Serait-ce la fin des frais de transaction élevés sur le réseau Ethereum ?

 Serait-ce la fin des frais de transaction élevés sur le réseau Ethereum ?

Le réseau Ethereum (ETH) fait face à une situation aussi inédite que problématique dans l’univers des cryptomonnaies. Cela concerne son succès incroyable et la gestion qu’il est possible d’y apporter. Car ce qui pourrait être un point positif se transforme en une bombe à retardement qui touche la majorité des projets reposant sur sa blockchain. Le tout agrémenté de frais qui font passer les réseaux bancaires traditionnels pour des organismes caritatifs. 

Le sujet est brûlant et ne cesse de connaître de nouveaux ATH. Il s’agit des frais de transaction sur le réseau Ethereum (ETH). Une sorte d’autoroute de la cryptomonnaie sous la forme de jetons (tokens), dont le nombre en croissance permanente déclenche des bouchons interminables. Et le problème est que lorsque cela arrive les péages augmentent leurs tarifs pour les laisser circuler.

Une situation qui semble insoluble. La seule échéance permettant un peu d’espoir dans le domaine reste le prochain déploiement de la version Ethereum 2.0 qui n’est pas attendue avant des mois. Mais il semble que les choses soient en train d’évoluer. Cela suite à une annonce de Vitalik Buterin, chef des opérations dans le domaine de tout ce qui touche au réseau Ethereum (ETH). 

Une baisse des frais plus rapide que prévue

Cette information est apparue dans une publication sur Twitter de Vitalik Buterin. Elle fait suite à un sommet sur le sujet du nom de ETHOnline Kickoff Summit qui a eu lieu vendredi dernier. Une discussion de plus de sept heures qui a abordé entre autres le point sensible de la baisse des frais sur le réseau Ethereum. Et dont son fondateur livre ici les éléments de mise en place pour tenter de remédier à ce qu’il présente comme un outil devenu « presque inutilisable pour de nombreuses classes d’applications.

Dans les faits, il s’agit de mettre en place un système permettant de réaliser une mise à l’échelle transitoire. Cela dans l’attente et afin de pouvoir mieux accueillir l’arrivée de la version 2.0. Le tout en passant par un système présenté sous la forme de « sharding + rollup » qui devrait permettre une scalabilité bien supérieure sur la version actuelle de la blockchain Ethereum. 

« Mais la feuille de route a un artefact involontaire intéressant : les applications partitionnées (sharded) nécessitent par elles-mêmes la phase 2. Mais les rollups partitionnés n’ont besoin que de la phase 1 (…). Nous aurons donc bientôt tous les outils dont nous avons besoin pour un débit de 6400x ! » – Vitalik Buterin

Un effet d’annonce quelque peu technique qui nécessite une mise en place pratique pour en tester la faisabilité. Mais cela pourrait permettre de trouver une solution à la gestion des frais de transaction qui commencent à atteindre un seuil critique

 

Hugh B.

Hugh B.

Grand voyageur. Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont pas des conseils financiers.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,172