Régulation

Tether (USDT) – Pourquoi le règlement de son procès est une bonne chose ?

04 Mar 2021 - 09:30

Le marché des stablecoins a une importance souvent sous-estimée dans le domaine des cryptomonnaies. C’est pourtant bien sur eux que repose la possibilité de ne pas sortir de la zone crypto dans le cadre de ses opérations de trading. Ce qui en fait les outils centraux de cet écosystème. Et qui positionne Tether (USDT) comme le leader incontesté dans le domaine. Cela même s’il est poursuivi par une mauvaise réputation qui pourrait bien être de l’histoire ancienne.

Cela fait maintenant des années que le stablecoin USDT était empêtré dans des procédures judiciaires. Le tout suite à une affaire de fraude et de transfert de fonds entre la société qui en a la gestion et la plateforme Bitfinex. Cette dernière en grande partie à l’origine de sa mise en place. Une réalité qui s’accompagne d’un doute récurrent de la cryptosphère au sujet de sa capacité à honorer l’ensemble de sa valeur en dollars réels.

Une situation complexe qui ne l’empêche pourtant pas d’être le leader absolu du marché des stablecoins. Car sa capitalisation boursière de plus de 36 milliards de dollars est équivalente au double de la valeur totale des 9 autres principaux acteurs de cet univers. Une domination qui enregistre pourtant une baisse notable et historique depuis le début de cette année 2021. Car la concurrence permet aux utilisateurs de se tourner vers d’autres options plus décentralisées et/ou moins polémiques.

Un règlement de procès opportun

Pourtant la longue aventure juridique du Tether vient de trouver une conclusion plutôt favorable. Cela sous la forme du règlement d’une amende de 18,5 millions de dollars. Une broutille pour ce mastodonte de la scène des cryptomonnaies. Et un accord passé avec le bureau du procureur général de New York qui ressemble plus à l’achat d’un silence bienvenu. Ce qui permet à la société en gestion du Tether d’affirmer qu’elle ne reconnaît aucun acte répréhensible. Une affirmation à ne cependant pas confondre avec son innocence effective, mais visiblement cela s’achète aux États-Unis…


Tether (USDT) : une amende de 18,5 millions de dollars

Malgré tout, permettre au Tether (USDT) de sortir de cette situation plus que gênante pourrait bien avoir des effets positifs. Et en premier lieu sur sa crédibilité en temps qu’outil central de l’univers des cryptomonnaies. Car même si ce règlement ressemble plus à celui d’une facture qu’à tout autre aspect judiciaire, il s’accompagne d’exigences strictes.

Et la plus importante d’entre elles concerne la transparence que ce dernier doit fournir à ses utilisateurs. Cela sous la forme de comptes rendus trimestriels faisant état du pourcentage de réserves détenues en espèces, de prêts, de titres ainsi que les montants dus par les sociétés affiliées. Une première dans le domaine qui pourrait bien le transformer en un stablecoin plus sûr. Si toutefois il décide de se plier à cet exercice en toute honnêteté.

Quel avenir pour le Tether ?

Car l’évolution du Tether est tout simplement exceptionnelle si on la compare à une société comme PayPal. Ce géant de la fintech qui affichait un solde client de 35 milliards de dollars à la fin de l’année dernière. Soit une valeur équivalente la celle de l’USDT. Mais obtenue au bout de 23 années de dur labeur, contre seulement 7 ans pour le leader des stablecoins.

« Tether dit qu’il a atteint la barre des 35 milliards de dollars ce mois-ci. Cela signifie qu’il a accompli en seulement sept ans ce qui a pris 23 ans à PayPal. » – JP Koning, CoinDesk

Ce qui démontre à quel point il est important que l’USDT soit obligé de rendre des comptes. En particulier du fait de son caractère fortement centralisé.


Le projet Ripple (XRP) est beaucoup trop centralisé – Et c’est la SEC qui le dit !

Une donnée qui figure également en bonne place sur la longue liste de ses principaux défauts. Et qui a été à l’origine des déconvenues auxquelles doit faire face le projet Ripple (XRP) à l’heure actuelle. Cela comme l’expression d’un karma qui vient demander des comptes à ceux qui ne jouent pas le jeu de la décentralisation.

L’USDT au sein de la DeFi

Une réalité qui permet à des projets clairement décentralisés comme le stablecoin DAI de devenir rapidement l’un des acteurs majeurs au sein de ce marché. Avec un protocole MakerDAO qui en est à l’origine et s’oppose clairement à l’utilisation de l’USDT au sein de la DeFi. Cela en imposant une facturation de 8% aux utilisateurs qui souhaitent utiliser ce dernier comme collatéral. Alors que ce taux est nul s’il s’agit d’autres stablecoins comme l’USDC ou de True USD, par exemple.

Une volonté partagée par d’autres projets centraux de la DeFi comme les protocoles Aave et Compound. Et qui repose sur cette impression que l’USDT est fondamentalement « sous-garanti » et qu’il peut de ce fait  « s’effondrer à tout moment. » Ce que la mise en place d’une surveillance de l’USDT pourrait bien changer à terme.


SEC vs DeFi – Comment imposer une régulation sur un système décentralisé ?

Ainsi, la résolution de ce litige semble avoir des conséquences assez paradoxales. Cela du fait qu’elle permet de remettre la charrue après les bœufs. C’est-à-dire de rendre enfin plus sûr et transparent le stablecoin qui est pourtant le leader actuel de ce marché. Une position obtenue bien plus du fait de la date de sa mise en place historique. Et de son omniprésence sur les plateformes d’échange. Mais qui commence à se délayer de plus en plus au sein d’un marché devenu fortement concurrentiel.

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l'actualité crypto chaque dimanche