Cryptomonnaies

Hedera – Des stablecoins bancaires pour optimiser les opérations transfrontalières

30 Nov 2021 - 15:00

Les solutions technologiques innovantes sur lesquelles reposent les cryptomonnaies en font l’un des outils financiers incontournables à l’heure actuelle. Cela pour le plus grand malheur d’instances de régulation mondiales dont l’unique volonté se résume à en empêcher l’adoption. Une stratégie de l’autruche pas très efficace, face à des acteurs de la finance traditionnelle de plus en plus nombreux à souhaiter profiter de leurs avantages. En particulier dans le domaine des transferts de fonds vers l’étranger, source de frais exorbitants. Au point qu’une banque coréenne a récemment décidé de développer un stablecoin afin de résoudre ce problème, avec l’aide du très polémique projet Hedera (HBAR).

L’entrée des banques dans le secteur des cryptomonnaies est le signe évident d’un basculement en train de s’opérer. Difficile de savoir si cela est une bonne nouvelle, mais cette réalité confirme néanmoins leur caractère innovant et fonctionnel. Car ce n’est plus uniquement sous la pression de leurs clients fortunés que ces structures financières débarquent dans cette économie numérique. Et cela malgré les oppositions et réticences très claires des instances de régulation au sujet de tous les rapprochements possibles dans le domaine.

Tout cela avec au centre de cette évolution en cours ces fameux stablecoins. Des cryptomonnaies dont la stabilité et les performances finissent par poser la question de la nécessité d’un dollar numérique officiel. C’est-à-dire émis par une Réserve Fédérale américaine trop occupée à inonder le monde de billets de Monopoly pour colmater les brèches d’une économie mondiale en train de rendre l’âme. Mais peu importe, car dans le même temps certaines banques s’organisent. Comme dans le cas de la Shinhan Bank coréenne en train de développer son propre stablecoin avec l’aide – et sans surprise – du projet Hedera.

Hedera et les stablecoins bancaires

Le projet Hedera est de ceux dont la technologie ne s’apparente pas réellement à une blockchain. Le tout selon cette équation dont la plus grande rapidité affichée s’obtient au détriment de la décentralisation. Avec dans le cas du HBAR une architecture Directed Acrylic Graph mise au service d’un « réseau public d’entreprise » qui prétend aller « au-delà de la blockchain, » pour finalement atterrir au service d’une banque. Rien de plus logique cependant, puisqu’on retrouve à la tête de sa « gouvernance » des grandes entreprises comme Google, IBM ou encore… la Shinhan Bank. Un portrait pas très crypto-correct, mais néanmoins très attractif pour des structures de la finance traditionnelle voulant profiter de ces solutions innovantes tout en restant dans la pataugeoire.

« La banque leader en Corée du Sud, Shinhan Bank, a annoncé aujourd’hui avoir achevé le développement d’une preuve de concept en partenariat avec une mégabanque mondiale en dehors de la Corée. Une solution construite sur le réseau Hedera, qui tire parti des avantages des stablecoins pour les envois de fonds internationaux. Le projet vise à tester l’émission et la distribution de stablecoins, appliquées à un cas d’utilisation financière qui souffre généralement de frais élevés, d’attentes plus longues et de l’absence de fonctionnalités de suivi. » – Hedera

Et la véritable innovation de cette solution réside dans son mode de fonctionnement. Car ce projet vise à permettre aux banques de frapper des stablecoins adossés à la monnaie locale du pays d’émission (ici le won coréen KRW). Ces derniers utilisés uniquement pour effectuer les transferts de fonds sans avoir à payer les frais liés à ce type d’opérations ou à souffrir de délais de traitement. Tandis que de l’autre côté, la banque bénéficiaire de ce virement international pourra échanger ces mêmes stablecoins contre sa propre monnaie. Tout cela sur un réseau Hedera dont les frais moyens s’élèvent à 0,0001$, pour une transaction arrivée à destination en moins de 5 secondes.

Régulation

Christine Lagarde - Les stablecoins ne sont pas des devises

Hugh B. - 03 Sep 2021 - 10:25

S’il y a bien une forme de ces cryptomonnaies de l’enfer qui [...]

Lire la suite >>

Et même si du point de vue de l’univers des cryptomonnaies cela n’est rien d’autre qu’un transfert classique, il s’agit d’une véritable révolution pour la Shinhan Bank. Car le coût moyen actuel pour un virement transfrontalier d’un montant de 200$ s’élève à plus de 6,5% (environ 13$). Autant dire qu’il n’est même plus question de concurrence face à ce système que vient de mettre en place Hedera. Et en cas de réussite, nul doute que d’autres grandes banques mondiales souhaiteront profiter de cette initiative.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche