Vitalik Buterin – Le « dernier défi majeur » de la blockchain Ethereum

Certains utilisateurs – et surtout investisseurs – de réseaux alternatifs aiment à présenter Ethereum comme une blockchain vouée à être remplacée. La plupart du temps par le projet de type « killer » encore tout à fait anecdotique qu’ils soutiennent. Une situation qui n’empêche pas le tout premier service d’infrastructures décentralisées de l’écosystème des cryptomonnaies de confirmer sans cesse son avance dans le secteur. Mais selon son fondateur historique, Vitalik Buterin, il reste encore un « dernier défi majeur » à valider…

23 janvier 2023 - 10:00

Temps de lecture : 3 minutes

Par Hugh B.

Contre critiques et frais de transaction importants, la blockchain Ethereum s’impose toujours comme le fleuron du secteur de la blockchain. Un réseau créé en 2017 et depuis devenu le support de la plupart des projets majeurs de cet écosystème. Au point de résumer une bonne part de l’innovation dans ce domaine à de simples copiés/collés – Ethereum killers – aux promesses toutes théoriques dont les fondamentaux sont souvent revus à la baisse.

Malgré tout, l’évolution spectaculaire du réseau Ethereum pose également des questions impossibles à ignorer. Comme par exemple ses frais de transaction trop élevés en période d’activité importante. Mais surtout, la crise de (dé)centralisation qui bouleverse sa blockchain depuis le passage tant attendu au Proof of Stake. Avec un problème de censure qui met très clairement en péril sa vocation première liée au principe de cryptographie. Pourtant, selon Vitalik Buterin, le « dernier défi majeur » est ailleurs…

Ethereum

Ethereum - Le "New York" des smart contracts : vaste, encombré, mais incontournable

Hugh B. - 31 Mar 2022 - 13:00

Qu’on l’adore ou qu’on le déteste, le réseau Ethereum [...]

Lire la suite >>

Ethereum – Le « dernier défi majeur » de Vitalik Buterin

En effet, Vitalik Buterin vient de publier un article sur son blog officiel en fin de semaine dernière. Ce dernier intitulé : « Un guide incomplet des adresses furtives« . Avec comme principal sujet de préoccupation, la mise en place d’une confidentialité plus importante sur le réseau Ethereum. Cela afin d’apporter une solution effective et fonctionnelle à ce principe pourtant inévitable : « tout ce qui va sur une blockchain publique est public ».

« L’un des derniers défis majeurs dans l’écosystème Ethereum est la confidentialité. Par défaut, tout ce qui va sur une blockchain publique est public. De plus en plus, cela signifie non seulement de l’argent et des transactions financières, mais aussi des noms ENS (Ethereum Name Service), des POAP (Protocole de preuve de présence), des NFT, Soulbound Tokens et bien plus encore« 

Vitalik Buterin

Car, dans le même temps, tout ce qui se passe sur une blockchain n’a pas nécessairement vocation à être transparent. Raison pour laquelle cette solution présentée par Vitalik Buterin est, selon lui, « beaucoup plus viable ». Car elle pourrait permettre de « cacher qui est le destinataire ». Cela même dans le cas du transfert d’un jeton NFT « dont il n’y a qu’une seule copie on-chain ». Explications…

Jetons NFT

SoulBounb Token (SBT) - Une "preuve d'humanité" numérique version Web3

Hugh B. - 04 Jul 2022 - 09:00

Les possibilités de développements et de cas d’usage en relation aux [...]

Lire la suite >>

Vitalik Buterin – Les adresses furtives sur Ethereum

Le but de cette fonctionnalité des adresses furtives (stealth addresses) est très clairement inscrit dans la philosophie cryptographique. Car comme l’explique Vitalik Buterin, l’utilisation d’une blockchain « implique de rendre publique une partie importante de votre vie pour que quiconque puisse la voir et l’analyser. » Ce qui pose un sérieux problème de protection des données et de la vie privée.

Et selon le fondateur historique du réseau Ethereum, la meilleure solution pourrait être de générer des adresses furtives. Un service accessible pour l’envoyeur comme pour le destinataire, « mais qui ne peut être contrôlé que par Bob » (le destinataire de l’exemple de Vitalik Buterin).

Adresses furtives – Ethereum

« Une adresse furtive peut être générée soit par Alice soit par Bob, mais elle ne peut être contrôlée que par Bob. Bob génère et garde secrète une clé de dépense qu’il utilise pour générer une méta-adresse furtive. Il transmet cette méta-adresse à Alice (ou l’enregistre sur ENS). Alice peut effectuer un calcul sur cette méta-adresse pour générer une adresse furtive appartenant à Bob. Elle peut alors envoyer tous les actifs qu’elle souhaite à cette adresse, et Bob en aura le contrôle total« 

Vitalik Buterin

Régulation

Vitalik Buterin - L'écosystème crypto a encore "besoin de temps pour mûrir"

Hugh B. - 31 Oct 2022 - 10:30

Le débat sur une adoption des cryptomonnaies qui devra passer par la case [...]

Lire la suite >>

Un problème de confidentialité sur lequel les spécialistes de la blockchain travaillent depuis 2014, sans avoir trouvé de solution viable. Et avec ce principe d’adresses furtives, Vitalik Buterin pourrait encore une fois démontrer sa capacité d’innovation dans le domaine. Même si, comme il ne manque pas de le préciser, cette présentation reste toujours « incomplète ». Avec comme principal obstacle à court terme, le fait de nécessiter « des centaines de milliers de gas supplémentaires juste pour un seul transfert ». Un autre « défi majeur » auquel il faudrait également s’atteler…

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche