Le confondateur de Wikipédia annonce préférer le navigateur Brave à Google Chrome

Pour cet acteur majeur du web, le navigateur de Google est à éviter le plus possible tant que ses gestionnaires n’améliorent pas sa politique de protection de la vie privée.

Ce n’est un secret pour personne aujourd’hui que naviguer sur internet devient de plus en plus risqué. En effet, entre fuite de données sensibles et attaques cybercriminelles, les internautes ne sont plus vraiment à l’abri.

Cofondateur de l’encyclopédie numérique Wikipédia, Larry Sanger est très bien placé pour saisir l’importance de pouvoir mener ses activités sur le Net sans trop s’exposer. Comme il l’a déclaré début 2019, il est fermement résolu à tout mettre en œuvre pour préserver l’intégrité de sa vie en ligne. On peut désormais se rendre compte de cet engagement à travers le plan d’action qu’il a récemment dévoilé sur son blog personnel.

Larry Sanger pense qu’il vaut mieux se tourner vers Brave

Le cofondateur de Wikipédia Larry Sanger approuve entièrement l’utilisation du navigateur web Brave. Source de l’image : Pixabay.

Le cofondateur de Wikipédia Larry Sanger approuve entièrement l’utilisation du navigateur web Brave. Source de l’image : Pixabay.

Le 17 mars dernier, Larry Sanger a présenté sur son blog la stratégie qu’il a mise en place pour protéger efficacement sa cyber-vie. L’un des points qu’il a surtout abordés concernait sa décision d’abandonner Chrome. La raison de ce choix est selon lui le caractère trop intrusif du célèbre logiciel de Google. Il invite les internautes à plutôt opter comme lui pour le navigateur web Brave qui n’a pas manqué de le séduire par son côté sécuritaire.

En effet, contrairement à la plupart des grandes plateformes web, Brave Browser ne fait pas de collecte d’information et n’enregistre pas de profil utilisateur. En outre, il bloque systématiquement les éléments indésirables comme les annonces, les cookies tiers et les trackers. De plus, l’un des avantages que Larry Sanger trouve intéressants est le fait que les connexions soient toujours cryptées.

Un autre point capital abordé par le cofondateur de Wikipédia est le côté pratique des VPN (Virtual Private Network) en matière de protection web. Il rappelle dans le même temps que Brave propose une solution identique via des fenêtres de navigation privées.

Brave Browser s’est beaucoup amélioré dans les dernières années

Créé en 2016 par Brendan Eich, le navigateur Brave est un outil informatique axé sur la protection de la vie privée. Source de l’image : Pixabay.

Créé en 2016 par Brendan Eich, le navigateur Brave est un outil informatique axé sur la protection de la vie privée. Source de l’image : Pixabay.

Si Brave présentait quelques petites insuffisances à son lancement, Larry Sanger le trouve mieux élaboré aujourd’hui. Il n’a d’ailleurs pas manqué de le faire savoir sur son blog, en précisant que le navigateur s’utilise beaucoup plus agréablement.

Pour rappel, le navigateur web Brave existe depuis 2016. Il est l’œuvre de l’informaticien américain Brendan Eich, qui a également participé à la création de Mozilla Firefox. Le grand principe de ce logiciel est de protéger la vie privée de ses utilisateurs. Et ses méthodes pour y arriver passent par la mise en place de pages en HTTPS et par le blocage des pisteurs.

Considéré comme étant plus rapide sur smartphone et sur PC, Brave Browser est disponible sous OS X Linux, Windows. Il peut être également utilisé depuis un appareil faisant appel aux systèmes Android ou IOS.

Des cryptos offertes pour l’utilisation du navigateur

Outre sa politique de confidentialité, Brave propose également de récompenser ses utilisateurs en cryptomonnaie. Cela se fera par l’intermédiaire du BAT (Basic Attention Token), un jeton numérique nativement intégré au logiciel. De quoi inciter la communauté cryptographique à répondre à l’appel de Larry Sanger d’adopter désormais ce navigateur.

Sur le même thème :

> Pour en savoir plus sur Brave, consultez notre analyse

Un grand site de commerce en ligne Suisse accepte les cryptomonnaies comme méthode de paiement

Une ancienne de chez Mozilla rejoint la fondation Stellar en tant que CEO

CryptoActu se veut être un média particulièrement objectif et impartial dans ses propos. Les règles éditoriales que nous avons mises en place interdisent à l’équipe rédactionnelle de conseiller des mouvements et des positions de trading ou d’investissement.

Commentaires

38 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Advertisment ad adsense adlogger