Crise de liquidité bancaire : et si les Hongkongais utilisaient le Bitcoin (BTC) pour s’en défaire ?

Alors que les affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants hongkongais continuent de sévir dans l’ex colonie-britannique, les répercussions sur l’économie du pays commencent à émerger. La population craint une restriction volontaire des liquidités bancaires par le gouvernement, une situation qui pourrait être résorbée par le recours massif au Bitcoin.

Un manque de liquidité bancaire apparent

Le dollar hongkongais est en pénurie depuis quelques jours. D’après le témoignage de centaines de citadins qui se sont rués sur les distributeurs automatiques (ATM) au cours de la semaine passée, les billets de banque se font rares, jour après jour. Les premiers symptômes ont été marqués par de longues files d’attente auprès des guichets automatiques au cours du week-end dernier.

Alors que certains distributeurs automatiques de billets plafonnent les valeurs retirées, d’autres affichent "zéro liquidité", ce qui a entraîné la panique chez la population locale. Devant cette situation alarmante, des observateurs comme Kyle Bass, le directeur des investissements chez Hayman Capital Management suspectent même une stratégie de saisie de compte pour atteindre les manifestants.

Parallèlement, la cible principale des frondeurs, Carrie Lam (femme politique chinoise à Hong Kong), n’a pas écarté l’idée de faire appel au gouvernement central "si la situation devient très grave". Dans cette perspective, les idées de certains représentants pro-pékin comme la limitation des accès internet ou encore la rétention des avoirs financiers pourraient sensiblement ralentir les mouvements de contestation du peuple hongkongais.

Le Bitcoin est une solution ?

L’intérêt de la société hongkongaise pour les cryptomonnaies a grandement évolué depuis ces deux dernières années. En 2018, Hong Kong avait considéré l’aversion de la Chine envers les monnaies numériques comme un choix "exagéré". En effet, il s’est montré plutôt souple à l’idée d’accueillir la crypto-industrie, en misant sur une réglementation bien huilée.

Comme l’expliquait l’ex-président de l’organisme de réglementation des valeurs mobilières de Hong Kong, Carson Tong Ka-Shing, "les opérateurs trouveront certainement des moyens pour outrepasser ces interdictions, étant donné que les transactions peuvent être effectuées via des plateformes sur les marchés étrangers. Si aucun autre marché international ne dispose jusqu’ici d’une norme juridique complète pour ces crypto-plateformes, cela ne signifie pas pour autant que le secteur ne peut pas être réglementé convenablement". Depuis, des examens minutieux sur la gestion des ICO ont été lancés par la SFC (Security and Futures Commission), un organisme hongkongais indépendant œuvrant dans l’encadrement des activités liées au Bitcoin et aux autres formes de cryptomonnaies.

Actuellement, la crise économique qui pénalise les citoyens de Hong Kong prouve la nécessité d’instaurer un système financier qui ne dépend pas de la politique gouvernementale, encore faut-il qu’il soit indépendant des autorités pékinoises. L’utilisation du Bitcoin aurait notamment épargné les victimes des décisions économiques drastiques prises par le gouvernement, car c’est un actif qui peut circuler indépendamment des directives d'une Banque centrale. Ces derniers mois, LocalBitcoins, une plateforme de trading locale avait enregistré près de 1,42 million de dollars de volume d’échange hebdomadaire en BTC, une montée en flèche assez paradoxale étant donné la baisse généralisée du cours depuis des semaines.

Commentaires

tristique Nullam quis dolor facilisis felis libero. fringilla id lectus
60 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez