suisse Chain Security qui a tiré la sonnette d'alarme.

En effet, elle a annoncé publiquement, et seulement quelques heures avant la date fatidique qu'une faille de sécurité pourrait entraîner une attaque sur la blockchain. Pris de paniques, les développeurs de la communauté ont choisi de stopper le processus et de reporter l'évènement.

Pour suivre les détails techniques qui ont été impliqués, Ethereum-France a écrit un article qui permet de mieux comprendre la situation.

« Il est possible que certains contrats ayant été auparavant déployés, avec comme postulat le coût en gas plus élevé d’avant la mise à jour, se voient vulnérables à une attaque spécifique dite de type « re-entrancy attack ».  »

 

Les heures après ce bouleversement, aucune nouvelle date n'était définie. Puis, après réflexion et concertation des têtes pensantes du projet ce Vendredi, c'est finalement le bloc 7 280 000 qui a été sélectionné à la place de celui initialement prévu.

Il est donc possible d'estimer le moment qui correspondrait à ce bloc. L'échéance serait repoussée d'environ 6 semaines, aux alentours du 27 Février 2019. L’EIP1283 qui est à l'origine de ce report ne serait pas inclus dans ce nouveau fork afin de prendre le temps d'étudier le problème. Il sera donc intégré dans une mise à jour ultérieure de la blockchain.

Selon vous, cette date va-t-elle tenir dans la durée ou sera-t-elle encore une fois reportée ?

 

Suivez-nous !

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

24 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Advertisment ad adsense adlogger