Finance Décentralisée (DeFi)

Binance Smart Chain – La grande perdante de la baisse actuelle de la DeFi

14 Juil 2021 - 09:56

Toutes les entreprises ne connaissent pas les mêmes crises. Et le domaine des cryptomonnaies ne fait bien évidemment pas exception à cette règle. Car entre bulles spéculatives et désintérêt des investisseurs, les projets se suivent et se remplacent. Et la baisse actuelle qu’enregistre la quasi-totalité du marché n’aide clairement pas à soutenir certains d’entre eux. Une réalité qui frappe de plein fouet l’ancienne star de la cour de récréation qu’est la Binance Smart Chain (BSC). Cette dernière violemment frappée par une baisse de son activité, sur fond d’attaques de ses protocoles qui ne cessent de se multiplier.

Tout va très vite dans le domaine instable et explosif des cryptomonnaies. Surtout si l’on considère que chaque nouveau projet populaire attire à lui les fonds des investisseurs réactifs. Ces derniers quittant par la même occasion la dernière hype, qui se vide de l’énergie qu’elle canalisait jusque là. Ce qui pourrait résumer l’ambiance actuelle au sein de la DeFi. Avec des yield farmers en quête de la dernière pool de liquidité aux rendements à peine croyables, ou d’opérations de staking à des taux de 300% ou plus en APR.

Des offres qui ont indéniablement fait le succès de la Binance Smart Chain en ce début d’année. Et qui ont attiré de nombreux investisseurs, las de devoir payer des frais exorbitants pour utiliser le réseau historique de la (vraie ?) DeFi qu’est Ethereum. Ce qui faisait de cette BSC une offre révolutionnaire et accessible selon certains. Mais un simple feu de paille dans l’attente de la version 2.0 d’ETH selon d’autres. Et l’utilisation d’une ironie un peu rapide pourrait permettre d’affirmer que dans le domaine « la question est vite répondue ». Car de toute évidence, la Binance Smart Chain est en crise…

La scène de guerre de la BSC

Et la première raison de ce désamour consommé est la multiplication obscène des attaques sur ce « putain de bordel » qu’est la Binance Smart Chain. Une situation telle qu’il suffit de regarder l’actualité de la cryptosphère Twitter sur quelques heures seulement pour en trouver au moins une qui vient de se dérouler. Et dont la dernière en date viendrait (au conditionnel) de frapper le projet Apeswap. Cela il y a moins de 2 heures au moment de la rédaction de cet article.

En cause, une énième attaque trop simplement réduite au terme de « flashloan ». Et qui a fait s’effondrer le cours du jeton SPACE de plus de 75%. Le tout suite à ce qui ressemble à un nettoyage en règle de son pool de liquidité SPACE-BNB. Et à une disparition – qui reste à confirmer – de quelques millions de dollars, si l’on en croit les données qui circulent sur le sujet.

Payer des frais moins élevés est une bonne opération. Mais se faire dépouiller au passage rend la chose bien moins enthousiasmante. Surtout lorsque cela permet également aux attaquants de partir avec leur butin pour 4,27$ de frais de transaction. Et que la probabilité que cela touche le projet dans lequel on a placé des fonds augmente plus rapidement que le prix actuel du BNB. Il suffit de regarder l’attaque qui a touché en ce début de semaine le projet ChainSwap, également sur la BSC. Et qui s’est soldée par la disparition de 4,4 millions de dollars selon le média Rekt News, spécialisé dans ce genre d’affaires.

La Binance Smart Chain s’effondre ?

Et ce qui était le réseau phare de ce début d’année est en train de devenir un véritable no man’s land de la DeFi. Surtout qu’à cela s’ajoute une forte baisse de l’activité de cette finance décentralisée, en raison de la morosité actuelle du marché. Et une explosion de l’écosystème Polygon (MATIC) qui attire à lui tous les investisseurs nomades et amateurs de rendements élevés. Un nouvel eldorado plus proche du réseau Ethereum, mais qui pourrait rapidement devenir la nouvelle cible des attaques qui ont épuisé sa concurrente binancienne. Car dans le domaine des cryptomonnaies, le succès appelle inévitablement les hackers touristes.

Polygon (MATIC) – Alternative plébiscitée pour échapper aux frais d’Ethereum

Un désintérêt de la Binance Smart Chain qui vient de faire l’objet d’une analyse de la structure Messari. Cela sur la période récemment écoulée du deuxième trimestre de cette année 2021. Et qui démontre ce qui est présenté comme « un changement assez spectaculaire ». Avec comme point de comparaison la plateforme décentralisée Pancakeswap (CAKE). Ce DEX au cœur de la BSC et pendant quelque temps concurrent direct du leader qu’est – et reste – Uniswap (UNI). Cette dernière affichant une part de marché de 54% du volume hebdomadaire de ce secteur. Soit « son plus haut niveau depuis novembre 2020 ».

« Combiné à une série de piratages et d’exploits entraînant des centaines de millions de dollars de pertes, la BSC a vu la spéculation se tarir de façon spectaculaire en juin. Cela entraînant une chute des volumes de PancakeSwap de 69 % sur cette période. Sa part de marché a également chuté au même rythme. » – Messari

Une baisse significative qui est à l’image de l’ensemble de l’écosystème de la BSC. Et qui en fait le réseau le plus durement touché par l’effondrement actuel du marché. Cela avec « une TVL chutant de plus de 50 % par rapport à son sommet en seulement quelques jours ».

Un réseau réservé aux « capitaux mercenaires »

Un constat qui pousse à se poser la question de la pérennité du modèle économique de la BSC. Cette dernière construite sur le modèle toujours précipité, mais pas forcément durable qui est la marque de fabrique de la plateforme Binance. Et qui l’expose actuellement aux foudres des instances de régulation du monde entier. Une réalité qui pousse les analystes de Messari à aborder ce réseau comme une simple opportunité de placements de « capitaux mercenaires ». C’est-à-dire dans une optique de bénéfices à (très) court terme. Et pour des cryptomonnaies qui avaient « peu d’utilité en dehors de l’incitation à la spéculation des utilisateurs ».

Ce milliardaire des cryptos s’inquiète du succès de la Binance Smart Chain

« Contrairement à la TVL du réseau Ethereum, qui contient une bonne proportion de stablecoins, la composition (en capitaux mercenaires, ndlr) de la TVL de la BSC la positionne dans une zone critique du spectre des risques. Ce qui la rend extrêmement sensible aux fluctuations du marché. » – Messari

Un constat qui fait du réseau Ethereum le maillon toujours aussi fort de cette DeFi qu’il a vu et permis de faire naître. Et de ces réseaux alternatifs qui pullulent dans son ombre, des opportunités de placement à envisager avec le recul que le terme « alternatif » oblige à prendre. Ce qui ne retire rien à leur potentiel de développement. Ni même aux rendements et bénéfices qu’ils peuvent permettre d’obtenir. Mais rien ne sera joué dans le domaine tant que la V2 d’Ethereum n’offrira pas de résultats effectifs. Et en attendant, les autres offres ne restent que des concurrents « potentiels » qui nécessitent d’être validés et confirmés sur la durée.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche