Un gestionnaire de fonds français lance un « ETF » Bitcoin

 Un gestionnaire de fonds français lance un « ETF » Bitcoin

Le gestionnaire de portefeuilles dérivés basé à Paris, Melanion Capital, a reçu l’approbation du régulateur français pour lancer un fonds négocié en bourse à l’intention des investisseurs de l’Union Européenne. L’ETF suivra au maximum le prix d’une trentaine d’actions d’entreprises en lien avec le secteur de la crypto et de la blockchain pour constituer un indice corrélé à 90% avec le prix du bitcoin.

Feu vert du régulateur français pour un « ETF » actions Bitcoin

Les produits financiers réglementés doivent répondre à des règles drastiques pas toujours adaptées à des actifs innovants comme les cryptomonnaies. Aussi, les institutionnels qui prennent l’initiative d’en créer dans ce secteur doivent souvent contourner l’écueil d’une exposition trop directe. Ainsi, la proposition d’ETF de Melanion Capital s’apparente à un fonds commun de placement lié à Bitcoin mais sans collatérisation.

Autrement dit, il n’y aura aucun bitcoin « physique » dans ce produit d’investissement. Condition sine qua non pour que l’Autorité française des Marchés Financiers (AMF) lui délivre une autorisation de commercialisation en bonne et due forme, répondant au standard Ucits. Un cadre règlementaire permettant aux gestionnaires d’actifs d’opérer dans les 27 États membres de l’UE en obtenant une autorisation d’un seul État membre.

Baptisé ETF Melanion BTC Equities Universe UCITS ETF (BTC FP), l’indice sera, selon le communiqué, composé, d’un panier pouvant contenir jusqu’à 30 actions.

Les sociétés élues doivent répondre à des critères spécifiques. Premier pré-requis : une capitalisation boursière de plus de 100 millions de dollars. Les autres conditions d’éligibilité au sein de l’indice concernent leur participation à l’industrie crypto. Elles doivent pouvoir attester d’une activité en lien avec les cryptos ou la blockchain générant au minimum 50% de leurs revenus. Autres alternatives : détenir des actifs numériques dans leurs bilans ou posséder des actifs d’investissement en cryptomonnaies à hauteur d’au moins 10 millions de dollars.

Selon l’index constitué par Melanion et calculé par la fintech allemande Bita, les minières comme Argo, Riot, HIVE, Bitfarms… composent le gros des troupes. Mais le gestionnaire d’investissement Galaxy Digital et le courtier Voyager Digital font aussi partie, entre autres, du panel de titres suivis.

Hors Etats-Unis, les ETFs Bitcoin ont la côte

Si le fonds ne possèdera pas directement du bitcoin, contrairement à l‘ETP Bitcoin déjà disponible sur la place de Paris, il prétend à une corrélation élevée avec son prix, de l’ordre de 90%, en arguant d’une exposition plus sécurisée à la première des cryptomonnaies.

Détenir notre ETF est une meilleure alternative qu’un simple investissement dans le bitcoin, car il suit de près sa performance dans un panier diversifié, tout en éliminant les risques auxquels il est habituellement associé, comme perte ou piratage. »

Communiqué de Melanion Capital

La France, peu accorte habituellement sur le sujet des cryptomonnaies, se distingue par sa propension à accepter les produits financiers réglementés liés au Bitcoin ou à l’Ether.

C’est aussi un pas important pour la France qui prouve une fois de plus son ouverture d’esprit sur les sujets de pointe et sa volonté d’être un pionnier en Europe mais aussi dans le monde.»

Communiqué de Melanion Capital

Plus largement, l’Europe mais aussi l’Asie et l’Amérique latine, se montrent friands de ce type de fonds de placement qui offrent des niveaux élevés de protection des investisseurs alors que les Etats-Unis continuent de se montrer rétifs quant à l’acceptation d’un ETF Bitcoin.

Pas de date de lancement de l’ETF prévue pour le moment sur la place boursière Euronext.

Nathalie E.

Littéraire open source. Mon credo : contribuer à populariser le monde des cryptos et à encourager sa mixité.

1,727