L’exchange BitMEX accusé de blanchiment entraîne le Bitcoin dans sa chute

 L’exchange BitMEX accusé de blanchiment entraîne le Bitcoin dans sa chute

L’information a secoué l’univers des cryptomonnaies hier en fin de journée. La plateforme BitMEX fait face à des accusations graves de la part des régulateurs américains. Et cela pourrait prendre la forme de poursuites pénales à son encontre. Une information qui a entraîné une violente chute du cours du Bitcoin (BTC). Le marché tout entier a ensuite suivi…

Le cours du Bitcoin (BTC) n’est contrôlé par personne. Mais il est fortement influencé par les humeurs de ses investisseurs. Un fait qu’il a encore été possible de confirmer hier lorsque son cours a chuté de plus de 5% en l’espace de quelques heures. Une perte nette de plus de 600$ qui fait suite à l’annonce de la mise en examen de la plateforme d’échange de cryptomonnaies BitMEX par les autorités américaines. 

Un véritable électrochoc pour l’univers des cryptomonnnaies dans son ensemble. Et un retour à la baisse généralisée après ce qui ressemblait à une accalmie enclenchée depuis quelques jours. Ce mouvement démontre une nouvelle fois la forte dominance du BTC sur le reste des altcoins. Et la forte réactivité des marchés face à ce type d’annonces.

Mieux vaut un hack qu’une enquête officielle

Une réalité qui permet de constater à quel point les acteurs de cet univers craignent plus les interventions légales et gouvernementales que les hacks. Car la récente attaque historique de la plateforme KuCoin n’a eu aucun effet de ce genre. Cela alors même que le butin des hackers a dépassé les 150 millions de dollars. En faisant la 6e plus grosse attaque de ce type de l’histoire.

BitMex entraîne le marché des cryptos dans sa chute

Cela est peut-être lié à l’importance de la plateforme BitMEX au sein du marché des cryptomonnaies. Cette dernière figure en effet en bonne place dans le top 10 de ces bourses, avec un volume d’échange annoncé dépassant les 2,16 milliards de dollars. Un chiffre annoncé en hausse de plus de 100% sur les dernières 24h sur le site CoinMarketCap. 

BitMex face aux conclusions de la CFTC

Cette actualité n’a pourtant rien de surprenant. En particulier si l’on se penche un peu sur l’historique des relations entre la plateforme BitMEX et les services de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) à l’origine de cette procédure. Cette dernière étant en cours d’enquête depuis plus d’un an sur des cas d’accès non autorisés d’utilisateurs américains à sa plateforme. 

Le marché libéral américain ne connaît pas de frontières. À part lorsqu’il s’agit de ses habitants et de leurs fonds qui lui appartiennent. Cela sous la surveillance et le contrôle strict de ses multiples structures de régulation. Une « liberté » qui ne se marie pas très bien avec l’aspect libertaire (véritablement libre) de l’univers des cryptomonnaies. Il suffit de se souvenir du cas de la messagerie Telegram et de sa cryptomonnaie GRAM qui en a violemment fait les frais.

Des accusations de blanchiment d’argent

Et c’est une nouvelle fois à ce type de procédure que la plateforme BitMEX doit faire face actuellement. Cela du fait que des utilisateurs de ses services sont domiciliés sur le sol américain. Et que cette infraction entre dans le cadre de ce que l’on nomme le blanchiment d’argent.

Le tout faisant l’objet du dépôt d’une action civile devant le tribunal de district américain du district sud de New York en date du 1er octobre.

« La plateforme BitMEX a reçu plus de 11 milliards de dollars en dépôts de Bitcoin (BTC) et effectué plus d’un milliard de dollars de frais. Cela tout en menant des aspects importants de ses activités aux États-Unis et en acceptant des commandes et des fonds de clients américains. » – CTFC

Cette procédure vise plus particulièrement Arthur Hayes, dirigeant de l’entreprise domiciliée aux Seychelles, mais dont les bureaux se trouvent à Hong-kong et New York. Mais également les dénommés Ben Delo et Samuel Reed qui en sont les cofondateurs. Il semble qu’une quatrième personne ait été arrêtée sur le territoire américain dans le cadre de cette affaire. Les autres sont apparement toujours en fuite

Quelles seront les conséquences ?

D’autres éléments laissent apparaître que cette procédure serait liée à l’absence de vérification d’identité de type Know Your Kustomer (KYC). Un système qui tend à se généraliser sous la pression des instances de régulations de la plupart des pays du monde. Et une obligation à laquelle la plateforme BitMEX avait annoncée se plier il y a tout juste quelques semaines. 

Mais cela n’aura pas suffi à effacer l’ardoise des opérations douteuses à laquelle se livre cette plateforme depuis des années. Et la légèreté affichée de sa motivation pour répondre aux exigences de mise aux normes des instances de régulation. Le directeur adjoint du FBI ayant relaté que Arthur Hayes « est allé jusqu’à se vanter de l’implantation de sa société dans une juridiction en dehors des États-Unis, parce que la corruption des régulateurs dans cette région ne coûte qu’une noix de coco » !

Dans les faits, la plateforme BitMEX va devoir faire face à une demande de restitution des fonds et des gains acquis de façon frauduleuse. Elle fera également l’objet de sanctions financières et d’une interdiction permanente d’enregistrement et de négociation dont la portée n’est pas encore définie. 

Un ensemble de décisions qui surfe sur la mise en place enclenchée des monnaies numériques de Banques centrales (CBDC). Le tout sur fond de nettoyage d’un univers des cryptomonnaies dont l’indépendance pose de sérieux problèmes aux détenteurs actuels du marché monétaire mondial. Cela même si elles ne sont pas les outils de fraudes avérées.

« Les actifs numériques sont très prometteurs pour nos marchés dérivés et pour notre économie. Pour que les États-Unis soient un leader mondial dans cet espace, il est impératif que nous extirpions les activités illégales comme celle alléguée dans cette affaire. » – Heath P. Tarbert, Président de la CFTC

Hugh B.

Hugh B.

Grand voyageur. Passionné par l'univers des cryptomonnaies. J'attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous. Mes articles ne sont pas des conseils financiers.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1,169