Adoption du Bitcoin : les pays émergents mènent la danse

 Adoption du Bitcoin : les pays émergents mènent la danse

Si l’adoption du bitcoin à l’échelle mondiale a littéralement explosé depuis un an, grimpant de plus de 880%, les pays dits « émergents » sont aux premières loges de ce mouvement inexorable selon le site de données Chainalysis. Le Vietnam arrive largement en tête des 154 pays analysés, suivi de l’Inde et du Pakistan.

L’adoption « réelle » du Bitcoin

Pour cette nouvelle étude dont le rapport complet sera publié en septembre, Chainalysis a bâti un indice avec des indicatifs désireux de rendre compte de l’adoption « réelle » par les populations en minimisant autant que possible les volumes institutionnels. Pour ce faire, l’indice-maison, reposant sur des données établies de juillet 2020 à juin 2021, a fait l’objet d’un remodelage. Plus précisément, trois mesures le pondèrent.

La première cherche à déterminer l’importance du volume total d’activité lié aux cryptomonnaies dans un pays donné par rapport à sa richesse par habitant. La deuxième vise plus spécifiquement à mesurer l’activité des utilisateurs individuels non professionnels en fonction du taux moyen du pouvoir d’achat par habitant. Enfin, le dernier indicateur tente de mettre en évidence les pays où les résidents sont les plus nombreux à mettre une plus grande part de leur argent dans les transactions pair-à-pair (P2P).

Le but est de fournir une mesure objective, fiable mais perfectible selon l’aveu même du site spécialisé, des pays afin d’évaluer les niveaux les plus élevés d’adoption.

(Il s’agit de) mettre en évidence les pays avec la plus grande adoption de cryptomonnaie par les gens ordinaires, et de se concentrer sur les cas d’utilisation liés aux transactions et à l’épargne individuelle, plutôt qu’au commerce et à la spéculation. »

Blog de Chainalysis

Une adoption qui s’accélère partout

L’étude révèle que l’adoption des cryptos est en marche, et à grandes enjambées. En effet, depuis le troisième trimestre de 2019, l’augmentation serait de l’ordre de 2300% et de plus de 881 % pour la dernière année observée. La planète entière s’y est mise mais avec des différences notables.

Selon Chainalysis, ce sont surtout les fonds institutionnels qui ont alimenté le marché des cryptos en Europe de l’Ouest, en Amérique du Nord et en Asie de l’extrême Est. En revanche, dans les pays émergents, il serait plutôt dominé par des populations soucieuses de se protéger des soubresauts de leurs monnaies nationales. Autres motivations : l’utilisation de cryptomonnaies pour effectuer des envois et des réceptions de fonds et réaliser des transactions commerciales.

N’ayant pas ou peu d’accès aux échange centralisés, les résidents des pays en voie de développement ont majoritairement recours aux plateformes peer-to-peer (P2P). Des pays comme le Kenya, le Nigeria, le Vietnam et le Venezuela y effectuent d’énormes volumes de transactions, une fois ajustés les critères en fonction de la parité de pouvoir d’achat par habitant et de la population utilisant Internet.

La Chine et les US reculent : place aux économies émergentes

De fait, si les Etats-Unis et la Chine, respectivement à la 6ème et 4ème place du classement précédent, ont reculé au 8ème et 13ème rang, c’est principalement en raison de faibles volumes de transactions sur les échanges P2P. Une baisse liée sans doute à l’institutionnalisation croissante de la crypto outre-Atlantique et au climat délétère qui règne sur l’écosystème depuis Pékin.

Source de l'image

Les autres pays qui constituent le top 20 sont majoritairement des économies émergentes. Le continent africain qui souffre de défaillances chroniques en termes d’infrastructures monétaires est présent avec 6 pays dans le classement. Pour nombre d’observateurs, l’Afrique devient effectivement le terrain privilégié du développement des cryptomonnaies. Mais l’Amérique du Sud n’est pas loin derrière. Avec 4 Etats bien placés, elle s’affirme aussi comme une contrée accueillante. En cause notamment, la plaie endémique de l’hyperinflation qui pousse les populations à abriter leurs souvent maigres avoirs dans un protocole décentralisé.

Le futur s’avance à grands pas, et si nul ne peut présager de quoi il sera fait (ou défait), le bitcoin y aura assurément une place. Grandissante ? A priori selon Chainalysis.

D’après le site de ressources, la question est surtout de savoir quelle forme d’adoption prendra le pas sur l’autre. Les pays émergents vont-ils continuer à tenir la dragée haute aux nations plus favorisées, en ré-attribuant à bitcoin sa nature première définie dans le White paper, « A Peer-to-Peer Electronic Cash System » ? Ou bitcoin va t-il devenir un produit réglementé comme un autre qui servira d’actif spéculatif pour les plus nantis et/ou de valeur-refuge pour les plus prévoyants… L’avenir nous le dira. Mais entre un bitcoin phagocyté par la finance ou utilisé par les citoyens du monde pour s’échanger de la valeur, il serait bon que la balance penche, pour une fois, dans le bon sens.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

1,727